Aller au contenu principal
Font Size

[Covid-19] Les éleveurs de volailles démarrées en grandes difficultés

Avec la fermeture des marchés et des animaleries, les débouchés des éleveurs de volailles démarrées, notamment de poulettes fermières prêtes à pondre, se sont effondrés. Leur comité représentant, le Cnada, tire la sonnette d’alarme et demande à ce que les achats de poules à destination des particuliers soient réautorisés.

Elevage de poulettes prêtes à pondre ornementales destinées aux particuliers. Avec la fermeture des animaleries et des marchés de volailles vivantes suite au Covid-19, les éleveurs de volailles de basse-cours n'ont plus de débouchés.
© A. Puybasset

Le printemps est traditionnellement la période saisonnière où les ventes de volailles pour basse-cour sont les plus élevées. Or, depuis la fermeture des marchés de volailles vivantes dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, les éleveurs de volailles démarrées ont perdu la majeure partie de leurs débouchés du jour au lendemain. « Les revendeurs d’œufs, de poules pondeuses et d’autres volailles démarrées ne passent plus commande. Les jardineries-animaleries qui vendent des poules de compagnie aux particuliers n’ont plus le droit de vendre d’animaux vivants », alerte le comité national d’action et de défense des aviculteurs (Cnada). Il appelle les pouvoirs publics à considérer les achats de poules à destination des particuliers comme des achats de première nécessité, au même titre que la vente de plants potagers qui a récemment été autorisée. Patrick Mille, président du Cnada, rappelle que 4% des œufs consommés en France sont issus de basse-cour. « L’arrêt de l’achat de poules pondeuses par les particuliers renforce la pression de la demande en œufs dans les magasins, qui a grimpée de 30% depuis le début de la crise sanitaire. Il est urgent de rouvrir les marchés pour les volailles vivantes, les foires et encourager la vente des poules dans les animaleries, tout en respectant évidemment les gestes barrières imposés par l’Etat.»

Des poules de 18 semaines prêtes à pondre

Partout sur le territoire, les éleveurs de volailles traditionnelles s’organisent pour écouler une partie de leur production : livraison à domicile de volailles vivantes, réservation par téléphone de poules avec vente directe en fin de confinement… Mais c’est loin d’être suffisant et le temps presse car les volailles sont désormais en surnombre dans les élevages et deviennent trop âgées. « Depuis le 16 mars, seulement 15% des animaux sont commercialisés, il va manquer 85% des volailles dans les basses-cours pour l’autoconsommation", ajoute Franck de Pierpont, spécialiste de volailles vivantes dans le Tarn. Sans solution rapide, les éleveurs n’auront d’autres choix que d’abattre près de 700 000 poulettes prêtes à pondre et 880 000 volailles démarrées (poulet, pintades) dédiées aux circuits courts d’ici fin avril… sans parler des conséquences financières pour ces éleveurs.

 

Lire aussi :

Le maillon accouvage impacté à différents niveaux par la crise du Covid-19

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)