Aller au contenu principal
Font Size

La CFA attend plus de soutiens publics

Déroulée dans un climat sanitaire plus serein qu’en 2016 et 2017, l’assemblée générale de la CFA a mis l’accent sur l’accompagnement public des filières volailles qui se sont remises en mouvement.

Jean-Michel Schaeffer
© P. Le Douarin

Le président de la Confédération française de l’aviculture (CFA) Jean-Michel Schaeffer a salué le travail colossal de la filière foie gras mené depuis 2016. En se remettant en cause aux plans sanitaire et technique, elle a su rebondir. Et ceci au prix d’importants investissements. C’est aussi le cas en œuf avec la mise aux normes sociétales et en volailles de chair pour retrouver de la compétitivité et reconquérir les marchés de la restauration hors domicile. Les besoins d’investissements sont très importants : ils ont été chiffrés à 2,3 milliards d’euros rien qu’en filière chair. Jean-Michel Schaeffer compte sur tous les leviers, les éleveurs, les entreprises et ceux de l’État et des collectivités. Sur ce point, il a fait part « d’une très grande inquiétude sur les Plans de compétitivité et d’adaptation des exploitations (PCAE) en région. Les caisses seront vides pour certaines régions dès juin 2019. Le Grand plan d’investissement (GPI) de 5 milliards d’euros qui insiste plutôt sur les fonds de garantie ou les projets de filière ne pourra semble-t-il pas prendre le relais ; seulement 500 millions d’euros sont fléchés sur la modernisation des exploitations agricoles. Comment faire la jointure entre les deux programmations ? » Le représentant du ministre de l’Agriculture, Philippe Duclaud, lui a assuré que « le GPI ne remplacera pas les PCAE, en précisant que de nouvelles modalités de ciblage verront le jour en 2019. »

Protéger par l’étiquetage et les mêmes standards

Les autres points de crispation de la CFA concernent l’importation des produits de volaille et l’augmentation des charges qui viennent saper le travail de montée en gamme et de reconquête des marchés. « Nous sommes prêts à faire évoluer nos systèmes mais comment le faire si l’Europe persiste à signer des accords commerciaux internationaux destructeurs ? Et comment faciliter la montée en gamme si les charges ne cessent d’augmenter (nouvelle fiscalité énergétique). » Enfin, le président de la CFA souhaite que l’expérimentation française d’étiquetage des viandes dans les produits transformés, qui se termine à la fin de l’année, « se poursuive et soit généralisée à d’autres États membres. Nous devons aussi élargir le périmètre aux œufs, au lapin et au foie gras. Nous avons besoin que l’État joue pleinement son rôle, nous protège et nous accompagne. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
Les mises en place nationales de canetons chair ont diminué de 28% en avril par rapport au même mois de 2019 (497 100 têtes par semaine) selon l'interprofession du canard. © P. Le Douarin
Les Pays de la Loire aident les éleveurs de canards Barbarie

Les collectivités territoriales ligériennes viennent au secours des 400 éleveurs de canards de chair.…

L'utilisation d'un pulvérisateur électrique sur chariot à roulettes, muni d'un long dévidoir, réduit la pénibilité lors de la pulvérisation du traitement contre les poux.  © P. Riner
Un diagnostic pour mieux prévenir l’infestation du pou rouge en poules pondeuses
Elanco propose une démarche d’accompagnement pour aider les éleveurs de poules pondeuses à lutter contre l’acarien Dermanyssus…
Forte croissance de l'élevage de poules pondeuses bio en France
L'Agence Bio rapporte une vague d'engagement vers l'agriculture biologique en monogastriques.
D'ordinaire réalisée en élevage (et pas à l'abattoir), la sérologie permet de suivre les traces du passage d'un virus dans un lot. © Synalaf
Les poulets plein air sont peu exposés à l’Influenza aviaire
Selon une enquête réalisée en 2018, les poulets label rouge et biologique, élevés en plein air, seraient indemnes de contact avec…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)