Aller au contenu principal

La rigidité du granulé a une incidence sur les refus alimentaires des volailles

Le contraste sensoriel — visuel et tactile — entre l’ancien et le nouvel aliment modifie le comportement des volailles lors des transitions alimentaires. C'est ce que montre les travaux réalisés dans le cadre de l'UMT Bird et du projet Visavi.

Lors d’un changement d’aliment, les volailles et en particulier les dindonneaux passent
davantage de temps à l’observation au détriment du picorage.
Lors d’un changement d’aliment, les volailles et en particulier les dindonneaux passent
davantage de temps à l’observation au détriment du picorage.
© A. Puybasset

Les volailles sont sensibles à des modifications minimes de l’aliment qui sont difficilement perceptibles par l’homme. Une nouvelle livraison d’aliment ou une transition alimentaire peuvent avoir une incidence importante sur la consommation des volailles, en particulier pour l’espèce dinde. Initié en 2008, le projet Visavi(1) cherche à résoudre les problèmes de refus alimentaires. Il essaie de définir des descripteurs des aliments permettant de faire le lien avec les modifications de comportement alimentaire lors des transitions. « La granulométrie et la durabilité de l’aliment sont les principales mesures réalisées en usine. Mais ces critères ne permettent pas toujours d’expliquer un cas de refus observé en élevage », souligne Isabelle Bouvarel, coordinatrice du projet.


LA VUE PUIS LE TOUCHER DE L’ALIMENT


Plusieurs études de comportement ont été réalisées en élevage (avec des caméras orientées vers les lignes d’alimentation: méthode du focal sampling) mais aussi en conditions « contrôlées » (mesures individuelles en station expérimentale). Les volailles réagissent fortement lors d’un changement de forme de l’aliment de miettes à granulés ou à la farine : elles passent davantage de temps à l’observation au détriment du picorage, ce qui suggère une réaction de néophobie (peur du nouvel aliment). La couleur de l’aliment est également un facteur important. Le changement de teinte du rouge vers le vert ou l’augmentation du nombre de motifs sombres à la surface du granulé lors de la transition réduit l’ingestion chez la dinde. Le comportement alimentaire est aussi influencé par la variation de la dureté des aliments.


EXPÉRIENCE ALIMENTAIRE


Un essai réalisé en station a montré que le fait de diminuer l’écart de rigidité (mesurée par un test de compression) entre l’ancien et le nouvel aliment pourrait faciliter l’adaptation à court terme des dindonneaux. Ces travaux montrent que la réaction des dindonneaux est proportionnelle au contraste entre les caractéristiques — tout d’abord visuelles puis tactiles — de l’aliment connu et du nouvel aliment. « Deux solutions peuvent être envisagées pour réduire la néophobie des volailles : réduire les contrastes ou habituer la volaille à des caractéristiques sensorielles variées en pratiquant des changements réguliers d’aliments (rôle positif de l’expérience alimentaire). » Le projet Visavi a montré la pertinence de nouveaux descripteurs que sont l’analyse d’image numérique pour déterminer la couleur et la texture ainsi que la rhéologie (rigidité). L’objectif à terme étant d’établir des recommandations pour les fabricants d’aliment. Pour Isabelle Bouvarel, « la prise en compte de la sensorialité des aliments et des capacités d’apprentissage des volailles, constituera un challenge ambitieux pour améliorer la durabilité de la production. »

 

(1) Perception visuelle et tactile des espèces aviaires en lien avec leur comportement alimentaire, projet financé par l’ANR, le Cidef et le CIP. Collaboration Itavi, Inra, université Paris Descartes, CCPA, CSNE, In Vivo NSA, Primex, Provimi, Maïsadour, MG2Mix et Sanders, avec la participation de Tecaliman. JRA pages 32, 113, 115, 118, 119, 136 et 141.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ? (mise à jour du 21 novembre 2022)
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Grippe aviaire : la lutte préventive monte encore d’un cran en Bretagne, Pays de Loire et Deux Sèvres
  Une instruction technique de la direction générale de l‘alimentation (DGAL) renforce la biosécurité et la surveillance des…
Paul Daugreilh dans le bâtiment d’Emmanuel Misson à Meilhan-sur-Garonne. La pulvérisation sans filtre se fait sur les zones cibles, à savoir sous les mangeoires, les pesons et au bas des parois.
Volailles de chair : Une lutte biologique efficace contre les ténébrions
Retour d’expérience d’un éleveur technicien sur l’utilisation d’une solution de lutte biologique intégrée contre les ténébrions…
L'équipement est aux normes d'élevage les plus récentes. Rien ne laisse penser que ce bâtiment a presque 40 ans.
Rénovation d'un poulailler de chair : Les frères Quilleré refont du neuf avec du vieux
Installés fin 2017 en Centre Bretagne, Nicolas et Frédéric Quilleré ont fait le choix de reprendre un site aussi âgé qu’eux pour…
Poule pondeuse : Les ambitions de croissance du couvoir Lanckriet
Basée dans la Somme, la société d’accouvage Lanckriet veut se développer sur l’ensemble du territoire.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)