Aller au contenu principal

Après influenza H5N8 : vers des mises en place "chirurgicales" des volailles Galliformes

Après avis de l’Anses, les autorités ré autorisent les mises en place de volailles non palmipèdes dans les départements touchés par l’influenza aviaire, mais sous strictes conditions.

Les mises en place de Gallinacés vont être longues et compliquées dans le sud ouest
© P. Le Douarin

Dans le cadre de la lutte contre l'influenza, 400 000 volailles de chair ont été euthanasiées ou abattues pour enrayer la propagation du virus H5N8. Surtout, environ cinq cent mille volailles de chair n'ont pas pu être mises en place chaque semaine par rapport à une année normale, ce qui porterait le manque total à gagner à environ 5 millions de têtes. «Dans quelques semaines, les abatteurs n'auront plus de volailles provenant du Sud-Ouest à vendre», a prévenu Bernard Tauzia le président de l’Association des volailles fermières des Landes (AVFL) le 9 mars. Cette non-production va se traduire par un trou important dans les ventes à partir du mois de mars jusqu'à mai-juin, voire au-delà. C’est pourquoi, les professionnels s’impatientent pour remettre en place des volailles dès que possible et là où c’est possible.

Après trois mois d'arrêt de la production, «nous avons la possibilité de remettre des volailles en place dans le Sud-Ouest depuis jeudi 4 mars », a annoncé le landais Bernard Tauzia. Les autorités nationales ont donné leur accord après consultation de l’Anses, dont l’avis leur a été rendu le 26 février. Il lui était demandé de « réexaminer les conditions de mise en œuvre de la levée progressive de certaines zones stabilisées de la grande zone tampon du sud-ouest. » Cette mesure ne s'applique qu'aux élevages de gallinacés (poulets, pintades, dindes) spécialisés et non à ceux ayant eu des palmipèdes. Les volailles devront restées en bâtiment jusqu’à la levée finale de la grande zone réglementée, qui devrait a priori se faire d'un seul coup. Les experts de l'Anses estimaient le 26 février qu’il était « prématuré et risqué de repeupler les élevages de palmipèdes dans les zones stabilisées. »

les mises en place en 2017 dans le sud ouest

Avoir une mécanique administrative réactive

«Nous attendons juste le décret d'application», a précisé Bernard Tauzia lors du point presse de l’interprofession des volailles de chair (Anvol).

En réalité, plusieurs conditions devront être réunies.

Il faut d’abord modifier tous les arrêtés préfectoraux de blocage des mises en place dans les zones de contrôles temporaires (ZCT) n’ayant pas eu de foyers, ni de dépeuplement préventif.

Dans les communes dépeuplées ou foyers, il faut que la zone soit classée en zone de surveillance stabilisée, c’est-à-dire sans suspicion ni cas depuis au moins 8 jours après abattage du dernier foyer. Les élevages ayant été dépeuplés ou atteints doivent avoir subi les trois phases de décontamination et respecter le délai minimal de 21 jours après la décontamination finale (ND2) suivie d’un contrôle des services vétérinaires. La mise en place est fonction du dernier élevage décontaminé. Pour aller plus vite, la mécanique administrative devra suivre au plus près l’avancée des décontaminations d’élevages.

Il faut donc s’attendre à un redémarrage « chirurgical » et très progressif, dont l’ampleur dépendra de la répartition géographique des ateliers. Les territoires concernés seront vraisemblablement ceux touchés le plus tôt dans les Landes (zone dite Océane), et ceux en périphérie des autres départements, en fonction de l’historique de la propagation (Sud-est du Gers encore affecté).

« Notre potentiel d’accouvage a été beaucoup moins affecté qu’en 2017, soulignent Damien Betouigt (Couvoir Côte d’Argent) et Loïc Dusart (Caringa Sud ouest), deux de trois accouveurs Gallus du Sud-Ouest. Nous avons pu protéger et conserver nos reproducteurs. Nous sommes en capacité de répondre à la demande de nos clients. »

Quant à l’entreprise Socavic, son couvoir des Landes est à l’arrêt, mais celui du Gers a toujours fonctionné. « Pour l’instant, nous sommes à 30 % de notre activité, précise son dirigeant Jean-Marc Lacouture. Nous serons à 50 %  quand celui des Landes sera autorisé à redémarrer,. Comme nous avons dû abattre des reproducteurs, nous serons revenus à 100 % des capacités en octobre-novembre. »

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Les éleveurs de la confédération paysanne dénoncent un excès de zèle sanitaire envers les éleveurs élevant leurs poules hors cage et en plein air. © A. Blanchin
Salmonelles : Des éleveurs de pondeuses protestent contre les abattages
Fin janvier à Lyon, des éleveurs de la confédération paysanne manifestaient pour faire évoluer la réglementation salmonelle sans…
Le rachat de Ronsard par LDC autorisé sous conditions
L’Autorité de la Concurrence a donné son feu vert au rachat du groupe Ronsard par LDC au groupe coopératif Eureden, dont les…
Guillaume Garnier : « L’utilisation de tourbe pour le primo-paillage permet un juste équilibre entre maîtrise des pododermatites et frais de litière. » © A. Puybasset
« La litière de tourbe est le meilleur compromis pour mon élevage de poulets lourds »
Pour limiter les pododermatites tout en maîtrisant les frais de litière, Guillaume Garnier épand de la tourbe dans ses deux…
Le groupe Avril va vendre sa branche œuf
Le groupe agroalimentaire Avril, veut vendre sa branche œufs coquille et ovoproduits, ainsi que l’activité porcine pour se…
Tous les matériaux de construction voient leur prix flamber avec la Covid-19 : le bois, l'acier, l'isolant, le plastique... © P. Le Douarin
La hausse de l’acier et des plastiques impacte le prix des équipements avicoles
L’explosion des prix ne concerne pas seulement les matières premières agricoles. L’acier et les polymères plastiques connaissent…
Le vaccin vecteur adapté aux palmipèdes pourrait être administré en primo-vaccination au couvoir et être accompagné d’un rappel par l'éleveur, selon des modalités à préciser. © P. Le Douarin
Influenza aviaire : les scientifiques sont prudents à propos de la vaccination des canards
Le milieu scientifique craint que la vaccination masque la circulation silencieuse de sous types de virus influenza susceptibles…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)