Aller au contenu principal
Font Size

[Covid-19] Le maillon accouvage impacté à différents niveaux

L’activité à l’export des entreprises de sélection françaises est durement touchée par la crise du coronavirus. En France, les accouveurs des espèces mineures sont particulièrement affectés.

© A. Puybasset

L’activité export des entreprises d’accouvage et de sélection françaises subit de plein fouet la fermeture des aéroports et la suppression des vols des compagnies aériennes qui acheminent habituellement les volailles de sélection (parentaux et grand-parentaux) ainsi que les OAC vers les pays clients. « Toutes les destinations sont beaucoup plus difficiles à atteindre. On a des nouvelles au jour le jour de l’évolution des exportations, qui selon les pays sont en train de fermer les uns à la suite des autres. Dans ces conditions, il est très compliqué pour les sélectionneurs d’anticiper les mises en incubations », explique Louis Perrault, président du syndicat national des accouveurs (SNA). La perte de chiffres d’affaires de l’ensemble des exportateurs français sélectionneurs et accouveurs entre le 15 mars et début mai a été calculée à 15 millions d’euros. L’export représente habituellement 30% du chiffre d’affaires global annuel des entreprises de sélection et d’accouvage.

Sur le marché français, les difficultés sont plus prégnantes sur les espèces mineures : la pintade, le canard à rôtir ou à gaver, la caille, le pigeon… Des espèces qui sont habituellement très présentes sur le secteur de la restauration hors domicile, aujourd’hui entièrement fermé. « Les accouveurs présents sur ces productions subissent beaucoup d’annulations de mises en place avec des pertes financières importantes. »

La production de volailles de chair standard est moins affectée, à l’exception des certifiés dont les mises en place ont davantage baissé, en lien avec la fermeture des rôtisseries sur les marchés. « Alors que la vente de poulets Label se tient assez bien, c’est le segment de la production fermière traditionnelle qui est en extrême souffrance. » Les volailles démarrées ne peuvent plus être vendues sur les marchés de volailles vivantes, également fermés. L’activité est à l’arrêt complet alors que c’est la période de pleine saison.

Les accouveurs les plus impactés ont dû s’adapter dans l’urgence, au début en détruisant des œufs embryonnés, puis en orientant les OAC vers des casseries à des prix catastrophiques et en anticipant des réformes de cheptels. Encore faut-il que cela soit possible car le marché de la volaille de réforme est déjà saturé.

Lire aussi :

Les filières avicoles font face au tsunami du Covid-19

Les éleveurs de volailles démarrées en grandes difficultés 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)