Aller au contenu principal

Deux fois moins de gaz à effet de serre avec un poulailler BEBC

Selon l'Itavi, les poulaillers à basse consommation d’énergie contribuent à baisser les charges de chauffage tout en réduisant leur empreinte environnementale.

En évitant le recours aux énergies fossiles, l'utilisation d'une chaudière à bois contribue à réduire les émissions de GES, d'autant plus si le combustible utilisé est issu d'une filière bois durable.  © A. Puybasset
En évitant le recours aux énergies fossiles, l'utilisation d'une chaudière à bois contribue à réduire les émissions de GES, d'autant plus si le combustible utilisé est issu d'une filière bois durable.
© A. Puybasset

La consommation d’énergie n’est certes pas le premier poste d’émissions de gaz à effet de serre (GES) associé à la production du poulet. Il est loin derrière celui de l’aliment. Il représente pourtant un des leviers majeurs sur lequel l’éleveur peut agir et qui permet de cumuler un gain pour l’environnement et pour le portefeuille. « C’est en particulier vrai pour le poste chauffage qui représente 80 % des charges énergétiques d’un poulailler de chair, devant l’électricité (10 à 15 %), puis le fioul », souligne Vincent Blazy, de l’Itavi. L’institut technique a estimé les émissions de GES d’un bâtiment type de 1500 m2, selon son niveau de consommation et d’autonomie énergétique : non BEBC (135 kWh/m2/an d’énergie directe), bâtiment très isolé de niveau BEBC (objectif de 71,3 kWh/m2) et BEBC + avec chaudière à biomasse et panneaux solaires (objectif de 11,3 kWh/m2). Ce dernier produit autant voire plus d’énergie qu’il n’en consomme.

Un impact fort du poste chauffage

La simulation montre que les émissions de gaz à effet de serre entre un bâtiment non BEBC et BEBC sont quasiment divisées par deux, passant de 64,3 à 35,8 tonnes éq CO2/an, grâce notamment à la baisse de la consommation de propane. « L’impact de l’économie d’électricité est plus limité, celle-ci étant majoritairement d’origine nucléaire en France, une énergie assez décarbonée. »

 

 
© Itavi
Dans le scénario du bâtiment BEBC +, les émissions de GES (14,5 tonnes) sont uniquement liées au poste motorisation. Dans cet exemple, la chaudière et les panneaux photovoltaïques se substituent aux sources d’énergie conventionnelles. L’impact restant correspond aux coûts environnementaux indirects de ces équipements. Ce bilan GES n’intègre pas l’excédent d’énergie renouvelable générée mais non autoconsommée par l’exploitation (vente de l’énergie photovoltaïque). « Cet excédent participe au « verdissement » du mix énergétique national. Pour une production photovoltaïque théorique de 148 Eq MWh, il correspond à une économie de 14 Teq CO2/an, qui chute à 2 tonnes si l’on intègre le cycle de vie des panneaux », précise l’ingénieur.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Grippe aviaire : toute la Bretagne est placée en zone réglementée
  La circulation active de virus influenza aviaire au sein de l’ensemble de l’avifaune sauvage résidant en Bretagne a conduit les…
L'équarrissage est-il en surchauffe?
Le service de collecte et de traitements des animaux morts en élevage est-il sous dimensionné et/ou inadapté ? C’est ce que…
Philipp Beckhove dans son poulailler, "ITW a été bénéfique pour l'élevage allemand dans son ensemble".
« Nos poulets sont moins substituables, et c’est tant mieux ! »
En devenant éleveur labelisé Initiative Tierwohl (ITW), Philipp Beckhove éleveur en Rhénanie du nord Westphalie n’a pas accru son…
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Le 16 juin, Philippe Juven a quitté la présidence de l’interprofession de l’œuf (CNPO) après une décennie bien remplie. Commencée…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)