Aller au contenu principal

Aides Covid-19 : les trois millions d’euros pour les petites filières bientôt débloqués

Selon l’interprofession de la volaille de chair (Anvol), les aides publiques promises en novembre pour les éleveurs de canards, pintades, cailles et pigeons seront versées à la fin de ce semestre.

Les petites filières avicoles qui sont une spécificité française sont en situation de péril économique
© P. Le Douarin

A l’occasion de son point presse du 9 mars, l’Anvol  a annoncé que les services économiques du ministère de l’agriculture lui avaient fait part la veille du versement prochain des trois millions d’euros d’aides Covid-19. Elles concernent les petites filières (caille, pigeon, canard à rôtir et à foie gras) qui ont été très durement impactées par les deux confinements et la fermeture des restaurants.

Selon l’Anvol, la consommation de canard et de pintade a baissé de 12 à 13%, ce qui s’est traduit par une chute du chiffre d’affaires des éleveurs de 25 à 30%. En pigeon, la baisse a été encore plus importante, mais certains abattoirs ont été solidaires avec les éleveurs en continuant à reprendre des pigeonneaux.

Concrètement, les dossiers devront être déposés au mois d’avril pour un versement attendu à la fin du semestre. En revanche, même si toutes les conditions d’égibilité ne sont pas encore connues, il est possible que tous les éleveurs ne puissent y avoir droit. Il faut notamment qu’au moins 50 % du chiffre d’affaires soit réalisé avec le secteur de la restauration et que la baisse du chiffres d’affaires soit importante (au moins 30 %).

Parallèlement à cette aide, des collectivités territoriales ont mis la main à la poche pour les éleveurs. C’est le cas de la région des Pays de la Loire (1,8 millions d’euros pour le canard), des Deux Sèvres (pigeonneau pour les Ehpad à Noël) et de l’Ain (30 000 € de poulet de Bresse pour les collèges).

Gilles Huttepain du groupe LDC, présent au point presse, s'est par ailleurs inquiété de l'avenir des toutes petites filières (pigeon, caille, pintade) qui font la spécificité de l'aviculture française. "Il faut que nous ayons une vraie volonté de maintenir cette particularité. Pendant la Covid-19, le consommateur s'est focalisé sur le poulet et la dinde. Il y aura peut être des efforts de promotion de ces volailles à réaliser."

Lire aussi : La région Pays de la Loire aide les éleveurs de canard de Barbarie

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Audrey et Pierre Besançon ont réinvesti 60 000 euros (aides non déduites) dans 90 m2 de fenêtres, afin de continuer à produire après 2025 et en espérant un retour rapide d'investissement. © P. Le Douarin
Lumière naturelle : Audrey et Pierre conseillent de « bien préparer et suivre le chantier de pose des fenêtres »
Engagés dans Nature d’éleveurs depuis deux ans, Audrey et Pierre Besançon ont fait poser des fenêtres dans leurs deux poulaillers…
Les déchets et plaques amiantés sont emballés dans des contenants identifiables (logo A), avant d’être livrés à une décharge habilitée ou stockés au maximum un an sur l’exploitation. © P. Le Douarin
Fenêtres en rénovation de poulaillers : une amiante très embarrassante
La présence d’amiante dans les plaques fibrociment des poulaillers antérieurs à 1997 augmente les coûts de mise en conformité et…
Ingénieure agronome spécialiste des matières premières depuis trente-cinq ans, Patricia Le Cadre a rejoint le Céréopa en 2007. Ce bureau d’études associatif s’intéresse à la compétitivité et aux enjeux des agroactivités en matière d’alimentation et de production, de durabilité des systèmes, d’environnement et de relations sociétales. © Céréopa
Matières premières agricoles : « La Chine mène la danse du commerce des céréales »
Pour Patricia Le Cadre, experte des marchés des matières premières agricoles au Céréopa, après avoir mis la main sur le commerce…
Jean-Luc Martin, de l'entreprise Tell Élevage, spécialisée dans les audits techniques de bâtiments. © A. Puybasset
« La position des fenêtres impacte les circuits d’air du poulailler »
Jean-Luc Martin, de Tell Élevage, met en garde sur l’impact potentiel des fenêtres sur la ventilation du poulailler, notamment…
Pignon orienté à l'est. Idéalement, il faudrait des ouvertures au nord ou à l’est (ensoleillement le matin, avant la montée en température). © P. Le Douarin
 « La lumière naturelle rend la gestion du bâtiment plus complexe »
L’impact de l’entrée de lumière naturelle peut être envisagé sous deux angles, celui du comportement animal et celui de l’apport…
Concevoir des solutions vaccinales qui permettent de manipuler moins, de vacciner mieux, et de mieux protéger les volailles jusqu’à leur fin de ponte. © A. Puybasset
Comment simplifier le programme de vaccination des poulettes
Le fabricant de vaccins Ceva Santé Animale achève de construire une gamme complète pour les futures poules pondeuses qui réduit…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)