Aller au contenu principal

La hausse de l’acier et des plastiques impacte le prix des équipements avicoles

L’explosion des prix ne concerne pas seulement les matières premières agricoles. L’acier et les polymères plastiques connaissent une flambée qui va toucher le secteur de l’élevage.

Tous les matériaux de construction voient leur prix flamber avec la Covid-19 : le bois, l'acier, l'isolant, le plastique... © P. Le Douarin
Tous les matériaux de construction voient leur prix flamber avec la Covid-19 : le bois, l'acier, l'isolant, le plastique...
© P. Le Douarin

Branle-bas de combat chez les fournisseurs de bâtiments et d’équipements d’élevage. Depuis la fin de l’automne 2020, ils subissent de fortes augmentations des prix (en dizaines de pourcent) sur leurs achats de matières premières à base d’acier et de polymères utilisés pour la construction, les isolants, les produits en matière plastique.

Ils rencontrent des difficultés d’approvisionnement qui surenchérissent encore le prix. « On nous vend très cher en disant que c’est à prendre ou à laisser, car dans l’heure qui suit le lot peut être vendu plus cher », se lamente le directeur commercial d’un constructeur national spécialisé en avicole.

Avec peu de stock d’avance et une part importante du coût matière dans le prix de vente, une hausse du prix des bâtiments sera inévitable. « Même le bois est en forte augmentation. Selon nos modèles de bâtiments, cela oscille entre +8 % et +15 % », précise ce directeur commercial. Qui plus est, ce constructeur va devoir annoncer cette hausse pour des commandes passées avant la flambée des cours.

Du côté des fournisseurs d’équipements, le son de cloche est le même, mais avec un impact plus modéré du coût matière. Chez Orela, Guillaume Raimbault assure que la hausse sera de l’ordre de 3 à 5 % car pour certains produits des stocks ont été constitués sur place et chez les fournisseurs. « Au-delà on risquerait d’arrêter notre activité », précise le directeur général. Le fabricant de systèmes d’alimentation Le Roy estime que ses tarifs devraient augmenter de 1 à 5 % selon les produits, quand un confrère prévoit une hausse globale de 2 % à partir de juillet

« Ce qui est très compliqué, admet ce directeur commercial d’un autre fabricant de mangeoires et silos, c’est que nous ne savons pas combien de temps nous pourrons tenir le tarif et garantir ce prix pour des installations qui auront lieu dans plusieurs mois, voire en 2022. » Or, les porteurs de projets ont besoin de visibilité, pour leur obtenir leur plan de financement et pour estimer l’intérêt de leur investissement. « Des projets risquent d’être reportés, voire annulés », se désole-t-il. Alors que les constructeurs et équipementiers ont mieux passé la crise Covid que prévu, le retour de bâton pourrait se produire cette année.

Pourquoi l’acier et les polymères augmentent

Commencées au mois de novembre, les augmentations de l’acier et des plastiques ont plusieurs origines. Pour l’acier de fonte, la Covid a fait chuter la demande mondiale, ce qui a poussé les aciéries à arrêter leurs hauts fourneaux (environ 50 % des volumes en Europe). La reprise de l’économie s’est faite plus vite que le redémarrage de cette industrie, ce qui a épuisé les stocks. Par ailleurs, l’UE impose des quotas d’importation sur certains aciers qui ont donc manqué. De plus, le minerai a aussi augmenté. Le prix de l’acier de fonte est passé de 250 € la tonne avant novembre à au moins 600 € en février.

Lire aussi : Apres la flambée des prix, la menace de pénurie

Quant à l’acier électrique issu du recyclage de la ferraille, il coûterait au moins 800 € la tonne. La ferraille a également augmenté. Les fabricants, dont la Turquie très grosse productrice, auraient gonflé leur marge pour récupérer leur manque à gagner de 2020. Une bulle spéculative s’est créée sans que les acheteurs ne réagissent.

Pour les polymères plastiques, le scénario est sensiblement le même : confinement, fermeture d’usines (volontairement ou pannes), redémarrage industriel plus précoce de la Chine augmentant la demande, fonte des stocks et ruptures logistiques, hausse du fret maritime et du pétrole. Le retour à la normale n’est pas entrevu avant plusieurs mois, le temps que tout l’appareil productif mondial se remette en route. Quoi qu’il en soit la demande chinoise restera forte estiment les experts.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Apprécier le niveau de souffrance et la capacité à recouvrer assez vite un état quasi normal.
Comment décider de la mise à mort des volailles
L’Itavi et le monde vétérinaire, représenté par la SNGTV, ont édité un arbre décisionnel, qui permet à l’éleveur confronté à un…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)