Aller au contenu principal

La Pologne ne maîtrise pas les salmonelles sur ses viandes de volaille

Premier producteur européen de volailles, la Pologne est aussi le premier en matière de contamination en salmonelles.

La réglementation européenne impose un autocontrôle des salmonelles dans les abattoirs complété par des controles vétérinaires officiels
© P.Le Douarin

Vis-à-vis des salmonelles, il ne fait pas bon être un poulet ou une dinde polonaise, à en croire les informations recueillies par le réseau d’alerte rapide européen RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed) (1).

Du 1er janvier au 2 juin, le réseau a enregistré 136 notifications concernant la présence de salmonelles dans des produits de viande de poulets et de dindes en provenance de Pologne, sous différentes formes (frais, surgelé, mariné). La Pologne représente 69 % des déclarations totales de salmonelles pour la viande de volaille. Par comparaison, durant la même période une seule notification a été faite pour le Brésil et deux pour la France.

Cette situation n’est pas récente et ne fait qu’empirer. Toujours selon le RASFF, en 2018 la Pologne a représenté 24% de toutes les déclarations de non-conformité salmonelles sur la volaille (65 sur 265) et 55 % en 2019 (185 sur 339).

De nombreux pays de l’Est de l’UE ont notifié ces anomalies, mais aussi la France et l’Italie. Curieusement, ni les Pays-Bas, ni l’Allemagne n’ont notifié de cas.

Plusieurs sérotypes sont mis en cause, notamment S. Enteritidis et S.Typhimurium, qui doivent être recherchés systématiquement.

Des contrôles officiels sans beaucoup d’effet

La DG Santé, la direction de l’UE chargée de la sécurité alimentaire et de la santé, a été alertée depuis longtemps par cette situation.

Fin mars 2019, elle avait mandaté un audit de l’OAV, organisme européen chargé des inspections vétérinaires dans les Etats membres. Il s’agissait de vérifier si la législation européenne était respectée. Un résumé est accessible sur son site.

Globalement, les contrôles vétérinaires polonaises suivent les instructions européennes, mais plusieurs anomalies ont été constatées, notamment « des lacunes concernant les exigences structurelles et les exigences d’hygiène... non décelées par aucun niveau de contrôle des autorités compétentes... n’ont pas été corrigées. » Le rapport estime aussi que le bon fonctionnement des contrôles est compromis par le faible niveau de rémunération du personnel. En filigrane, la question de la qualité et de l’impartialité des contrôles est posée, ainsi que le conflit d’intérêts.

La question de la fiabilité de l’échantillonnage effectué pour les autocontrôles a été aussi mise en évidence. Quand des anomalies sont constatées, les actions correctives prises ne sont pas efficaces pour empêcher la réintroduction de salmonelles dans la chaîne de transformation.

 

(1) Cette base de données est alimentée par les Etats membres. Accessible au consommateur, elle affiche au jour le jour les problèmes relatifs aux produits agroalimentaires et animaux entrant ou circulant dans l’UE .

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Eclosion à la ferme (concept X-Treck)
Les Pays-Bas passent à l’alimentation précoce des poussins de chair
D’ici septembre 2024, tous les poussins de chair nés aux Pays-Bas devront avoir accès à l’alimentation dans les 36 heures qui…
Eureden développe le concept de l'élevage au sol "Mieux-être animal" pour remplacer les cages qui disparaîtront en 2025.
Les défis de la nouvelle branche œuf d’Eureden
Effective depuis le 1er janvier, l’union des coopératives bretonnes Triskalia et D’Aucy a donné naissance à la filière…
Influenza aviaire : les nouvelles règles à respecter pour les éleveurs de volailles
La nouvelle réglementation sur la prévention sanitaire et la lutte contre l’influenza aviaire a été officialisée ce jeudi matin…
Elevé au minimum jusqu'à 56 jours, le poulet Plein Champ a accès au même parcours que le poulet label rouge de Loué..
Loué prépare l’avenir avec son poulet certifié Plein Champ
Lancé en mars 2020, le poulet certifié qui sort à l’extérieur et qui est produit par les Fermiers de Loué, est destiné à s’…
La colibacillose clinique résulte de la présence de souches virulentes associées à des conditions d'élevage à risque.
La colibacillose n’est pas une fatalité en élevage de poulet
Le suivi de 80 élevages de poulets enseigne que l’incidence de la colibacillose peut être atténuée par des mesures de biosécurité…
La gestion en flux tendu des plannings de ramassage est ressortie comme un point bloquant majeur à l'observance de la biosécurité.
Aider les équipes de ramassage de volailles à intégrer la biosécurité
De bonnes conditions d’accueil, un planning de ramassage bien anticipé et une meilleure communication entre acteurs sont autant…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)