Aller au contenu principal

Etude Itavi-Anses
Au couvoir, les conditions d’attente du poussin impactent sa qualité

L’étude Itavi-Anses confirme que de mauvaises conditions d’attente du poussin peuvent pénaliser le rendement en filet. © P. Le Douarin
L’étude Itavi-Anses confirme que de mauvaises conditions d’attente du poussin peuvent pénaliser le rendement en filet.
© P. Le Douarin

Une étude réalisée par l’antenne ouest de l’Itavi et l’Anses Ploufragan sur l’attente des poussins au couvoir a confirmé que les premières heures après l’éclosion sont critiques. C’est particulièrement le cas de ceuyx issus de reproducteurs en début ou en fin de ponte. Les heures suivant l’éclosion, l’ambiance doit être bien maîtrisée avec une température (24-25°C) et une hygrométrie (55-65%) stables et contrôlées.

Ces conditions influencent la prise de poids au démarrage et le rendement en filet à l’abattage. Chez les animaux ayant attendu en ambiance contrôlée, les poids moyens sont supérieurs entre 1 et 12 jours tandis que le poids de filet atteint 92,2 (plus ou moins 1,3 g) par kg de poids vif à comparer à 88,04 g  (±0,9 g) chez ceux soumis à des conditions non maîtrisées. En revanche, la mortalité n’est pas modifiée, ni au démarrage ni en cours de lot.

« Il est nécessaire de prendre en compte, dans le cadre du management des poussins, l’interaction entre les paramètres d’ambiance et l’âge des reproducteurs, dans le but d’améliorer la qualité des poussins et leurs performances futures », concluent les auteurs.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Plan de relance agricole : des aides à l’investissement sur les couvertures de fosses et le matériel d’épandage
Depuis hier, 4 janvier 2021, les exploitants agricoles peuvent déposer un dossier de demande d’aide au renouvellement des…
Le Gaec du Metz, avec Anne-Laurence et Xavier Fleury, devant leurs fils Arthur (à gauche) et Victor, ont fait le choix de la poule pondeuse plein air pour diversifier leur exploitation laitière. © A. Puybasset
Des poules pondeuses plein air pour diversifier le Gaec laitier
Le Gaec du Metz, dans l’Orne, se diversifie dans la volaille avec son nouvel élevage de 15 000 poules pondeuses plein air, géré…
Suivez la progression de l’influenza aviaire sur la carte interactive de Réussir Volailles
Les Marchés
La rédaction de Réussir Volailles actualise en permanence la cartographie des foyers d’influenza déclarés en Europe, afin…
La hacheuse pailleuse projette la litière jusqu'à 4 mètres de distance.  © SARL Chupin
Un hache-paille qui facilite le repaillage

Wic est une pailleuse autopropulsée qui broie et projette de la paille. Importée du Canada par l’…

Un foie gras vraiment faux selon l'UFC-Que Choisir. © Gaia
Le « foie gras » 100 % végétal déçoit l’UFC-Que Choisir

Verdict sans appel pour les deux ersatz de foie gras - le Faux gras et Gaia et le Veg’gras de Senfas - à base d’huile,…

La filière œuf a deux ans d'avance sur son programme de mutation vers la production hors cage. © P. Le Douarin
La transition vers l’œuf alternatif se poursuit
Pour la filière des œufs, l’année 2020 a été contrastée selon les segments de marché concernés.
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)