Aller au contenu principal

Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises

L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur afin de préserver l’autonomie alimentaire de la France qui se dégrade dans la volaille.

Il faut construire des poulaillers pour assurer l'autonomie alimentaire de la France, à condition que les éleveurs puissent le faire sans être injustement contestés
© A. Puybasset

Avec un air de déjà vu d’avant Covid , les chiffres du premier semestre 2021 sur la production et les marchés des volailles de chair ne sont pas très réjouissants pour les professionnels.

Alors que la consommation se maintient globalement et que les achats des ménages progressent de 5,9% par rapport à 2019, la production française devrait se contracter en 2021 (-5% d’abattages au 1er semestre). En revanche, la dynamique d’importations principalement destinées aux débouchés de la restauration hors domicile a repris comme avant la Covid. Sa part de marché est passée à 39 % au premier semestre 2021 (46 % pour le poulet).

Lire aussi : "Communiquer et prendre les devants"

Pour renverser cette tendance préoccupante pour la souveraineté alimentaire de la France, il faut que des éleveurs puissent construire de nouveaux poulaillers, estime l’interprofession. Reconquérir 10 % du marché sur les importations nécessite une croissance annuelle des constructions de bâtiments de 1% (14 000 actuellement).

« Nous sommes dans une situation paradoxale, constatait Jean-Michel Schaeffer le président de l’Anvol le 7 septembre, lors d’une conférence de presse. Les Français disent vouloir consommer plus local et français, mais dans le même temps ils se montrent réticents dès qu’un projet de construction est annoncé dans leur voisinage. »

C’est pour cette raison que l’Anvol a décidé de lancer un appel solennel à toutes les parties prenantes de la société française et demande :

  • Aux citoyens, « d’accepter l’installation de poulaillers dans leur village » ;
  • Aux consommateurs, «de s’informer sur l’origine des volailles » qu’ils achètent ou consomment ;
  • Aux maires, « d’ouvrir le dialogue entre les éleveurs et les habitants » ;
  • Aux élus des collectivités, « de financer indistinctement tous les modes d’élevages, respectueux de la réglementation » ;
  • Aux pouvoirs publics, « d’aider toutes les chaines de production » ;
  • Aux représentants de l’Union européenne, « de promouvoir tous les types de volailles et s’opposer aux accords commerciaux internationaux qui ne respectent pas les mêmes garanties de production que les volailles françaises » ;
  • Aux forces de l’ordre et à la Justice, « de considérer la détresse des éleveurs, victimes de malveillance et d’intimidation » ;
  • Aux médias, « de refléter la réalité des élevages, de donner une image juste et équilibrée » , en considérant tous les points de vue ;
  • Aux enseignants, « d’intéresser leurs élèves aux filières d’élevage et ne pas ouvrir leurs portes aux antispécistes » ;
  • Aux ONG de défense des animaux, « de reconnaitre les progrès des éleveurs et encourager leur bonne volonté. »
  •  

En complément de ce manifeste, l'interprofession lancera d’ici à fin 2021 un outil en direction des éleveurs pour favoriser une «meilleure concertation» avec les riverains.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Thierry Poincloux sur le merlon en terre masquant son élevage. Sur cette parcelle idéalement placée, rien ne laissait présager une opposition malgré tout restée limitée.
« Ne jamais préjuger de la facilité à monter un projet de poulailler»
Tristan Poincloux a défendu bec et ongles son autorisation d’exploiter face à un adversaire déterminé. Il est aujourd’hui…
Le premier site a été installé avant l'été en Loire Atlantique sur un parcours de canards .
Un nouvel agrivoltaïsme sur les parcours de volailles
Associant agroforesterie et photovoltaïque, la jeune société NovaFrance Energy fait le pari de séduire les éleveurs de plein air…
Chaque circuit d'assiettes en boucle compte deux descentes d'aliment pour une meilleure régularité de la distribution.  © A. Puybasset
Une vaste poussinière de 3200 m2 pour futurs repros chair
À l’EARL Chevillard, le bâtiment neuf, dynamique et obscur, est équipé pour atteindre une parfaite maîtrise de l’homogénéité des…
Eclosion à la ferme (concept X-Treck)
Les Pays-Bas passent à l’alimentation précoce des poussins de chair
D’ici septembre 2024, tous les poussins de chair nés aux Pays-Bas devront avoir accès à l’alimentation dans les 36 heures qui…
Les appréhensions légitimes du voisinage peuvent être aplanies par de patients efforts de communication en amont du projet de création ou d'extension.
Communiquer sur son projet d’élevage
De nombreux projets de créations ou d’extensions d’élevages génèrent des inquiétudes dans leur voisinage, lesquelles peuvent…
Défense de l'élevage : l’Anvol appelle les Français à se mobiliser pour les volailles françaises
L’interprofession de la volaille française (Anvol) appelle tous les acteurs de la société française à soutenir le secteur…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)