Aller au contenu principal
Font Size

[Covid-19] Le laboratoire public Labocea se diversifie dans le gel hydroalcoolique

Labocea, plus important laboratoire public d’analyses vétérinaires français implanté en Bretagne, vient de se lancer dans le gel hydroalcoolique, une nouvelle activité de née à la faveur de la pandémie du SARS-CoV-2. 

Pour faire face à la pénurie en gel désinfectant pour son personnel, l’entreprise publique Labocea (1) a mobilisé son équipe de production d’autovaccins et milieux de culture. Début mars, celle-ci a rapidement mis au point une recette de solution hydroalcoolique, en s’appuyant sur les préconisations de l’OMS et avec les produits disponibles (éthanol, peroxyde d’hydrogène, glycérol, eau purifiée). Une centaine de litres a été produit sur son site de Ploufragan (22). Dans la foulée, Labocea a souhaité apporter ses compétences pour contribuer à lutter contre la pandémie, avec la fabrication de gel hydroalcoolique. Depuis l’arrêté du 13 mars 2020 , celle-ci est soumise à une autorisation dérogatoire accordée par la Préfecture. Le 24 mars, les services vétérinaires ont visité le laboratoire qui reçut le feu vert le soir même. Pour produire les premiers lots de gel le 7 avril, il a d’abord fallu trouver la matière première, notamment l’éthanol auprès des vignerons de Cognac.

Partenariat public-privé

Les tests se sont révélés concluants, mais la production de 650 de litres vite insuffisante pour satisfaire les nombreuses demandes (services vétérinaires, collectivités, sapeurs-pompiers, services sociaux, Emmaüs...). Il fallait voir plus grand. Comme aime le dire son directeur général Eric Laporte, « en quelques jours un écosystème breton complémentaire s’est mis en place entre plusieurs entreprises de la région et notre laboratoire financé par les départements 22, 29 (et Brest Métropole) et 35. » Labocea a partagé son expertise scientifique et le fabricant d’aliments du bétail Vitalac a mis à disposition ses process industriels de Carnoët (22). Mi-mai, il produisait de l’ordre de 30 000 litres par jour. Quant aux contenants, ils sont fournis par Grand Ouest Etiquettes (22) et Roty (35). 

Distributeur automatique de doses de gel

Désormais, tout le gel est fabriqué chez Vitalac qui vend dans son propre réseau, tandis que Labocea conditionne 2000 à 3000 litres pour sa clientèle constituée essentiellement de collectivités, notamment les collèges. Le prix de vente est volontairement modéré (1.7 € pour 95 ml et le tarif chute avec le volume). Inexistante début mars, cette activité emploie déjà une dizaine de personnes à Ploufragan.

Depuis fin mai, Labocea va plus loin en proposant la fourniture de bornes automatiques de gel prêtes à l’emploi. Cette initiative est due à Christophe Corvaisier, par ailleurs salarié de Labocea. Il a conçu « La Fontaine », un distributeur automatique d’une capacité de 20 litres de gel, pouvant délivrer 6500 doses. «La distribution automatisée est une solution pratique qui maîtrise le coût de la protection sanitaire. La dose coûtera deux fois moins chère qu’avec gel acheté en pharmacie, argumente son concepteur.  L’appareil est fabriqué en Bretagne et sera proposé à un réseau de distributeurs (dont Labocea) par la société AS4H créée à cet effet. « Grâce au suivi de chaque borne par internet, le client ne paiera que ce qu’il consommera. Nous nous chargerons de tout.»

 

(1) Le Laboratoire public Conseil Expertise et Analyse, implanté à Brest, Quimper, Ploufragan, Combourg et Fougères sur une surface totale de 22 000 m2, emploie 560 salariés

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Les odeurs liées aux élevages, autour des bâtiments ou lors de la manutention des effluents, sont parfois ressentis par les riverains comme des nuisances
L’Itavi teste un « nez » électronique pour mesurer les odeurs liées aux élevages
Le nez électronique est une technologie explorée pour détecter plus facilement et plus rapidement les odeurs liées aux élevages…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)