Aller au contenu principal

Faut-il davantage ouvrir nos élevages au grand public ?

Les vidéos chocs relayées par les médias dénoncent des pratiques inacceptables et marginales qui ne reflètent pas la réalité des élevages sur la prise en compte du bien-être animal.

Les deux bâtiments habillés d’un bardage bois et d’une couverture flammée sont bien intégrés dans le paysage.
© L. Gouverne
 

Amélie Legrand, de l’association de bien-être animal CIWF

Ameliejpg.jpg

OUI MAIS se pose tout de même la question de la « visitabilité » de certains élevages. Plusieurs acteurs de la filière planchent aujourd’hui sur cette question en travaillant sur les abords des élevages par exemple, mais il ne faut pas oublier que la « visitabilité » renvoie aussi et surtout à l’acceptabilité par le grand public de certaines pratiques ou conditions de logement des animaux. Il est nécessaire de donner cette transparence aux consommateurs, aujourd’hui en quête de réassurance et d’information, mais il est tout aussi nécessaire de repenser le système d’élevage afin qu’il soit plus en phase avec les attentes sociétales autour d’une meilleure prise en compte du bien-être animal. Un élevage engagé dans une démarche de progrès sur le bien-être animal a quant à lui tout intérêt à rendre visibles ses efforts auprès des consommateurs.

Anne Richard, directrice de l’interprofession volaille

AnneV2_copiejpg.jpg

OUI. Il est important que la filière et notamment les éleveurs expliquent leur métier au grand public. Toutefois il convient que les éleveurs qui ouvrent leur élevage soient accompagnés dans cette démarche car une distance s’est créée entre le monde agricole et les citoyens. Des initiatives existent déjà dans les régions et au niveau national via l’APVF pour sensibiliser les éleveurs à comprendre les controverses sur l’élevage. Il faut amplifier ce travail.

Philippe Juven, éleveur et président de l’interprofession de l’œuf

IMG_3542JPG.jpg

Oui et non. Je voudrais d’abord dénoncer les méthodes très agressives d’une association Vegan qui n’hésite pas à voler et à manipuler des images, puis à les diffuser sur les réseaux sociaux en s’appuyant sur des célébrités qui n’ont jamais visité un élevage de leur vie. Et qui utilise le bien-être animal pour faire abolir toute forme d’élevage. Nous ne partons pas de zéro en matière de communication : des portes ouvertes sont organisées, notamment en ce mois de juin ; des producteurs d’œuf ont reçu des journalistes à diverses occasions (crise du Fipronil, lancement du contrat sociétal). Nous avons peut-être eu le tort de ne pas assez communiquer auprès du public, des journalistes et des parlementaires. Nous savons tous qu’un vaste mouvement d’investissement est lancé, mais nous ne le disons pas assez aux non-professionnels. C’est pourquoi, nous allons renforcer nos moyens de communication cette année. Par contre, il n’est pas question d’accepter la vidéosurveillance dans les élevages.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

[Mise à jour au 5 novembre ] Influenza aviaire : le virus H5N1 s’installe dans les élevages européens
Après l’augmentation du nombre d’oiseaux sauvages retrouvés porteurs de virus, c’est au tour des élevages avicoles d’être…
Alain Debare : «En hiver, les canards logés en intérieur sont en meilleure santé qu’à l’extérieur »
Mise à l’abri des canards : « La clé, c’est un paillage régulier et conséquent »
Pour la quatrième année consécutive, Alain Debare élèvera ses lots d’hiver de canards prêts à engraisser en bâtiment fermé.
Le résultat d’un incendie criminel dans l’Orne en septembre 2019.
Comment répondre positivement aux attaques anti-élevages
Face aux attaques sur l’élevage, garder une communication positive est essentiel, comme l’a montré le grand débat organisé au…
L'Itavi recommande le port d'un masque lors de taches en ambiance poussiéreuse (ici en volière de ponte), du fait de la présence de particules fines qui accroissent les risques.
Santé des éleveurs de volailles : prendre aussi en compte la taille des poussières
Les plus dangereuses, les poussières fines émises en élevage de poulet ne représentent que 5 % de la masse de particules, mais…
Les haies chauffent les poulets bio au Gaec Beaulieu
Les haies chauffent les poulets bio au Gaec Beaulieu
Le Gaec Beaulieu s’est converti à l’agriculture bio, à l’occasion de l’installation de Florian Chaignon. Pour plus de cohérence,…
Sécurisation contre la grippe aviaire : l’accord de la filière à foie gras a été validé
Ce 9 novembre, l’accord interprofessionnel du Cifog sur la sécurisation de la filière à foie gras vis-à-vis du risque sanitaire…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)