Aller au contenu principal

Influenza aviaire à H5N8 : La France passe en risque « élevé »

Des dindes ou des pintades en fin d'élevage et habituées au plein air sont difficiles à claustrer en permanence
© P. Le Douarin

L’arrêté a été pris le 4 novembre et publié le lendemain au journal officiel, avec application à partir du 6 novembre, selon le communiqué de presse diffusé le 5 à 12 heures (voir en pièce jointe). Désormais, les 46 départements métropolitains possédant des zones humides, celles susceptibles d’accueillir des oiseaux migrateurs, ont été placés en risque « élevé ». Les autres restent en risque « modéré ».

Cette décision est motivée par l’accélération de la progression du virus depuis la mi-octobre, d’abord observée sur l’avifaune sauvage aux Pays-Bas, puis quasi simultanément en Allemagne et au Royaume Uni. De plus, les deux seuls élevages commerciaux touchés (Pays-Bas et Royaume Uni) sont des sites de production d’œufs à couver, où la biosécurité est souvent au-dessus de la moyenne.

Le risque élevé se traduit par des mesures de biosécurité renforcées, définies par l’arrêté du 16 mars 2016. Aucune dérogation à ces mesures n'est possible dans les exploitations non commerciales :

Pour les élevages commerciaux :

  • Claustration des volailles ou autres oiseaux captifs ou leur protection par des filets, avec réduction de la dimension des parcours ;
  • Les palmipèdes gras en phase d’élevage doivent impérativement être claustrés, lorsque le nombre cumulé simultanément présent dans les différentes unités de production et ayant accès à un parcours est supérieur ou égal à 3 200. En dessous, une dérogation peut être demandée.Les camions de transport de palmipèdes âgés de plus de 3 jours seront bâchés ;

 

Pour les autres secteurs :

  • interdiction d’organiser des rassemblements d’oiseaux y compris sur les marchés (marchés au gras…) ;
  • interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes ;
  • interdiction des transports et d’utilisation d’appelants dans le cadre de la chasse au gibier d’eau ;
  • interdiction des compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée en France ;
  • La vaccination est obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés par un filet.

 

Indépendamment du niveau de risque, les palmipèdes doivent être systématiquement alimentés à l'intérieur des bâtiments du 15 novembre au 15 mars. Ils sont aussi l'objet d’un contrôle avant chaque mouvement de troupeau afin de détecter le plus rapidement possible tout risque de diffusion du virus.

Selon nos informations, certaines DDPP seraient réticentes à accepter les demandes de dérogation formulées via les vétérinaires sanitaires des élevages. Or, il est difficile de maintenir en claustration intégrale des dindes et des pintades festives qui sont habituées au plein air et qui arrivent en fin de croissance.

Voir aussi :Le virus H5N8 se répand le long de la Mer Baltique

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Jean-Luc Martin, de l'entreprise Tell Élevage, spécialisée dans les audits techniques de bâtiments. © A. Puybasset
« La position des fenêtres impacte les circuits d’air du poulailler »
Jean-Luc Martin, de Tell Élevage, met en garde sur l’impact potentiel des fenêtres sur la ventilation du poulailler, notamment…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)