Aller au contenu principal

LDC booste ses ventes de volailles depuis septembre 2018

À la suite de ses rachats d’entreprises, les ventes du leader français de la volaille ont bondi de 8,8% en valeur entre septembre et novembre derniers par rapport à 2017.

© P. Le Douarin

Le groupe LDC a communiqué le 8 janvier les chiffres des ventes de ses trois pôles, qui montrent les effets de sa croissance externe. Le troisième trimestre de son exercice (1er septembre-30 novembre) a vu son chiffre d’affaires global croître de 8.8% (1039 millions d’euros) et de 8% en volume par rapport à celui de 2017. Et de 3.4% en valeur et 0.9% en volume hors croissance externe. Il faut dire que les acquisitions ont été assez nombreuses : société Favreau (abattoir de canards) intégrée depuis le 1er mars dans les comptes, les produits élaborés de Doux depuis le 22 mai, Couthouis et Péridy (deux abattoirs de canards) depuis le 1er juillet et Tranzit (palmipèdes et poulets en Hongrie) depuis le 1er septembre.

Sur le pôle volaille France, les ventes ont progressé de 5.7% (2126 M€) - 2.6% à périmètre identique-  sur les 9 premiers mois de l’exercice (mars à novembre) et hors amont (œuf, accouvage, nutrition animale… totalisant 197 M€). Les volumes suivent la même tendance (+5.6 % et +1.4 % à périmètre identique). Au 3eme trimestre, les ventes progressent de 8.2% en valeur et 3% en volume. Les revalorisations tarifaires appliquées depuis le mois de novembre ont commencé à faire leurs effets.

Sur le pôle International, l’arrivée de Tranzit acquise le 22 août booste les ventes de 32% au 3eme trimestre. De plus la relance de la Pologne fait progresser le pôle de 12.7% (212 M€) sur neuf mois. La fin d’exercice est prévue sur la même tendance.

Sur le pôle Traiteur, l’activité progresse de 2,5% en valeur sur 9 mois (446 M€) et de 2.2% en volume.

En dépit des mouvements sociaux qui ont perturbé l’activité commerciale, le groupe LDC prévoit le même objectif de résultat opérationnel courant, c’est à dire en léger retrait par rapport à 2017-2018.

Les plus lus

David Labbé en action fin janvier sur un barrage filtrant de la RN 12 dans les Côtes d'Armor
Contestations agricoles : « Nous sommes prêts à repartir au combat » explique cet éleveur de volailles

Producteur de poulets lourds en Côtes-d’Armor, David Labbé a largement participé aux mouvements agricoles. L’éleveur syndiqué…

Avec le poulet Label rouge, Corentin Chateignier, ici avec son père Alain, renforce le positionnement qualitatif et original de sa production (asperges, lavandin, truffe, ...
Installation en Beauce : « Je me suis diversifié dans le poulet Label rouge »
D’abord installé grâce à deux poulaillers Label rouge, Corentin Chateignier a récidivé pour conforter la diversification de l’…
Grippe aviaire : quels sont les départements qui vaccinent le plus de canards ?

Le dernier bilan de la campagne de vaccination contre l’influenza aviaire (IA) détaille la répartition géographique de l’…

À Saint-Fulgent, le siège social du groupe Routhiau se trouve à moins de 500 m de l'usine Maitre Coq du groupe LDC.
Industrie de la volaille : L’expansion de LDC se poursuit avec le rachat du groupe Routhiau

Le leader français de la volaille est en négociations exclusives pour la reprise du groupe vendéen Routhiau, spécialisé dans…

Bien-être animal : L’association antispéciste L214 doit cesser de dénigrer la marque Le Gaulois

Assignée en référé par le groupe LDC, l’association antispéciste L214 a été condamnée le 22 février à faire cesser…

La vente directe assure la moitié du chiffre d'affaires du Moulin d'Aubin.
« Nous jouons la complémentarité entre œufs et cultures bio »

Pour maximiser ses revenus, la ferme du Moulin d’Aubin dans la Drôme est passée du poulet conventionnel certifié à la poule…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)