Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Covid-19] Les éleveurs de volailles démarrées en grandes difficultés

Avec la fermeture des marchés et des animaleries, les débouchés des éleveurs de volailles démarrées, notamment de poulettes fermières prêtes à pondre, se sont effondrés. Leur comité représentant, le Cnada, tire la sonnette d’alarme et demande à ce que les achats de poules à destination des particuliers soient réautorisés.

Elevage de poulettes prêtes à pondre ornementales destinées aux particuliers. Avec la fermeture des animaleries et des marchés de volailles vivantes suite au Covid-19, les éleveurs de volailles de basse-cours n'ont plus de débouchés.
© A. Puybasset

Le printemps est traditionnellement la période saisonnière où les ventes de volailles pour basse-cour sont les plus élevées. Or, depuis la fermeture des marchés de volailles vivantes dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, les éleveurs de volailles démarrées ont perdu la majeure partie de leurs débouchés du jour au lendemain. « Les revendeurs d’œufs, de poules pondeuses et d’autres volailles démarrées ne passent plus commande. Les jardineries-animaleries qui vendent des poules de compagnie aux particuliers n’ont plus le droit de vendre d’animaux vivants », alerte le comité national d’action et de défense des aviculteurs (Cnada). Il appelle les pouvoirs publics à considérer les achats de poules à destination des particuliers comme des achats de première nécessité, au même titre que la vente de plants potagers qui a récemment été autorisée. Patrick Mille, président du Cnada, rappelle que 4% des œufs consommés en France sont issus de basse-cour. « L’arrêt de l’achat de poules pondeuses par les particuliers renforce la pression de la demande en œufs dans les magasins, qui a grimpée de 30% depuis le début de la crise sanitaire. Il est urgent de rouvrir les marchés pour les volailles vivantes, les foires et encourager la vente des poules dans les animaleries, tout en respectant évidemment les gestes barrières imposés par l’Etat.»

Des poules de 18 semaines prêtes à pondre

Partout sur le territoire, les éleveurs de volailles traditionnelles s’organisent pour écouler une partie de leur production : livraison à domicile de volailles vivantes, réservation par téléphone de poules avec vente directe en fin de confinement… Mais c’est loin d’être suffisant et le temps presse car les volailles sont désormais en surnombre dans les élevages et deviennent trop âgées. « Depuis le 16 mars, seulement 15% des animaux sont commercialisés, il va manquer 85% des volailles dans les basses-cours pour l’autoconsommation", ajoute Franck de Pierpont, spécialiste de volailles vivantes dans le Tarn. Sans solution rapide, les éleveurs n’auront d’autres choix que d’abattre près de 700 000 poulettes prêtes à pondre et 880 000 volailles démarrées (poulet, pintades) dédiées aux circuits courts d’ici fin avril… sans parler des conséquences financières pour ces éleveurs.

 

Lire aussi :

Le maillon accouvage impacté à différents niveaux par la crise du Covid-19

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Le groupe volailler LDC candidat au rachat de Ronsard
Le groupe Eureden a entamé des négociations exclusives pour la vente de ses actifs industriels avicoles Ronsard au groupe LDC,…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Les poules colorées destinées aux petits producteurs sont élevées avec le même soin que celles destinées aux circuits longs. © Groupe Michel
Le groupe Michel cible les éleveurs de poules bio en vente directe
Avec LV’Direct, le groupe Michel lance une nouvelle offre de produits et de services spécifiquement destinée aux producteurs d’…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Les aérothermes soufflent un air à chaud à 80 cm du sol et contribuent à assécher la litière.  © A. Puybasset
Un poulailler performant avec chaudière à bois
Patrick et Frédéric Riou ont équipé leur bâtiment neuf de 2100 m2 d’un chauffage par aérothermes, pour mieux maîtriser…
« Je suis plutôt fier du travail qui a été mené collectivement par les membres de nos filières avicoles qui se sont adaptés à une situation inédite » © P. Le Douarin
[Covid-19] « Les filières volailles de chair sont unies pour affronter la crise, mais certaines ont de grosses difficultés », explique l'Anvol.
Jean-Michel Schaeffer, le président de l’interprofession des volailles de chair (Anvol) dresse un premier bilan à chaud, avec…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)