Aller au contenu principal

Analyser l’épizootie H5N8 pour mieux se préparer

La chaire de biosécurité de Toulouse décortique l’épidémie de H5N8 de 2016-2017 pour élaborer des méthodes qui permettront de mieux combattre les foyers à venir et d’éviter une troisième épizootie.

Outre l’étude des pratiques de biosécurité individuelle, la chaire de biosécurité aviaire de Toulouse se penche sur la compréhension de la propagation des virus influenza. Elle a étudié l’épizootie H5N8 de 2016-2017 à l’échelle régionale. Présentée au Space(1), sa démarche rétrospective vise à identifier et hiérarchiser les facteurs de risques (oiseaux d’élevage, avifaune, personnel…) et à reconstituer des chaînes de transmission dans une dynamique spatiale et temporelle. « Cette approche permet de refaire le film de l’épizootie et de construire des scénarios d’abattage (voire de vaccination) dans un contexte donné de propagation du virus », explique Jean-Luc Guérin, responsable à la chaire. Il a été confirmé qu’il existe des groupes de foyers (les « clusters ») épidémiologiquement reliés. L’analyse a montré que la vitesse de progression du front d’infection d’Est en Ouest était subitement passée de 3 à 10 km par semaine, avec une moyenne à 5,5 km par semaine. Plusieurs paramètres ont interféré, comme la densité des élevages et l’évolution des mesures sanitaires des pouvoirs publics (mouvements liés à des abattages intensifs). Une simulation de Météo France a permis d’écarter l’hypothèse de l’influence du vent dans la flambée des foyers du début de février 2017. Les masses d’air évoluaient d’Ouest en Est et les foyers d'Est en Ouest. « Les mouvements d’aérosols chargés de virus ne peuvent pas majoritairement expliquer l’évolution des foyers sur de grandes distances. En revanche, leur rôle a été démontré localement sur quelques dizaines ou centaines de mètres, notamment par l’Anses. »

Focaliser les moyens sur les zones les plus à risques

Il est prévu d’établir des cartes de risques en fonction des densités en palmipèdes, des transports d’oiseaux, du réseau hydrographique (risque avifaune sauvage) et d’autres critères. De nombreuses variables explicatives ont été explorées. Beaucoup plus que la proximité d’oiseaux aquatiques, la sortie des canards gavés est un important facteur explicatif des foyers, peut-être en lien avec l’introduction de cages vides déjà contaminées. « Cela permettra d’identifier les zones à risque plus élevé où il faut agir en priorité par la surveillance et peut-être préventivement en réduisant les mises en place de volailles », note le responsable à la chaire. Pour affiner le rôle des mouvements dans l’apparition des foyers et la propagation des virus, la chaire travaille aussi sur les réseaux de flux géographiques de canards, à partir de données sur les points de départ et d’arrivée. Il ressort que certains voies de circculation sont plus denses et pourraient donc représenter un risque plus élevé. « Si un foyer se déclenchait dans tel ou tel secteur, cette approche cartographique permettrait de préciser où aller prioritairement faire une surveillance active. Elle peut également être un outil précieux d'aide à la décision pour les responsables professionnels », souligne Jean-Luc Guérin.

(1) Intervention dans le cadre de la matinée d’actualités pathologiques organisée par l’association mondiale vétérinaire d’aviculture et le journal Filières avicoles. Auteurs : Jean-Luc Guérin, Claire Guinat, Jean-Pierre Vaillancourt et Mathilde Paul.

Les plus lus

Julien Courbet Capital M6 poulet brésilien
L’importation de poulet brésilien épinglée par Capital sur M6
Peut-on encore manger en toute confiance ? Dans une émission diffusée le 22 janvier Capital pointe la différence de qualité entre…
De gauche à droite, Jacques et Pierre Lagrève, producteurs d’œufs à Louvigné du Désert, et Olivier Dauloudet, technico-commercial Ouest pour Patura
Volailles plein air : Sécuriser les parcours contre les intrus avec des clôtures électrifiées
Pour protéger les parcours des intrusions humaines et animales, les clôtures électrifiées assurent une protection efficace et…
Un exercice négatif de 756 000 euros pour Volinéo : « pas de produit mais des charges en hausse », résume sans appel Guy Marie Brochard, son président (à l'extrême droite).
Cavac : Des activités volailles dans la tempête
Sur fond d’exercice satisfaisant pour le groupe coopératif vendéen Cavac, toutes les activités avicoles du groupement spécialisé…
Fils de producteur d’œufs, Raphael Collet n’a aucune inquiétude vis-à-vis de ses choix techniques et de la commercialisation de ses œufs.
Œufs de consommation : Première installation d’une volière pondeuse Combo Plus
Dans les Côtes d’Armor en Bretagne, Raphaël Collet a repris l’élevage de pondeuses de son père pour voler de ses propres ailes.…
Grippe aviaire en Côtes d’Armor : Un quatrième foyer à Saint Fiacre
  Dans les Côtes d’Armor, un foyer d’influenza aviaire est survenu dimanche 5 février sur la commune de Saint Fiacre. C’est le…
La ventilation dynamique est le premier poste de charges dans un poulailler de chair avec des économies importantes possibles dans les débits intermédiaires.
Dépenses électriques : Comment économiser avec une ventilation dynamique
La ventilation dynamique étant le principal poste de consommation électrique des bâtiments avicoles qui en sont équipés, modifier…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)