Aller au contenu principal

Aides Covid-19 : les trois millions d’euros pour les petites filières bientôt débloqués

Selon l’interprofession de la volaille de chair (Anvol), les aides publiques promises en novembre pour les éleveurs de canards, pintades, cailles et pigeons seront versées à la fin de ce semestre.

Les petites filières avicoles qui sont une spécificité française sont en situation de péril économique
© P. Le Douarin

A l’occasion de son point presse du 9 mars, l’Anvol  a annoncé que les services économiques du ministère de l’agriculture lui avaient fait part la veille du versement prochain des trois millions d’euros d’aides Covid-19. Elles concernent les petites filières (caille, pigeon, canard à rôtir et à foie gras) qui ont été très durement impactées par les deux confinements et la fermeture des restaurants.

Selon l’Anvol, la consommation de canard et de pintade a baissé de 12 à 13%, ce qui s’est traduit par une chute du chiffre d’affaires des éleveurs de 25 à 30%. En pigeon, la baisse a été encore plus importante, mais certains abattoirs ont été solidaires avec les éleveurs en continuant à reprendre des pigeonneaux.

Concrètement, les dossiers devront être déposés au mois d’avril pour un versement attendu à la fin du semestre. En revanche, même si toutes les conditions d’égibilité ne sont pas encore connues, il est possible que tous les éleveurs ne puissent y avoir droit. Il faut notamment qu’au moins 50 % du chiffre d’affaires soit réalisé avec le secteur de la restauration et que la baisse du chiffres d’affaires soit importante (au moins 30 %).

Parallèlement à cette aide, des collectivités territoriales ont mis la main à la poche pour les éleveurs. C’est le cas de la région des Pays de la Loire (1,8 millions d’euros pour le canard), des Deux Sèvres (pigeonneau pour les Ehpad à Noël) et de l’Ain (30 000 € de poulet de Bresse pour les collèges).

Gilles Huttepain du groupe LDC, présent au point presse, s'est par ailleurs inquiété de l'avenir des toutes petites filières (pigeon, caille, pintade) qui font la spécificité de l'aviculture française. "Il faut que nous ayons une vraie volonté de maintenir cette particularité. Pendant la Covid-19, le consommateur s'est focalisé sur le poulet et la dinde. Il y aura peut être des efforts de promotion de ces volailles à réaliser."

Lire aussi : La région Pays de la Loire aide les éleveurs de canard de Barbarie

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
À Montmeyran, Guillaume Delay a signé une promesse de bail sur 20 ans pour désamianter et solariser les toitures de ses deux bâtiments (1972 et 1988) dans lesquels il élevait des dindes. « L’aide de la région a fait la différence, l’opération ne doit rien me coûter ».
Bâtiments agricoles : Dans la Drôme, le photovoltaïque financera le désamiantage
L’installation de toitures photovoltaïques dans la communauté Valence Romans Agglo va permettre de financer le désamiantage d’…
Élevant 130 000 faisans et 50 000 perdreaux sur 42 hectares de volières à Loubes-Bernac, Pascal Tarrisse a fait recouvrir 8 ha en ombrières photovoltaïques.
Agrivoltaïsme : Des faisans à l’abri d’ombrières photovoltaïques
Dans le Lot-et-Garonne, des ombrières recouvertes de panneaux solaires ont remplacé des volières de la faisanderie des…
En accédant à l’extérieur, les poulettes sont exposées à plusieurs dizaines de milliers de lux, ce qui peut perturber la gestion du programme lumineux pour déclencher la ponte.
Bien gérer la sortie des poulettes bio en cinq points
L’accès des poulettes en production biologique au parcours extérieur oblige les éleveurs à ajuster le programme lumineux et les…
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Le 16 juin, Philippe Juven a quitté la présidence de l’interprofession de l’œuf (CNPO) après une décennie bien remplie. Commencée…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)