Aller au contenu principal

Comment les éleveurs de volailles gèrent leur litière

Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.

Réalisée fin 2019 auprès de 42 éleveurs en poulet et dinde de chair (84 poulaillers spécialisés), l’enquête visait à mettre à jour les références, en particulier pour les élevages en poulet lourd où la litière est devenue un point clé de la maîtrise des pododermatites. Cela n’est pas sans conséquence sur les charges de litière qui ont plus que quadruplé en 10 ans pour le poulet sexé (1). Les trois quarts des éleveurs de l’échantillon achètent leur litière. La moitié utilise deux supports de litière. La paille reste la matière la plus utilisée, majoritairement broyée, mais il existe de fortes disparités selon les productions. En dinde (30 bâtiments), la paille broyée est largement dominante, au primopaillage (6-7 kg/m2) ainsi que lors des rajouts en cours de lot (6-8 kg). Les quantités ajoutées varient fortement selon les élevages, de 1 à 12 kg/m2/lot. Dans les bâtiments de poulets lourds équipés d’un sol bétonné (34 bâtiments), la paille broyée a disparu au profit de matériaux plus friables tels que la sciure, le granulé de paille ou la cosse de sarrasin. Les éleveurs n’utilisent qu’un seul support au primopaillage et épandent initialement en moyenne 1 kg/m2, à l’exception de la cosse de sarrasin, plus gourmande en paillage. Environ 2 kg sont rajoutés en cours de lot, surtout du granulé de bois ou de paille. Quant aux 13 élevages de poulet lourd sur terre battue, ils utilisent quant à eux majoritairement de la paille broyée comme litière de démarrage.

Un impact sur les pododermatites

L’enquête s’est aussi focalisée sur le taux de pododermatites (2)en fonction du support de litière dans les élevages de poulets lourds sexés. Elle confirme tout d’abord que les poulets sur sols bétonnés présentent moins de pododermatites, avec une moyenne médiane de 6 % contre 20 % en terre battue. Dans l’échantillon enquêté (sans chauffage de type radiant), il ressort que les lots élevés sur une litière principalement constituée de sciure et de granulés de paille ont des taux de pododermatites systématiquement inférieurs à 15 %.

Concernant les ajouts en cours de lot, ils sont réalisés dans deux tiers des cas en dinde à l’aide d’une pailleuse. En poulet sur sol battue, les repaillages sont majoritairement manuels. En poulet lourd sexé sur béton, seul un éleveur ne fait aucun rajout. Les autres le font souvent manuellement (ajout de granulés sur les zones humides), un tiers utilise une pailleuse. 

Armelle Puybasset

(1) Source : enquête avicole annuelle.
(2) Taux du dernier lot renseigné.

Taux de pododermatites selon la litière

Une meilleure qualité de pattes avec la sciure et le granulé de paille

Rav 258 graphique litiere
(Nombre de bâtiments sur sol béton, hors chauffage avec radiants)
Source : Chambres d’agriculture de Bretagne.

Répartition des classes de pododermatites selon le type de sol

Un avantage net pour le béton

 
Source : Chambres d’agriculture de Bretagne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
À Montmeyran, Guillaume Delay a signé une promesse de bail sur 20 ans pour désamianter et solariser les toitures de ses deux bâtiments (1972 et 1988) dans lesquels il élevait des dindes. « L’aide de la région a fait la différence, l’opération ne doit rien me coûter ».
Bâtiments agricoles : Dans la Drôme, le photovoltaïque financera le désamiantage
L’installation de toitures photovoltaïques dans la communauté Valence Romans Agglo va permettre de financer le désamiantage d’…
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Le 16 juin, Philippe Juven a quitté la présidence de l’interprofession de l’œuf (CNPO) après une décennie bien remplie. Commencée…
Le projet Européen aWISH (« Animal Welfare Indicator at SlaughterHouse » ) va développer des outils de surveillance du bien-être animal en temps réel, tout au long de la chaîne de production jusqu'à l’abattoir.
Recherche et Développement : trois nouveaux projets de l’Itavi
À travers trois nouveaux projets de recherche et développement nationaux et européens, l’Itavi travaille à concilier l’économie…
Nutrition des volailles : le phosphore, une matière première critique
Bien que les phytases soient utilisées depuis trente ans en volailles, il reste encore à faire pour mieux rendre disponible le…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)