Aller au contenu principal

Influenza aviaire : Abattages préventifs dans les Gers

Tandis que l’épizootie s’éteint dans les Landes, un cluster s’est formé dans le Gers depuis une semaine, ce qui a poussé les autorités départementales à ordonner un dépeuplement dans huit communes.

La préfecture du Gers a ordonné l'abattage préventif sur onze communes
© P. Le Douarin d'après Google maps

Le dépeuplement préventif de vingt élevages non-foyers, comptant environ 120 000 volailles, a eu lieu dans le Gers du jeudi 25 février au samedi 27. Ils étaient situés dans onze communes de l’Astarac : Barcugnan, Bars, Duffort, Monlezun, Mont de Marrast, Montesquiou, Pallanne, Ponsampère, Sadeillan, Saint Martin, Saint Michel.

Ce territoire est riche en élevages de volailles situé au sud du département et commun avec les Hautes Pyrénées. Fin janvier, ce secteur avait d’ailleurs connu trois foyers dans la partie haute pyrénéenne (à Puydarrieux et Trouley-Labarthe).

Les animaux ont été euthanasiés sur place ou abattus dans l’établissement agréé CE de la Ferme du Puntoun situé à Saint Martin (voir carte). D’ordinaire ce site, repris en janvier 2020 par l’entreprise alsacienne de foie gras Feyel et Artzner, traite de l’ordre de 3500 têtes dans la journée (abattage annuel d’environ 650 000 canards en 2019).

Par ailleurs, l'abattoir Delpeyrat de Vic-Fezensac a été réquisitionné le 25 février pour renforcer les moyens d'abattage et réaliser sans doute plus rapidement l'opération. Il est situé à environ 30 km au nord de la zone.

Ces abattages ont été ordonnés par la Préfecture du Gers le 24  et 25 février, à la suite de la découverte de huit foyers d’influenza aviaire H5N8 à partir du 17 février (icônes noires sur la carte interactive ci-dessous), à commencer par un élevage claustré à Aux-Assat. L’enquête épidémiologique devra déterminer comment ce premier site a pu être contaminé, puis les sept autres. Les communes concernées ont également été vidées de leurs volailles.

Les acteurs locaux craignaient que cette zone dense en élevages soit touchée. C’est pourquoi une zone tampon avait été créée pour empêcher la progression du virus vers l’est. Ce qui n’a pas été sans causer des difficultés aux éleveurs et entreprises situés dans ce no man’s land, dans la mesure où les mouvements d’entrée et sortie de produits de cette zone ont été bloqués, y compris les œufs de consommation.

Dans les Landes,  aucun nouveau foyer n’a été enregistré depuis le 6 février annonçait la Préfecture le 22 février. Ce premier bilan fait état de 2,4 millions de volailles euthanasiées ou abattues et 470 élevages concernés.

Les réquisitions des trois abattoirs ont été levées (Gibret, Montaut, Pomarez) et la plateforme d’euthanasie de Pomarez démontée.Les éventuelles nouveaux foyers seront traités in situ.

Les premiers acomptes d’indemnisations ont été versés à 140 éleveurs pour un montant de 4.5 millions d’euros. La zone « océane » où se sont déclarés les premiers foyers est passée en zone de surveillance après un travail de décontamination des élevages des 13 communes concernées.

Lire aussi : La Ferme du Puntoun change de mains

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Hendrix Genetics lance cinq nouvelles souches de pondeuses colorées
Sasso, la branche "volaille traditionnelle" du sélectionneur Hendrix Genetics, a annoncé ce mardi 23 mars la commercialisation…
Les deux bâtiments « froids » (sans chauffage) de 800 m2 ont été construits après la tempête Klaus de 2009 et abritaient 6000 canards en décembre dernier © Gaec de Guirouze
« La claustration des canards est techniquement possible en Chalosse »
Éleveurs et gaveurs en filière longue, les trois associés du Gaec de Guirouze s’attendaient à la claustration de leurs canards et…
Les éleveurs de la confédération paysanne dénoncent un excès de zèle sanitaire envers les éleveurs élevant leurs poules hors cage et en plein air. © A. Blanchin
Salmonelles : Des éleveurs de pondeuses protestent contre les abattages
Fin janvier à Lyon, des éleveurs de la confédération paysanne manifestaient pour faire évoluer la réglementation salmonelle sans…
Guillaume Garnier : « L’utilisation de tourbe pour le primo-paillage permet un juste équilibre entre maîtrise des pododermatites et frais de litière. » © A. Puybasset
« La litière de tourbe est le meilleur compromis pour mon élevage de poulets lourds »
Pour limiter les pododermatites tout en maîtrisant les frais de litière, Guillaume Garnier épand de la tourbe dans ses deux…
Le rachat de Ronsard par LDC autorisé sous conditions
L’Autorité de la Concurrence a donné son feu vert au rachat du groupe Ronsard par LDC au groupe coopératif Eureden, dont les…
Le groupe Avril va vendre sa branche œuf
Le groupe agroalimentaire Avril, veut vendre sa branche œufs coquille et ovoproduits, ainsi que l’activité porcine pour se…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)