Aller au contenu principal

Vinapogée, un salon pour montrer la force des vieux vins

A contre-pied des courants aimantés sur les jeunes millésimes, le salon Vinapogée veut défendre le goût des vieux vins. La 5e édition a lieu lundi 20 janvier, au Pavillon Kléber à Paris.

salon Vinapogée 2019
Lancé en 2015, le salon Vinapogée prend le contre-pied du jeunisme des vins pour défendre la cause et la culture des vins de garde.
© Vinapogée

Pas moins de 10 ans. C’est l’âge de maturité minimum qu’il faut afficher pour se faire goûter au salon Vinapogée. La 5e édition a lieu lundi 20 janvier à Paris. Elle rassemble cette année trente domaines, 5 de plus que l’an dernier, le salon tenant à garder une taille « humaine ».  Au total une centaine de vins seront proposés à la dégustation : des vins affichant non seulement une décennie mais aussi considérés par le domaine qui les présente comme à leur apogée.

Une vision du vin à défendre

Si certains vins peuvent être commandés par les visiteurs, la vente n’est pas l’objectif premier. Certains domaines présents n’ont d’ailleurs plus aucun vin à vendre. La motivation est avant tout de l’ordre de la communication et du partage : montrer comment évoluent les vins, prouver que le travail du domaine s’inscrit dans le temps… sachant que les occasions de faire découvrir des vieux millésimes sont rares.

« Les jeunes sommeliers ont rarement l’occasion de déguster des vins à maturité. C’est important que ces jeunes ne perdent pas ce goût des vieux vins. La France est l’un des rares pays qui essaye de prouver que les vins peuvent vieillir. C’est un acquis à ne pas perdre », pointe Bernadette Vizioz, co-organisatrice du salon avec David Hairion de l’agence Made in Mouse.

Professionnels et amateurs, réunis pour une même cause

S’il est ouvert au grand public, le salon attire environ 80% de professionnels selon les organisateurs.

Parmi les conférences et ateliers prévus, Jacques Puisais, invité d’honneur, interviendra sur « Vive la maturité ! » et  Marc-André Selosse, professeur au Museum d’Histoire naturelle et Gabriel Lepousez, docteur en neurosciences, sur « Des tannins, des vins et des goûts ! ».

 

Renseignements sur www.vinapogee.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole