Aller au contenu principal

Volailles : Actualité agricole et agroalimentaire des filières poulets, poules pondeuses, canards, dindes, œufs, foie gras dédié

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

LDC booste ses ventes de volailles depuis septembre 2018

À la suite de ses rachats d’entreprises, les ventes du leader français de la volaille ont bondi de 8,8% en valeur entre septembre et novembre derniers par rapport à 2017.

© P. Le Douarin

Le groupe LDC a communiqué le 8 janvier les chiffres des ventes de ses trois pôles, qui montrent les effets de sa croissance externe. Le troisième trimestre de son exercice (1er septembre-30 novembre) a vu son chiffre d’affaires global croître de 8.8% (1039 millions d’euros) et de 8% en volume par rapport à celui de 2017. Et de 3.4% en valeur et 0.9% en volume hors croissance externe. Il faut dire que les acquisitions ont été assez nombreuses : société Favreau (abattoir de canards) intégrée depuis le 1er mars dans les comptes, les produits élaborés de Doux depuis le 22 mai, Couthouis et Péridy (deux abattoirs de canards) depuis le 1er juillet et Tranzit (palmipèdes et poulets en Hongrie) depuis le 1er septembre.

Sur le pôle volaille France, les ventes ont progressé de 5.7% (2126 M€) - 2.6% à périmètre identique-  sur les 9 premiers mois de l’exercice (mars à novembre) et hors amont (œuf, accouvage, nutrition animale… totalisant 197 M€). Les volumes suivent la même tendance (+5.6 % et +1.4 % à périmètre identique). Au 3eme trimestre, les ventes progressent de 8.2% en valeur et 3% en volume. Les revalorisations tarifaires appliquées depuis le mois de novembre ont commencé à faire leurs effets.

Sur le pôle International, l’arrivée de Tranzit acquise le 22 août booste les ventes de 32% au 3eme trimestre. De plus la relance de la Pologne fait progresser le pôle de 12.7% (212 M€) sur neuf mois. La fin d’exercice est prévue sur la même tendance.

Sur le pôle Traiteur, l’activité progresse de 2,5% en valeur sur 9 mois (446 M€) et de 2.2% en volume.

En dépit des mouvements sociaux qui ont perturbé l’activité commerciale, le groupe LDC prévoit le même objectif de résultat opérationnel courant, c’est à dire en léger retrait par rapport à 2017-2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Vignette
La coopérative des volailles de Loué réagit à la baisse des ventes de poulet entier label rouge
Surpris par le recul du poulet entier et la stagnation de l’œuf sous labels rouges, le leader national prépare une nouvelle…
Vignette
La course au sexage des embryons de poule
Parmi les nombreuses start-up qui travaillent sur l’ovosexage, la société allemande Seleggt semble avoir pris un temps d’avance,…
Vignette
La volaille est le dindon de la farce de l’accord entre l’Union européenne et le Mercosur
Signé le 28 juin, l’accord commercial bilatéral entre l’Union européenne et le Mercosur pénalise fortement le secteur agricole…
Vignette
Des bâtiments avec davantage d’espace et de lumière pour les dindons
Avec le soutien de sa coopérative Le Gouessant, Jérémy Fillon élève ses dindons en densité réduite dans deux bâtiments en lumière…
Vignette
Le groupe coopératif Terrena investit dans ses filières de volailles différenciées et les PAI
La page Doux est tournée chez Terrena. Le groupe investit désormais dans les filières différenciées, notamment avec un nouvel…
Vignette
LDC en pole position européenne
Avec ses acquisitions, le groupe LDC accroît ses performances et se positionne en leader européen, mais il stagne dans les GMS en…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Aviculture
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Aviculture
Newsletter COT'Hedbo Aviculture (tendances et cotations de la semaine)