Aller au contenu principal

Le sélectionneur de pondeuses Novogen a un nouveau couvoir

Le sélectionneur français de poules pondeuses d’œufs de consommation vient de démarrer ses éclosions de poussins dans un couvoir entièrement rénové en Bretagne.

La première éclosion de poussins du nouveau couvoir Novogen a eu lieu le mardi 4 novembre dernier. Selon le planning, ce seront des poussins des lignées en sélection, des futurs grand-parentaux ou des parentaux vendus à des couvoirs français (Novoponte) ou étrangers (Verbeek aux Pays-Bas, Chick Farm Europe en Italie, mais aussi au Maghreb, Europe de l’Est, Asie).

Du jour au lendemain, toutes les éclosions auparavant réalisées au Foeil (Côtes-d’Armor) ont été transférées à Uzel sur le site de Saint-Hervé situé à 15 kilomètres du couvoir historique. « Pour une première, cela s’est bien passé, même s’il reste encore à 'apprivoiser' les machines », analyse à chaud Mickael Le Helloco, le directeur général de Novogen.

Jusqu’à présent Novogen louait un couvoir Hubbard sur le site historique de Mauguérand. En 2003, Hubbard-Isa a été scindé en deux entités. Et en 2005, la ponte Isa a été racheté par le Néerlandais Hendrix Genetics et le poulet Hubbard comprenant le site de Mauguérand par le français Grimaud, qui l'a lui même recédé à Aviagen en 2017.

« Depuis quelques années, plusieurs projets avaient été étudiés.  Nous avions le choix entre construire ou rénover un outil, à condition qu’il soit à proximité pour conserver le personnel et son savoir-faire. L’opportunité de l’acquisition de l’ancien couvoir France Dinde est alors apparue évidente. En juin 2019, nous avons eu la possibilité d’en faire l’acquisition auprès de l’entreprise Le Helloco accouvage, spécialisée dans le dindonneau. »

Cette solution a aussi permis de réduire l’investissement de 30 à 40%, calcule le directeur général. « Il  s’élève à un peu plus de 4 millions d’euros. En comptant les aménagements extérieurs, notamment de sécurisation, on aurait facilement atteint six millions avec un couvoir neuf» assure-t-il.

Matériel volontairement diversifié et surdimensionné

La salle d’incubation (jusqu’à 19 jours) comprend des machines Petersime reconditionnées pouvant chacune recevoir 33 600 œufs en chargement unique. © P. Le Douarin

La réflexion sur la reconfiguration et le choix des équipements a duré jusqu’à fin 2019. « On a gardé la partie incubation en rénovant les machines Petersime à chargement unique (pas de mélanges d’âges). » En revanche, toute la partie éclosion a été repensée.

La partie éclosion (après transfert au 19eme jour) comporte deux salles équipées en Emka. © P. Le Douarin

 

 

 

 

 

« Nous avons voulu élargir notre expertise en utilisant des technologies innovantes." Les trois salles sont équipées en éclosoirs Emka et Hatchtech." L’incubation et l’éclosion des lignées grand parentales sont plus techniques qu’avec des souches commerciales qui bénéficient de l’effet d’hybridation. Les machines Emka sont à éclosion sèche (pas de condensation de l’humidité) et les Hatchtech travaillent en flux laminaire. Ces machines de dernières technologies nous permettent d’optimiser la qualité des poussins à l’éclosion. »  

 La troisième salle comprend trois éclosoirs Hatchtech à flux d’air laminaire refermés par une grande porte rabattante. © P. Le Douarin

Les autres équipements intérieurs ont été fournis par Nectra. Les travaux ont commencé en janvier dernier. En dépit du contretemps de la Covid-19 , ils se sont achevés à temps pour la première mise en incubation d’octobre. « La Covid a été un bien pour un mal, car le confinement nous a obligé à nous concentrer sur nos travaux. Et des entreprises n’avaient que ce chantier adapté à la situation sanitaire. »

 

Jusqu’à trois millions de reproducteurs  par an

L’outil a une capacité moyenne d’éclosion de 60 000 poussins reproducteurs par semaine, soit plus de trois millions par an, mais en pratique Mickael Le Helloco annonce deux millions, actuellement. «  Nous avons besoin de ce potentiel parce que les demandes de nos clients sont très fluctuantes (livraisons de 2 500 à 50 000 parentales par lot). Et parce que pour maximiser la qualité sanitaire nous faisons fonctionner un éclosoir au plus une fois par semaine », contrairement aux couvoirs commerciaux qui font plusieurs rotations par semaine.

