Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le séchage et la ventilation, premiers consommateurs d’électricité en bâtiments ponte

Le mode de séchage des fientes des bâtiments 
de pondeuses doit être bien réfléchi car il constitue un poste de consommation d’électricité important.
Le mode de séchage des fientes des bâtiments
de pondeuses doit être bien réfléchi car il constitue un poste de consommation d’électricité important.
© Armelle Puybasset

Un échantillon de huit élevages de poules pondeuses a été constitué pour évaluer l’impact de la production d’œufs sur le réseau de distribution d’électricité breton, en déficit structurel (1). Même si l’effectif est restreint et les consommations basées sur des simulations, cette étude réalisée pour le compte de l’Ademe Bretagne et pilotée par la chambre d’agriculture de Bretagne, fournit quelques éléments chiffrés intéressants. En été, lorsque les besoins de consommation sont les plus élevés, l’activité ponte bretonne représenterait 1,2 % de l’appel de puissance régional, c’est-à-dire relativement peu. La consommation moyenne des élevages suivis est de 4 kWh par poule pondeuse, sans véritable effet d’échelle selon la taille de l’élevage de 10 000 à 55 000 places. La facture moyenne est de 2600 euros par an hors taxes (HT) pour 10 000 poules, avec un prix moyen du kWh de 0,105 euro HT en tarif bleu et de 0,068 à 0,082 euro en tarif jaune EJP. « La ventilation et le séchage des fientes constituent de loin les premiers postes de consommation (62,5%) suivi de l’éclairage (17,5%) », a indiqué Christian Nicolas, de la chambre d’agriculture de Bretagne lors de la journée pondeuses organisée par l’Itavi. Il existe des disparités selon la technique de séchage des fientes, les tapis à l’intérieur du bâtiment étant plus consommateurs que les systèmes Seconov ou le tunnel. Plusieurs pistes d’amélioration visant à réduire les consommations ont été mises en avant : intervenir sur le mode de séchage des fientes pour diminuer le débit du renouvellement de l’air, utiliser des ventilateurs à haute performance ou à variation électronique de vitesse (EC), étudier le passage aux leds…

Maîtriser ses consommations d’énergie est d’autant plus important dans un contexte de hausse des prix (prévision d’inflation de 30% du tarif bleu entre 2012 et 2017). « Avec la fin des tarifs réglementés de vente de l’électricité (EJP) au 1er janvier 2016, il est essentiel de bien négocier son nouveau contrat auprès de son fournisseur d’électricité », a rappelé Michel Pédron de l’Ademe.

 

(1) Suivi réalisé dans le cadre du Pacte électrique breton.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Lancement de CalseaGrow Volailles au Space

CalseaGrow Volailles est un nouvel additif nutritionnel à base d’extraits de plantes et d’algues

La concentration en protéines des tourteaux de tournesol et de colza permettraient une amélioration notable de l'autonomie protéique pour l'aliment non OGM. © P. Cronenberger
La technologie au service de l’autonomie protéique
Le projet Vocalim a étudié de nouvelles stratégies pour améliorer l’utilisation de matières premières locales dans l’alimentation…
Vignette
Le poulet français est de plus en plus présent chez McDonald’s France
Depuis de nombreuses années, la filiale française de la chaine de restauration rapide a sécurisé ses approvisionnements et ses…
Formuler l’aliment volaille selon son impact environnemental
L’outil de calcul et d’aide à la décision Matriciel, développé par Mixscience, permet au fabricant d’aliment de connaître et de…
Une réflexion sur les relations entre l’homme et les animaux dans la société actuelle
Portail réussir
Un préfet en visite dans un élevage, un débat à l’Assemblée nationale. Professionnels, politiques, médias et grand public s’…
Cyril et Maxime Dochier élèvent des lots de 44 000 poulets standard depuis février 2019. « Ce que nous recherchons, c’est la performance », résume l’aîné de la fratrie. © A. Priolet
Dans la Drôme, après leur père producteur en label rouge, deux frères s’installent en poulet standard.
Jeunes agriculteurs, Cyril et Maxime Dochier ont inauguré à Crépol, le 20 septembre dernier, leurs deux nouveaux bâtiments de 2 …
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)