Aller au contenu principal
Font Size

L'avis de deux sélectionneurs sur l'élevage de dindes en bâtiment spécialisé

Hybrid Turkeys et Aviagen Turkeys insistent sur la technicité élevée qu’impose l’élevage en bâtiments spécialisés.

Dindons à une semaine de l'abattage : le système de production français est le plus productiviste en termes de poids vif mais pas en poids de viande.
Dindons à une semaine de l'abattage : le système de production français est le plus productiviste en termes de poids vif mais pas en poids de viande.
© P. Le Douarin

La technique du « démarrage en poussinière et transfert en bâtiments d’engraissement » est généralement associée à une densité d’élevage supérieure voire double durant les premières semaines. Elle nécessite une plus grande technicité, une surveillance accrue et le respect de fondamentaux, que nous rappelle Pierre Dulac, d’Hybrid Turkeys. Selon Jérôme Noirault, d’Aviagen Turkeys, l’amélioration de l’expression du potentiel génétique passe nécessairement par des densités des mâles plus faibles, dès 4 semaines.

Pierre Dulac, d’Hybrid Turkeys, le souligne : « La phase de démarrage est essentielle. L’éleveur doit se fixer des objectifs de performances ambitieux, avec une croissance proche du standard du sélectionneur car un retard de GMQ à 28 jours sera dur à récupérer. L’élément clé est d’avoir suffisamment d’équipements d’abreuvement et d’alimentation (voir préconisations ci-contre). Le dindonneau se déplace moins bien qu’un poussin. » Les fondamentaux doivent être respectés : confort thermique (32°C le premier jour en chauffage en ambiance ou plus s’il n’y a pas de radiants 29°C en localisé avec 40-42° sous radiants, puis baisse rapide les jours suivants) ; la qualité de la ventilation avec un taux de renouvellement suffisant (CO2 inférieur à 2500 ppm dès le préchauffage) ; une intensité lumineuse de 60 à 80 lux pour stimuler l’activité des dindonneaux et les aider à repérer les points d’eau et d’aliment ; une litière sèche régulièrement renouvelée. En poussinière, il est déconseillé de dépasser une densité de 12 dindonneaux par m2. Au-delà, il est compliqué de respecter les normes en termes de nombre de points d’eau et d’aliment : on aurait un tapis de mangeoires, au milieu duquel il serait difficile de circuler. Du point de vue du sélectionneur, le kilotage instantané en engraissement ne devrait rester proche de 50 à 55 kg/m2. »

Jérôme Noirault, d’Aviagen Turkeys, va dans le même sens. « Pour favoriser le GMQ et optimiser le rendement en viande, la densité des mâles devrait baisser à 4/m2 dès 4 semaines, ce qui est possible avec l’engraissement par sexe séparé sur deux sites distincts. Dans le schéma actuel français basé sur l’engraissement mixte, la densité se situe autour de 5,5 pour les mâles et à 10 pour les femelles, soit 7,5 en moyenne. Malgré une densité plus faible après le départ des femelles, les dindons n’auront pas de croissance compensatrice. Notre système de production français est le plus productiviste en termes de poids vif mais pas en poids de viande. Nous sommes plus éloignés des standards de souches (en poids moyen comme en rendement) que ne le sont nos concurrents étrangers. De plus, la dinde perd son avantage sur le rendement par rapport à l’espèce au poulet : il se stabilise à 22% quand celui du poulet a progressé de 17-18% à 20% durant la dernière décennie.

L’intérêt d’une baisse de la densité doit se raisonner au niveau de la filière car l’amélioration du poids vif ne pourra compenser à elle seule la baisse de densité. Il faut ajouter le gain de rendement pour l’abattoir. Pour l’éleveur, l’impact économique d’une baisse de densité en engraissement devrait être davantage raisonné sur la marge nette : moins de frais de santé, bâtiments d’engraissement moins coûteux… Il est également important d’anticiper les réglementations sur le bien-être animal. Des discussions en cours au niveau de l’Europe portent sur une limitation du kilotage instantané à 52-58 kg, éloigné de nos pratiques actuelles. »

Voir aussi article Des bâtiments dinde spécialisés démarrage ou finition.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Les odeurs liées aux élevages, autour des bâtiments ou lors de la manutention des effluents, sont parfois ressentis par les riverains comme des nuisances
L’Itavi teste un « nez » électronique pour mesurer les odeurs liées aux élevages
Le nez électronique est une technologie explorée pour détecter plus facilement et plus rapidement les odeurs liées aux élevages…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)