Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le lobby de la viande cellulaire en embuscade

Pendant que les animalistes préparent l’opinion à ne plus manger de viande, des financiers investissent dans des produits de substitution. Collusion d’intérêts ou coïncidence ?

© Tilialucida/stock.adobe.com

Et si le mouvement végan était de mèche avec une partie du monde financier le plus féroce pour faire s’effondrer le marché de la viande ? C’est l’hypothèse soulevée par des étudiants de l’École de guerre économique (EGE), dans une étude publiée en juillet 2018 (1). Ils ont notamment décortiqué l’activisme financier d’un milliardaire britannique philanthrope et végétarien, Jérémy Coller, qui constitue à leurs yeux « une menace systémique pour la filière viande de par le monde." À la tête d’un fonds de pension et d’une fondation, il a lancé en 2015 l’initiative FAIRR (Farm Animal Investment Risk and Return Initiative/Initiative relative au risque et à la rentabilité des investissements dans l’élevage). Sa mission est de mettre en garde les investisseurs sur les risques élevés qu’il y aurait à financer des entreprises liées à l’élevage industriel. Il leur fait miroiter les opportunités à saisir sur le marché des protéines végétales et de la viande de synthèse. Pas de militantisme spectaculaire, mais « la volonté de changer le système grâce aux investisseurs », dévoilait-il en 2016.

L’industrie agroalimentaire a « amorcé le changement sociétal »

Cette année-là, l’initiative FAIRR associée à de gros investisseurs de la planète, a envoyé une lettre ouverte aux plus importants groupes mondiaux de l’agroalimentaire et de la distribution alimentaire pour les enjoindre de trouver des alternatives à la viande en raison des risques qu’elle ferait courir à la planète. Cette stratégie d’influence semble porter ses fruits sur des poids lourds américains de l’industrie de la viande (Tyson, Cargill), mais aussi européens. Par exemple, le français Avril investit sur les alternatives végétales (projet de recherche Plant meat matters avec Unilever en 2017, usine de canola à Dieppe avec DSM annoncée en juillet 2019). L’Allemand PHW mise sur la viande cellulaire (Supermeat en Israël) et sur les substituts végétaux à la viande (Beyond meat), à l’œuf (Just Egg) et au thon (Good Catch). Depuis 2014 et l’apparition du premier steak in vitro aux Pays-Bas, une trentaine de ces start-up de la Foodtech se sont créées essentiellement aux USA, Israël et Pays-Bas. Pour séduire le mangeur de viande, il s’agit de retrouver une "expérience gustative" proche de l’original. Des entreprises agroalimentaires et des investisseurs, comme Jérémy Coller, ou issus des secteurs de la nouvelle économie numérique (Facebook, Amazon, Google…), ont « déjà amorcé ce changement sociétal de grande envergure en investissant de plus en plus dans ces protéines de substitution », affirment les étudiants de l’EGE. Dans une étude parue en juillet 2019, le cabinet de conseil en management AT Kearney prédit une « disruption de l’industrie de la viande ». Bien que le marché mondial augmente de 3 % par an, il estime que la viande conventionnelle aura baissé de 33 % en 2040, et n’occupera plus que 40 % du marché de la « viande ». Le reste sera fourni à 25 % par des substituts végans et à 35 % par de la viande cellulaire qui pour l’instant ne comprend aucun produit en vente.

RAV249 infog synthese viande

La viande cellulaire, étape ultime de l’industrialisation de l’élevage

« Le jour où les alternatives seront prêtes, industrialisées et donc accessibles économiquement, le marché de la viande risque de s’effondrer en très peu de temps, ajoutent les futurs experts en intelligence économique. « Les esprits seront prêts, les produits de substitution aussi. » Pour préparer l’opinion à accepter ces nouveaux aliments, il faut trouver des alliés. Les étudiants de l’EGE avancent que « Jérémy Coller a noué un partenariat avec des ONG welfaristes (CIWF, World animal protection) qui ont des réseaux globaux, qui sont présentes au plus haut niveau dans l’environnement institutionnel et politique et sont référentes parmi leurs pairs […]. Ces partenaires établissent les normes et standards qui deviendront des solutions techniques apportées aux entreprises qu’il a préalablement sollicitées. » Pour sa part, Jocelyne Porcher est persuadée d’une collusion d’intérêts entre le monde de la Foodtech et celui des abolitionnistes pour imposer une agriculture sans élevage. Elle développe cette thèse dans son dernier livre Cause animale, cause du capital, paru en septembre 2019 (1). Selon elle, la viande cellulaire procède de la même démarche d’appropriation capitalistique des animaux que le fit l’élevage industriel au XXe siècle, et ce avec la complicité tacite des welfaristes. En martelant que l’élevage n’est que violence et souffrance, les activistes cherchent à provoquer le dégoût physique et moral de la vraie viande et à imposer la viande cellulaire comme seule alternative. La chercheuse de l’Inra milite pour une troisième voie, celle d’un élevage non industriel et éthique plus respectueux de l’animal.

La filière viande « doit sortir du vide stratégique »

Ces propos résonnent étrangement à la lecture d’Axelle Playoust-Broure dans les Cahiers antispécistes (n° 42-mai 2019). Pour elle, « la biotechnologie de la viande cellulaire semble avoir le potentiel nécessaire pour faire basculer le paradigme alimentaire mondial vers un modèle plus rationnel, moins violent et pour faciliter la diffusion de l’antispécisme. » Avant de parvenir à un monde sans élevage, il est stratégiquement opportun de « garder la viande (NDLR : de synthèse) pour mieux se débarrasser du meurtre (NDLR : des animaux non humains). » Ces perspectives sont-elles exagérées ? Peut-être. En tout cas, il ne faudrait pas les balayer d’un revers de la main estime l’École de guerre économique (EGE) : « il s’agit potentiellement d’un changement de modèle complet où de nouvelles règles sont écrites par d’autres, où les produits seront différents. C’est probablement en ce sens que la filière viande France doit sortir du vide stratégique qui est le sien. » Elle ne « peut plus se cantonner à l’extinction des incendies allumés par L214 et ses pairs, martèlent-ils. Elle a déjà perdu la bataille de l’information. Elle doit vite se renforcer pour acquérir une puissance de frappe, une profondeur de champ d’analyse […] et établir une stratégie de moyen long terme pour la sauvegarde de ses terres et de ses animaux d’élevage. » L’EGE appelle aussi l’État à inclure l’agroalimentaire dans les secteurs clés à protéger. Un homme averti en vaut deux.

(1) Comment perdre une guerre économique : l’exemple de la filière viande.
(2) Éditions le Bord de l’eau - www.editionsbdl.com

« La viande cellulaire n’est plus de la science-fiction »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’influenza aviaire est hors de contrôle en Hongrie
Un sérotype H5N8 hautement pathogène de l’influenza aviaire a très largement diffusé dans le sud-ouest de la Hongrie, alors que…
Tristan Poincloux parle de P5 (5ème bâtiment) pour désigner sa nouvelle chaufferie à biomasse. " C'est comparable en matière d'investissement, de longévité et de rentabilité, mais avec beaucoup moins de temps passé." © P. Le Douarin
Avec sa chaudière à biomasse, Tristan Poincloux recherche de meilleures performances dans son poulailler
Spécialisé en poulet standard, Tristan Poincloux a investi pour réduire son coût de chauffage, mais aussi pour améliorer les…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)