Aller au contenu principal

Grippe aviaire au 31 décembre : le Sud-Ouest sous fortes tensions

Au 29 décembre, la France enregistrait 26 cas d’influenza aviaire en élevages commerciaux depuis le 21 novembre. La maladie progresse dans le Sud-Ouest, mais reste contenue, pour le moment.

La mise à l'abri n'est pas infaillible sans une biosécurité très stricte
© P. Le Douarin

Selon le point de situation du ministère de l’agriculture en date du 30 décembre, huit foyers ont été enregistrés dans les Flandres françaises (59) depuis le 21 novembre, dont le dernier détecté le 16 décembre. La propagation semble être stoppée, mais la vigilance est toujours de mise. De l’autre côté de la frontière, un second foyer a été déclaré en Belgique à Veurne le 28 décembre.

Trois clusters dans le Sud-Ouest

La situation est plus préoccupante dans la région Sud-Ouest, puisque des foyers sont régulièrement déclarés depuis le 14 décembre. Le même scénario type se répète comme dans le Nord : une introduction du virus dans un élevage qui se poursuit rapidement par des foyers secondaires à proximité, sans qu’on sache pour autant si ces contaminations sont reliées.

Dans le premier cluster du Gers parti de Manciet le 14 décembre, quatre autres foyers ont éclos dans deux communes proches (2 à Sainte Christie d’Armagnac et 2 à Eauze).

Le second cluster se situe à l’ouest du département des Landes en limite des Pyrénées-Atlantiques. A partir du 16 décembre, trois foyers ont été déclarés à Hastingues (40) et Came (64) dont deux en élevages autarciques.

Le troisième cluster le plus récent se trouve à 45 Km à l’est du second, encore aux limites Landes-Pyrénées Atlantiques. Deux-trois jours avant Noël, 7 foyers se sont déclarés quasi simultanément à Castelner, Mant (5 cas) et Malaussanne (Dpt 64). Ils sont tous situés en ZRD. Deux autres foyers ont été déclarés le 30 décembre, à Peyre et Castaignos-Souslens (40), deux communes plus éloignées. Ce cluster semble plus actif que les deux autres.

Localisation des 3 clusters du sud ouest au 28 décembre 2021
© Plate forme ESA -BHVSI du 28 décembre 2021

 

Tous les foyers ont été accompagnés d’un dépeuplement préventif de toutes les volailles situées à moins d’1 km et de celles qui seraient restées en plein air jusqu’à 3 km.

Risques de dérapages non exclus

Jusqu’à présent, le scénario « tsunami » de 2020-2021 ne s’est pas produit. La mise à l’abri et la meilleure réactivité des acteurs concernés (éleveurs, vétérinaires, professionnels, services de l’Etat, GT Logistics …) ont sans doute joué.

En revanche, un débordement n’est pas à exclure : les virus sont abondamment présents dans l’environnement ; les barrières sanitaires (mise à l’abri et biosécurité) ne sont pas infaillibles ; les signes cliniques et le temps de latence de l’expression de la maladie semblent moins marqués ; enfin les moyens de lutte ne sont pas extensibles à l’infini si le nombre de cas devait se multiplier dans le sud-ouest ou ailleurs.

Pour réduire encore les risques de diffusion, le ministère de l’agriculture a annoncé le 30 décembre au soir, qu’il allait interdire toutes les mises en place de volailles jusqu’au 7 janvier.

L’interdiction sera éventuellement reconductible selon la situation. Les communes concernées sont toutes celles situées à moins de 20 km d’un foyer. Des arrêtés préfectoraux vont les préciser.

Le communiqué précise qu'un "dispositif d'accompagnement économique des éleveurs concernés sera mis en place."

Par ailleurs, 15 cas ont été détectés dans l'avifaune sauvage. Le plus récent concerne une mouette rieuse trouvée morte dans les Côtes d'Armor à Louannec.

Au plan international, c'est l'Italie qui reste la plus touchée avec 281 foyers déclarés entre le 22 octobre et le 26 décembre, surtout en Vénétie. Elle subit le scénario du Tsunami incontrôlable...

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Violaine Quéré, productrices d'œufs bio : « Le principal objectif de l’agroforesterie est d’inciter les poules à sortir davantage et à aller jusqu’au bout du parcours enherbé. »
Un parcours arboré et source de protéines pour les poules pondeuses
Pour inciter ses poules pondeuses bio à occuper les parcours, Violaine Quéré a planté des haies et des arbres de bois-d’œuvre et…
Le ballot de paille est un enrichissement particulièrement apprécié par les poulets car il leur permet de se percher, d’explorer grâce aux brins de paille qui dépassent, mais aussi de se reposer en s’adossant contre les bords.
Bien être animal : choisir les enrichissements de ses poulets
Des enquêtes approfondies en élevage réalisées par l'Itavi ont permis d’évaluer l’impact de différents enrichissements favorisant…
Génétique poule : Le groupe allemand EW acquiert Novogen et Verbeek
Le Groupe Grimaud a décidé, « suite à une réorientation stratégique », de céder sa division de sélection et accouvage de…
Grippe aviaire au 31 décembre : le Sud-Ouest sous fortes tensions
Au 29 décembre, la France enregistrait 26 cas d’influenza aviaire en élevages commerciaux depuis le 21 novembre. La maladie…
Grippe aviaire : Le Cifog interpelle l’Etat sur la vaccination
En réaction à la multiplication des foyers d’influenza H5N1dans le Sud-Ouest, l’interprofession du foie gras (Cifog) remet sur la…
Situées entre les alignements d'arbres, les deux bandes seront accessibles aux poules par alternance, pour favoriser la repousse.
Le pâturage testé sur les parcours de poules pondeuses
L’élevage de poules pondeuses de Violaine Quéré fait partie des cinq fermes pilote à tester un aménagement de…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)