Aller au contenu principal

Grippe aviaire en Pays de la Loire] Une course contre la montre pour contenir l’épidémie

Alors que les foyers d’influenza aviaire continuent d’augmenter en Vendée, les filières et les services de l’Etat se mobilisent pour contenir la diffusion du virus et limiter ses répercussions sur la production.

Les élevages proches de certains sites stratégiques (couvoirs et élevages reproducteurs) vont être dépeuplés.
© A. Puybasset

Selon les chiffres officiels du Ministère de l’Agriculture, le nombre de foyers d’Influenza aviaire dans le grand ouest a atteint 238 cas au 10 mars. La Vendée reste de loin le département le plus touché. De 58 cas vendredi dernier 4 mars, il comptabilisait hier 187 foyers sur plus d’une centaine de communes. Les autres départements impactés sont le Maine et Loire (7 cas), la Loire-Atlantique (37 cas) et les Deux-Sèvres (7 cas).

Le Ministre de l’agriculture Julien Denormandie a réuni hier soir les différents acteurs des départements touchés,- représentants de la filière, de l’Etat, des collectivités -, pour faire un point de situation sur les moyens mis en œuvre pour contenir la diffusion de l’épidémie. « Le constat a été fait d’une mobilisation totale et d’un esprit de solidarité », a souligné Urwana Querrec, conseillère filière animale du Ministère de l’Agriculture lors d’une conférence de presse ce matin.

Elle a rappelé les mesures mises en place :

- Stopper la propagation : Suite au renforcement des mesures annoncées dimanche dernier par le ministère de l’agriculture, deux arrêtés préfectoraux ont été pris les 7 et 8 mars. Ils portent sur l’introduction d’une zone réglementée (départements 85, 44, 49, 79) avec une zone de surveillance élargie à 20 kilomètres autour des foyers et sur l’interdiction de mouvements et des mises en place de volailles, sauf dérogation.

- Dérogation pour les couvoirs : Parue hier, l’instruction technique du 9/3/2022 rend possible le transport des poussins et des œufs à couver des zones de restrictions vers les zones indemnes, à condition du respect d’un protocole dérogatoire très stricte (camions dédiés, désinfection renforcée, conditionnement des poussins dans des cartons à usage unique…). L’objectif est notamment de ne pas compromettre le repeuplement des élevages du Sud-Ouest qui doit démarrer fin mars et dont l’approvisionnement en animaux d’un jour provient essentiellement des Pays de la Loire pour certaines productions.

- Accompagnement des éleveurs touchés : « Une cellule de crise a été mise en place par la préfecture de Vendée pour adapter les moyens au plus près du terrain. L’accompagnement psychologique des éleveurs est indispensable et est proposé par la MSA, les chambres d’agriculture et l’Etat… »

« L’accompagnement des éleveurs est aussi d’ordre financier, avec des indemnisations sanitaires immédiates sous forme d’acompte, complétées dans un second temps par des indemnisations économiques, comme cela a été fait lors des précédentes crises dans le Sud-Ouest. »

- Les moyens d’élimination et de stockage d’animaux en attente d’élimination concernant les foyers de suspicions ou les dépeuplements préventifs augmentent progressivement. « Les capacités d’équarrissage sont maximisées. Nous procédons aussi à des enfouissements réglementaires dans des centres d’enfouissement des déchets. Plusieurs ont été mobilisés en Vendée. D’autres le seront bientôt dans les départements limitrophes. »

Pour l’instant, 1.2 million d’animaux ont été éliminés, dont environ 60% de canards. Il resterait encore 3 millions selon les estimations.  

- Protection des capacités de production : Plusieurs sites stratégiques se trouvent dans la zone réglementée (couvoirs et élevages de reproducteurs) et sont des points clés pour la reprise d’activité. L’objectif est de créer une zone tampon autour des couvoirs. « Un couvoir a été contaminé, les autres sont pour l’instant protégés. » L’ambition de la filière est d’assainir la zone d’ici fin avril.

Il faudra aussi tirer les leçons de ce nouvel épisode. Les experts de l’Anses se sont déjà déplacés sur le terrain pour comprendre les causes de contamination qui seront probablement multifactorielles : migrations ascendantes, capacité de diffusion du virus aéroporté, impact des conditions météorologiques (coups de vent), failles de biosécurité… « Il faudra construire collectivement une nouvelle feuille de route pour éviter que cela ne se reproduise à nouveau. »

 

 

 

Les plus lus

Le cours des œufs a explosé en 2023
Le cours des œufs a explosé en 2023

Record battu sur les vingt dernières années pour les cours des œufs calibrés.

David Labbé en action fin janvier sur un barrage filtrant de la RN 12 dans les Côtes d'Armor
Contestations agricoles : « Nous sommes prêts à repartir au combat » explique cet éleveur de volailles

Producteur de poulets lourds en Côtes-d’Armor, David Labbé a largement participé aux mouvements agricoles. L’éleveur syndiqué…

Avec le poulet Label rouge, Corentin Chateignier, ici avec son père Alain, renforce le positionnement qualitatif et original de sa production (asperges, lavandin, truffe, ...
Installation en Beauce : « Je me suis diversifié dans le poulet Label rouge »
D’abord installé grâce à deux poulaillers Label rouge, Corentin Chateignier a récidivé pour conforter la diversification de l’…
Grippe aviaire : quels sont les départements qui vaccinent le plus de canards ?

Le dernier bilan de la campagne de vaccination contre l’influenza aviaire (IA) détaille la répartition géographique de l’…

Élevage en cage typique des fermes de ponte ukrainiennes. Selon l’Itavi, en 2022 le coût de production des œufs ukrainiens était inférieur d’environ 30 % par rapport ...
Souveraineté alimentaire : Desserrer l’étau des importations ukrainiennes

Six organisations agricoles européennes font des propositions constructives à la Commission européenne pour alléger le poids…

À Saint-Fulgent, le siège social du groupe Routhiau se trouve à moins de 500 m de l'usine Maitre Coq du groupe LDC.
Industrie de la volaille : L’expansion de LDC se poursuit avec le rachat du groupe Routhiau

Le leader français de la volaille est en négociations exclusives pour la reprise du groupe vendéen Routhiau, spécialisé dans…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)