Aller au contenu principal

Grippe aviaire : Des virus influenza qui ont changé de nature

D’une année à l’autre, les virus H5 du clade 2.3.4.4. B évoluent et semblent de mieux en mieux s’adapter aux volailles domestiques.

Retrouver des espèces autochtones comme le héron garde-bœuf porteuses de virus IA HP est de mauvais augure.
© Pipitloose

Les vétérinaires et les experts sanitaires ont été très surpris par l’emballement vendéen. Auparavant cette année, ils avaient remarqué que le délai entre excrétion virale d’un canard contaminé et premiers signes cliniques pouvait atteindre dix, voire quinze jours. De quoi laisser un long temps d’avance à la dissémination du virus.

Selon des analyses génétiques réalisées par l’Anses, le virus a muté en Vendée. Il s’est mieux adapté aux galliformes et est devenu plus pathogène (100 % des dindes peuvent mourir en 48 heures).

 

 
Sarcelles d'hiver. Des migrateurs remontants du sud de l'Europe pourraient être une des sources de contamination. © Pipitaloose

 

Le scénario crédible avancé par l’Anses pour la Vendée est l’introduction de virus par des oiseaux migrateurs remontants ou locaux chassés dans les terres par deux tempêtes (18 et 21 février) ou attirés (labours, épandages), entraînant une forte contamination virale de l’environnement, l’entrée du virus dans le bâtiment puis des contaminations par des transports pouvant expliquer l’apparition simultanée de plusieurs foyers.

Aéroportage et risque d’endémisation

Cette hypothèse paraît confirmée par la découverte sur les côtes vendéennes de nombreux oiseaux marins morts et porteurs de virus, à moins qu’ils n’aient été contaminés par des virus excrétés par les oiseaux domestiques.

Ensuite, la dissémination se met en place de proche en proche par voie aéroportée, une volaille produisant des dizaines ou centaines de milliards de virus. Ils sont véhiculés jusqu’à 500 mètres de distance par les duvets et poussières d’élevage et pénètrent par la ventilation d’air non filtré. Ce scénario en rappelle d’autres survenus précédemment dans le Sud-Ouest et montre l’importance de l’aéroportage qui avait tendance à être sous-estimée.

Aujourd’hui, la crainte des scientifiques est qu’on assiste à un processus d’endémisation, c’est-à-dire que le virus persiste dans l’avifaune résidente qui ne migre pas ou bien qu’il survive à bas bruit dans l’environnement. Selon l’Anses, il faudrait au moins trois mois pour assainir une large zone ayant été fortement contaminée, sachant qu’il faut un à deux mois pour qu’un lisier stocké se décontamine. Dans ces conditions, rien n’exclut l’éventualité d’une reprise épizootique à l’automne prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
À Montmeyran, Guillaume Delay a signé une promesse de bail sur 20 ans pour désamianter et solariser les toitures de ses deux bâtiments (1972 et 1988) dans lesquels il élevait des dindes. « L’aide de la région a fait la différence, l’opération ne doit rien me coûter ».
Bâtiments agricoles : Dans la Drôme, le photovoltaïque financera le désamiantage
L’installation de toitures photovoltaïques dans la communauté Valence Romans Agglo va permettre de financer le désamiantage d’…
Élevant 130 000 faisans et 50 000 perdreaux sur 42 hectares de volières à Loubes-Bernac, Pascal Tarrisse a fait recouvrir 8 ha en ombrières photovoltaïques.
Agrivoltaïsme : Des faisans à l’abri d’ombrières photovoltaïques
Dans le Lot-et-Garonne, des ombrières recouvertes de panneaux solaires ont remplacé des volières de la faisanderie des…
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Le 16 juin, Philippe Juven a quitté la présidence de l’interprofession de l’œuf (CNPO) après une décennie bien remplie. Commencée…
Le projet Européen aWISH (« Animal Welfare Indicator at SlaughterHouse » ) va développer des outils de surveillance du bien-être animal en temps réel, tout au long de la chaîne de production jusqu'à l’abattoir.
Recherche et Développement : trois nouveaux projets de l’Itavi
À travers trois nouveaux projets de recherche et développement nationaux et européens, l’Itavi travaille à concilier l’économie…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)