Aller au contenu principal
Font Size

La Pologne ne maîtrise pas les salmonelles sur ses viandes de volaille

Premier producteur européen de volailles, la Pologne est aussi le premier en matière de contamination en salmonelles.

La réglementation européenne impose un autocontrôle des salmonelles dans les abattoirs complété par des controles vétérinaires officiels
© P.Le Douarin

Vis-à-vis des salmonelles, il ne fait pas bon être un poulet ou une dinde polonaise, à en croire les informations recueillies par le réseau d’alerte rapide européen RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed) (1).

Du 1er janvier au 2 juin, le réseau a enregistré 136 notifications concernant la présence de salmonelles dans des produits de viande de poulets et de dindes en provenance de Pologne, sous différentes formes (frais, surgelé, mariné). La Pologne représente 69 % des déclarations totales de salmonelles pour la viande de volaille. Par comparaison, durant la même période une seule notification a été faite pour le Brésil et deux pour la France.

Cette situation n’est pas récente et ne fait qu’empirer. Toujours selon le RASFF, en 2018 la Pologne a représenté 24% de toutes les déclarations de non-conformité salmonelles sur la volaille (65 sur 265) et 55 % en 2019 (185 sur 339).

De nombreux pays de l’Est de l’UE ont notifié ces anomalies, mais aussi la France et l’Italie. Curieusement, ni les Pays-Bas, ni l’Allemagne n’ont notifié de cas.

Plusieurs sérotypes sont mis en cause, notamment S. Enteritidis et S.Typhimurium, qui doivent être recherchés systématiquement.

Des contrôles officiels sans beaucoup d’effet

La DG Santé, la direction de l’UE chargée de la sécurité alimentaire et de la santé, a été alertée depuis longtemps par cette situation.

Fin mars 2019, elle avait mandaté un audit de l’OAV, organisme européen chargé des inspections vétérinaires dans les Etats membres. Il s’agissait de vérifier si la législation européenne était respectée. Un résumé est accessible sur son site.

Globalement, les contrôles vétérinaires polonaises suivent les instructions européennes, mais plusieurs anomalies ont été constatées, notamment « des lacunes concernant les exigences structurelles et les exigences d’hygiène... non décelées par aucun niveau de contrôle des autorités compétentes... n’ont pas été corrigées. » Le rapport estime aussi que le bon fonctionnement des contrôles est compromis par le faible niveau de rémunération du personnel. En filigrane, la question de la qualité et de l’impartialité des contrôles est posée, ainsi que le conflit d’intérêts.

La question de la fiabilité de l’échantillonnage effectué pour les autocontrôles a été aussi mise en évidence. Quand des anomalies sont constatées, les actions correctives prises ne sont pas efficaces pour empêcher la réintroduction de salmonelles dans la chaîne de transformation.

 

(1) Cette base de données est alimentée par les Etats membres. Accessible au consommateur, elle affiche au jour le jour les problèmes relatifs aux produits agroalimentaires et animaux entrant ou circulant dans l’UE .

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
L'utilisation d'un pulvérisateur électrique sur chariot à roulettes, muni d'un long dévidoir, réduit la pénibilité lors de la pulvérisation du traitement contre les poux.  © P. Riner
Un diagnostic pour mieux prévenir l’infestation du pou rouge en poules pondeuses
Elanco propose une démarche d’accompagnement pour aider les éleveurs de poules pondeuses à lutter contre l’acarien Dermanyssus…
Les mises en place nationales de canetons chair ont diminué de 28% en avril par rapport au même mois de 2019 (497 100 têtes par semaine) selon l'interprofession du canard. © P. Le Douarin
Les Pays de la Loire aident les éleveurs de canards Barbarie

Les collectivités territoriales ligériennes viennent au secours des 400 éleveurs de canards de chair.…

D'ordinaire réalisée en élevage (et pas à l'abattoir), la sérologie permet de suivre les traces du passage d'un virus dans un lot. © Synalaf
Les poulets plein air sont peu exposés à l’Influenza aviaire
Selon une enquête réalisée en 2018, les poulets label rouge et biologique, élevés en plein air, seraient indemnes de contact avec…
Les Mexicains sont de gros consommateurs de saucisses, fabriquées notamment avec de la VSM de volaille. © P. Le Douarin
La volaille plutôt épargnée par l’accord UE-Mexique

La modernisation de l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mexique devrait être…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)