Aller au contenu principal

Hygiène : L’eau de boisson, un des leviers de la performance des volailles

Les élevages avicoles connaissent un fort mouvement de démédicalisation qui a changé les pratiques d’élevage, notamment sur la gestion de la qualité de l’eau de boisson.

Fournir une eau de boisson constamment de bonne qualité bactériologique est un "basique" de l'élevage
© P. Le Douarin

« Les poulets standards, à haut potentiel de croissance, sont des souches de volailles davantage sensibles aux infections bactériennes (E. coli, entérocoques…) et aux déséquilibres du microbiote digestif, contrairement aux poulets labels plus rustiques, indique Julia Rhliouch, vétérinaire chez MC Vet Conseil.

Les troubles digestifs font partie des dominantes pathologiques. Il convient donc de surveiller régulièrement la qualité de l’eau de boisson, car n’oublions pas qu’un poulet standard boit 1,9 fois ce qu’il mange ! » En poulet standard, les problématiques sanitaires sont bien souvent multifactorielles et doivent s’appréhender sous différents prismes, dont celui de la qualité d’eau.

Être attentif à la qualité de l’eau

L’eau issue d’un puits ou du réseau avec une qualité moyenne et l’état des canalisations du bâtiment d’élevage peuvent être à l’origine de ces problématiques infectieuses. En effet, faute d’entretien ou de canalisations usées, un biofilm peut s’y développer, les encrasser et les charger en bactéries. Mal utilisés, les produits nutritionnels peuvent également amplifier le phénomène. « Pour évaluer la qualité d’eau bue par les oiseaux et anticiper les problèmes sanitaires, une analyse bactériologique en début et en bout de ligne, ainsi qu’une analyse chimique sont essentielles, explique Julia Rhliouch.

A minima, pour une première approche, il convient de rechercher les principaux germes indicateurs d’hygiène (coliformes, entérocoques, flore totale, etc.) » Des quantités anormalement élevées dans l’eau de boisson doivent interroger et engager des mesures correctives immédiates. « Ne pas oublier que le travail sur la bactériologie de l’eau ne peut se faire qu’en bonne connaissance de ses paramètres chimiques (pH, dureté, matière organique, etc.) », prévient la vétérinaire.

Différentes solutions possibles

Lors du vide sanitaire, il est conseillé de renforcer l’entretien des canalisations par un protocole complet : utilisation d’une base détergente, d’un acide puis d’un désinfectant. En complément, l’utilisation d’une machine réalisant un décapage mécanique des canalisations (modèles Aquaflush’R ou Flushpipe) permet, grâce à des séquences d’air comprimé et d’eau à haute pression, de décoller le biofilm. Il est aussi possible de vérifier l’état des canalisations avec des caméras. « C’est un procédé très pédagogique puisqu’il permet de visualiser instantanément la présence de biofilm, indique Julia Rhliouch. Toutefois, nous n’investiguons qu’une petite partie de la canalisation, c’est pourquoi cette méthode est davantage didactique qu’un moyen d’exploration complète. »

La connaissance du pH de l'eau de boisson est essentielle avant la mise en place d'une stratégie de lutte antibactérienne
© MC Vet Conseil

D’autres outils sont à disposition pour monitorer la qualité de l’eau (bandelette pH ou peroxyde, test du taux de chlore). Il est conseillé de réaliser un traitement d’eau en continu avec du chlore, du DCCNa (dichloroisocyanurate de sodium) ou d’autres désinfectants disponibles sur le marché. Le choix du traitement et la dose sont fonction de la qualité chimique de l’eau. « En parallèle de la désinfection de l’eau, l’acidification permet de limiter le développement de la flore pathogène, souligne la vétérinaire. Deux types d’acidifiants sont principalement utilisés, les acides minéraux et les acides organiques. Ces derniers sont particulièrement indiqués dans la gestion des dérèglements digestifs. »

Retrouvez ici d'autres articles sur l'hygiène de l'eau de boisson

 

Prévenir plutôt que guérir

Emilien Diouy, éleveur dans la Marne

 

 
Selon l’âge des poulets, Émilien Diouy adapte le dosage du produit de traitement de l’eau. © Julie Guichon

« L’eau de boisson de mes volailles provient d’un puits situé à plus de 35 mètres du bâtiment. Pour vérifier l’état de mes canalisations, avec la technicienne et la vétérinaire, nous avons déjà passé une caméra en bout de circuit, là où le débit est moins important. J’effectue aussi des purges régulières, surtout en début de bande, pour éliminer l’eau stagnante. En effet, à ce stade, les poulets en consomment peu et la chaleur favorise le développement de biofilm. Une à deux fois par an, je réalise des analyses pour vérifier l’état bactériologique de l’eau du puits. Je la traite avec un produit 2 en 1 composé de peroxyde d’hydrogène et d’acide orthophosphorique. Ce traitement assainit et évite le dépôt d’un biofilm dans les canalisations. D’autre part, il acidifie l’eau, très calcaire dans notre région. Le produit est directement incorporé dans l’eau grâce à une pompe doseuse électrique. »

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ? (mise à jour du 01 décembre 2022)
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Grippe aviaire : la lutte préventive monte encore d’un cran en Bretagne, Pays de Loire et Deux Sèvres
  Une instruction technique de la direction générale de l‘alimentation (DGAL) renforce la biosécurité et la surveillance des…
Paul Daugreilh dans le bâtiment d’Emmanuel Misson à Meilhan-sur-Garonne. La pulvérisation sans filtre se fait sur les zones cibles, à savoir sous les mangeoires, les pesons et au bas des parois.
Volailles de chair : Une lutte biologique efficace contre les ténébrions
Retour d’expérience d’un éleveur technicien sur l’utilisation d’une solution de lutte biologique intégrée contre les ténébrions…
L'équipement est aux normes d'élevage les plus récentes. Rien ne laisse penser que ce bâtiment a presque 40 ans.
Rénovation d'un poulailler de chair : Les frères Quilleré refont du neuf avec du vieux
Installés fin 2017 en Centre Bretagne, Nicolas et Frédéric Quilleré ont fait le choix de reprendre un site aussi âgé qu’eux pour…
Poule pondeuse : Les ambitions de croissance du couvoir Lanckriet
Basée dans la Somme, la société d’accouvage Lanckriet veut se développer sur l’ensemble du territoire.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)