Aller au contenu principal

La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée

Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.

Réalisée fin 2019 auprès de 42 éleveurs en poulet et dinde de chair (84 poulaillers spécialisés), l’enquête visait à mettre à jour les références, en particulier pour les élevages en poulet lourd où la litière est devenue un point clé de la maîtrise des pododermatites. Cela n’est pas sans conséquence sur les charges de litière qui ont plus que quadruplé en 10 ans pour le poulet sexé (1). Les trois quarts des éleveurs de l’échantillon achètent leur litière. La moitié utilise deux supports de litière. La paille reste la matière la plus utilisée, majoritairement broyée, mais il existe de fortes disparités selon les productions. En dinde (30 bâtiments), la paille broyée est largement dominante, au primopaillage (6-7 kg/m2) ainsi que lors des rajouts en cours de lot (6-8 kg). Les quantités ajoutées varient fortement selon les élevages, de 1 à 12 kg/m2/lot. Dans les bâtiments de poulets lourds équipés d’un sol bétonné (34 bâtiments), la paille broyée a disparu au profit de matériaux plus friables tels que la sciure, le granulé de paille ou la cosse de sarrasin. Les éleveurs n’utilisent qu’un seul support au primopaillage et épandent initialement en moyenne 1 kg/m2, à l’exception de la cosse de sarrasin, plus gourmande en paillage. Environ 2 kg sont rajoutés en cours de lot, surtout du granulé de bois ou de paille. Quant aux 13 élevages de poulet lourd sur terre battue, ils utilisent quant à eux majoritairement de la paille broyée comme litière de démarrage.

Un impact sur les pododermatites

L’enquête s’est aussi focalisée sur le taux de pododermatites (2)en fonction du support de litière dans les élevages de poulets lourds sexés. Elle confirme tout d’abord que les poulets sur sols bétonnés présentent moins de pododermatites, avec une moyenne médiane de 6 % contre 20 % en terre battue. Dans l’échantillon enquêté (sans chauffage de type radiant), il ressort que les lots élevés sur une litière principalement constituée de sciure et de granulés de paille ont des taux de pododermatites systématiquement inférieurs à 15 %.

Concernant les ajouts en cours de lot, ils sont réalisés dans deux tiers des cas en dinde à l’aide d’une pailleuse. En poulet sur sol battue, les repaillages sont majoritairement manuels. En poulet lourd sexé sur béton, seul un éleveur ne fait aucun rajout. Les autres le font souvent manuellement (ajout de granulés sur les zones humides), un tiers utilise une pailleuse. 

Armelle Puybasset

(1) Source : enquête avicole annuelle.
(2) Taux du dernier lot renseigné.

Taux de pododermatites selon la litière

Une meilleure qualité de pattes avec la sciure et le granulé de paille

Rav 258 graphique litiere
(Nombre de bâtiments sur sol béton, hors chauffage avec radiants)
Source : Chambres d’agriculture de Bretagne.

Répartition des classes de pododermatites selon le type de sol

Un avantage net pour le béton

 
Source : Chambres d’agriculture de Bretagne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Filière canard à foie gras : Un rapprochement entre Euralis et Maïsadour ?
Ce 28 juillet, les deux poids lourds coopératifs du sud-ouest annoncent être entrés en discussion pour travailler ensemble sur…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
L’éclairage naturel s’impose en volaille standard
Mis sous pression depuis 2016, les trois principaux groupes d’abattage demandent à leurs éleveurs d’élever des volailles au…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)