Novogen dispose d’une salle d’éclosion supplémentaire vide qui pourrait être équipée plus rapidement que prévu. Cette année, le volume des ventes devrait progresser de 20 % par rapport à 2019. « Nous estimons représenter 8 à 10 % du marché mondial des parentales ponte, hormis la Chine. En France, notre partenaire exclusif Novoponte est à 20 % de part du marché français. »

Pour desservir les Amériques, Novogen détient deux filiales aux États-Unis et au Brésil, qui peuvent également servir à livrer d’autres régions en cas de blocage sanitaire. Mais la filiale Novogen France réalise 70 % de l’activité totale. Si la demande s’accroît fortement, le couvoir pourra encore être étendu. «  Nous avons encore de la place, avec 25 % d’espace inoccupé. »

En savoir plus

Une grand-mère pour 2,5 millions d’œufs

Les poussins sont mis en boite carton avec un aliment pré starter pour qu’ils commencent à se nourrir durant leur transport plus ou moins long. © P. Le Douarin

Une seule grand-parentale est à l’origine de 2,5 millions d’œufs à consommer :

- Une poule grand-parentale produit en moyenne 60 à 80 parentales commerciales ;

- Une poule parentale fournit en moyenne 90 à 100 poulettes commerciales ;

- Une poule commerciale fournira 320 œufs de consommation commercialisables sur un cycle;

De souches orientées « bien-être »

Novogen a été créée en 2008 et dès son démarrage la sélection a donné la part belle au comportement de la poule, parallèlement aux critères de performances (indice de consommation, persistance de ponte, qualité d’œuf). Contrairement au système de sélection traditionnel en cage individuelle, le programme R&D utilise des systèmes d’élevage innovants et complémentaires tels que de la cage collective ou du sol. Les poules des troupeaux de sélection sont non épointées.

Il en résulte la possibilité de sélectionner sur de multiples critères comportementaux : interaction entre individus, emplumement, ponte au nid. La sélection au sol avec identifiant personnel RFID permet de travailler sur le temps de présence au nid, les capacités d’exploration des nids.

Ces critères sont également corrélés aux performances de production et de qualité d’œuf. « Nos souches sont reconnues pour leurs capacités d’adaptation à divers systèmes. En alternatifs, les souches sont particulièrement appréciées pour leur production, leur qualité d’emplumement et leur comportement de ponte au nid » résume Mickael Le Helloco. Le sélectionneur propose les souches Brown, White et Color, en version « Classic » pour les marchés d’œufs à calibre moyen/gros et « light » pour les débouchés à petit calibre.

 

 A lire aussi : L'Itavi fait un état des recherches sur le sexage des poussins dans l'oeuf

 

Les plus lus

Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
De gauche à droite, Jacques et Pierre Lagrève, producteurs d’œufs à Louvigné du Désert, et Olivier Dauloudet, technico-commercial Ouest pour Patura
Volailles plein air : Sécuriser les parcours contre les intrus avec des clôtures électrifiées
Pour protéger les parcours des intrusions humaines et animales, les clôtures électrifiées assurent une protection efficace et…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Fils de producteur d’œufs, Raphael Collet n’a aucune inquiétude vis-à-vis de ses choix techniques et de la commercialisation de ses œufs.
Œufs de consommation : Première installation d’une volière pondeuse Combo Plus
Dans les Côtes d’Armor en Bretagne, Raphaël Collet a repris l’élevage de pondeuses de son père pour voler de ses propres ailes.…
La ventilation dynamique est le premier poste de charges dans un poulailler de chair avec des économies importantes possibles dans les débits intermédiaires.
Dépenses électriques : Comment économiser avec une ventilation dynamique
La ventilation dynamique étant le principal poste de consommation électrique des bâtiments avicoles qui en sont équipés, modifier…
Selon l’Itavi, l’épointage est interdit en Norvège (1973), Finlande (1986), Suède (1988), Danemark et Autriche (2013), Pays Bas (2019), dans certains Länder d’Allemagne. La Suisse n’interdit pas mais les professionnels ne le font pratiquement plus.
Comment se préparer à la fin de l’épointage des poules bio
Arrêter l’épointage des poules pondeuses entraînera un risque accru de picage et cannibalisme. Une alimentation adaptée et l’…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)