Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

LDC booste ses ventes de volailles depuis septembre 2018

À la suite de ses rachats d’entreprises, les ventes du leader français de la volaille ont bondi de 8,8% en valeur entre septembre et novembre derniers par rapport à 2017.

© P. Le Douarin

Le groupe LDC a communiqué le 8 janvier les chiffres des ventes de ses trois pôles, qui montrent les effets de sa croissance externe. Le troisième trimestre de son exercice (1er septembre-30 novembre) a vu son chiffre d’affaires global croître de 8.8% (1039 millions d’euros) et de 8% en volume par rapport à celui de 2017. Et de 3.4% en valeur et 0.9% en volume hors croissance externe. Il faut dire que les acquisitions ont été assez nombreuses : société Favreau (abattoir de canards) intégrée depuis le 1er mars dans les comptes, les produits élaborés de Doux depuis le 22 mai, Couthouis et Péridy (deux abattoirs de canards) depuis le 1er juillet et Tranzit (palmipèdes et poulets en Hongrie) depuis le 1er septembre.

Sur le pôle volaille France, les ventes ont progressé de 5.7% (2126 M€) - 2.6% à périmètre identique-  sur les 9 premiers mois de l’exercice (mars à novembre) et hors amont (œuf, accouvage, nutrition animale… totalisant 197 M€). Les volumes suivent la même tendance (+5.6 % et +1.4 % à périmètre identique). Au 3eme trimestre, les ventes progressent de 8.2% en valeur et 3% en volume. Les revalorisations tarifaires appliquées depuis le mois de novembre ont commencé à faire leurs effets.

Sur le pôle International, l’arrivée de Tranzit acquise le 22 août booste les ventes de 32% au 3eme trimestre. De plus la relance de la Pologne fait progresser le pôle de 12.7% (212 M€) sur neuf mois. La fin d’exercice est prévue sur la même tendance.

Sur le pôle Traiteur, l’activité progresse de 2,5% en valeur sur 9 mois (446 M€) et de 2.2% en volume.

En dépit des mouvements sociaux qui ont perturbé l’activité commerciale, le groupe LDC prévoit le même objectif de résultat opérationnel courant, c’est à dire en léger retrait par rapport à 2017-2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vignette
Une poussinière pour GP et GGP Hubbard
L’EARL du Haubert a reconstruit une de ses poussinières, dédiée à l’élevage de lignées chair de grands-parentaux et grands grands…
Vignette
La ville de New-York veut bannir le foie gras de ses restaurants

Mercredi 30 octobre 2109, le conseil municipal de New York a adopté par 42 voix contre 6 l’interdiction de vendre, détenir ou…

Vignette
« Le consommateur dicte l’avenir de nos filières » selon Jean-Michel Schaeffer, le président de l’interprofession volailles de chair
Pour l’Anvol, l’étiquetage des volailles transformées devient incontournable pour limiter la portée négative des accords…
Les aviculteurs investissent en 2019

Les emprunts agricoles de l'année 2019 auprès du Crédit Agricole sont en forte rupture, après une année…

Vignette
Le pigeonneau des Amyrelles décolle contre vents et marées
Le cercle très fermé des professionnels du pigeonneau de chair s’agrandit et se féminise avec la création d’un nouveau site d’une…
Vignette
Enquête avicole 2018 : Hausse des marges brutes malgré le poids des charges variables
L’enquête avicole des chambres d’agriculture sur les volailles de chair montre une amélioration des marges liée à une bonne…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)