Aller au contenu principal

Influenza aviaire: le gouvernement fixe un nouveau cadre sanitaire

Après quarante réunions de travail et des mois de concertation, le ministère de l'Agriculture a présenté, jeudi 8 juillet, le nouveau plan anti-influenza pour l’amont des filières avicoles, qui est applicable sans délai.

Bientôt une image interdite pendant la période à risque élevé dans une zone à risque de diffusion
© X.Cresp

Alors qu’un foyer était déclaré ce jour dans une basse-cour du Loiret, Julien Denormandie a annoncé la signature par toutes les parties prenantes du nouveau plan sanitaire qui vise à anticiper, prévenir et gérer une quatrième crise sanitaire liée à des virus influenza devenus endémiques dans l’avifaune sauvage.

Les mesures se sont considérablement étoffées et affinées par rapport à celles de 2017, basées sur le suivi partiel des mises en place et des mouvements (avec contrôle antigénique) et sur la claustration obligatoire, mais rendue partielle par une dérogation permettant d’avoir jusqu’à 3200 animaux présents dehors.

Quatre mesures urgentes

Quatre dispositions sont considérées comme urgentes et impérieuses. « Le timing est très serré, a concédé Francis Geyger le coordonnateur du plan, mais nous le tiendrons. »

Mesure la plus emblématique et la plus débattue, la claustration avec dérogation devient une mise à l’abri obligatoire sans dérogation, mais avec des adaptations selon le mode d’élevage et l’espèce.

Préalablement, Julien Denormandie avait pris soin de souligner son attachement à tous les systèmes de production et d’évoquer des décisions s’adaptant à la réalité tout en s’appuyant sur l’expertise scientifique.

Six catégories sont définies selon l’espèce et le système de valorisation : canards Pag en bâtiment fermé (à 6/m2 maxi), Pag en abri léger (4/m2), Pag en élevage autarcique avec petit bâtiment (parcours sous filet, 2/m2) ou oies reproductrices, galliformes en petit élevage autarcique ou sous signes de qualité  (parcours avec filet), gibier sous filet intégral, autres volailles en bâtiment fermé. Chaque catégorie se voit attribuer une liste de prescriptions (détaillées dans le tableau téléchargeable). Les moyens matériels seront différenciés après «analyse de risques» indique le ministère.

Troisième mesure, la déclaration des mises en place et mouvements d'animaux devient obligatoire et se fera par moyen numérique (fin des déclarations Cerfa) de manière à être sûr d’avoir tous les cheptels et gagner du temps en cas d’enquêtes à réaliser lors d’un foyer.

carte des ZRD

Troisièmement, abandonnant la notion de zones à risques particulier liées à la circulation de l’avifaune sauvage dans les zones humides, le gouvernement va créer par décret des Zones à risque de diffusion (ZRD) dans les régions les plus denses en élevage et en volailles (toutes espèces confondues).

ZRD Sud-ouest

Si un virus s’y introduit, c’est là qu’il a le plus de « chance » de diffuser. Une cartographie a été définie avec deux grandes zones, une en Pays de la Loire, l’autre dans le sud-ouest recoupant les zones atteintes en 2021.

Lors des périodes à risque influenza élevé, ces zones seront soumises à des réductions de densité en palmipèdes uniquement, et à un renforcement des mesures de biosécurité liées aux transports. Ces dispositions seront du ressort d'un accord interprofessionnel à venir.

Quatrième mesure : le bâton. Les indemnisations d’abattages sanitaires seront conditionnées au respect de la réglementation, sous entendu pas de compensation pour celui qui n'aura pas coché toutes les cases...

Plan d’actions à long terme

Ce cadre sanitaire s’accompagne d’un renforcement de la biosécurité, étendue à tous les intervenants entrant dans les élevages.

Les mesures ne se cantonnent plus à des intentions. Un certificat de biosécurité de chaque élevage va être mis en place avec un audit vétérinaire, lui même vérifiable sur site par un agent des services vétérinaires. Les éleveurs vont être formés à l’observance des règles de biosécurité.

Finalisées cet été par des mesures réglementaires et interprofessionnelles, ces mesures seront complétées par un plan d'action qui s'étalera sur plusieurs années. Il est également prévu une révision en mars 2022, à l’issue de la période à risque.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Les prélèvements de poux à différentes zones de la volière ont montré une plus forte infestation dans les perchoirs du dernier étage et dans les rangées centrales. © A. Puybasset
« Plus de six mois sans pou rouge sur mes poules »
Chez Adrien Hervault, le traitement antiparasitaire Exzolt administré à ses poules pondeuses et le renforcement des mesures de…
Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Jean-Luc Martin, de l'entreprise Tell Élevage, spécialisée dans les audits techniques de bâtiments. © A. Puybasset
« La position des fenêtres impacte les circuits d’air du poulailler »
Jean-Luc Martin, de Tell Élevage, met en garde sur l’impact potentiel des fenêtres sur la ventilation du poulailler, notamment…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)