Aller au contenu principal

Une très chère protection maladie

La cotisation subsidiaire maladie grève le budget des exploitations ayant subi des aléas.
© Fotolia

Arrivée sous la forme d’une missive de l’Urssaf, certains viticulteurs ont eu une bien mauvaise surprise à la veille de Noël. Dans ce courrier, l’Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale réclamait le paiement d’une cotisation subsidiaire maladie (CSM).

En effet, mise en place par la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2016, la Protection sociale universelle maladie (Puma), se substitue à présent à la CMU de base. Une circulaire interministérielle du 15 novembre 2017 en fixe les modalités. Qui sont corsées !

Sont redevables de cette CSM, ceux qui ne perçoivent pas de revenus d’activité (ou moins de 3 862 euros) et dont les revenus fonciers (notamment les fermages) ou du capital sont supérieurs à 9 654 euros. Les vignerons ayant subi des aléas climatiques amputant très fortement leurs revenus en 2016, mais disposant de revenus annexes, se retrouvent donc fortement taxés. Une cotisation « incohérente et injuste », selon la FDSEA de Saône-et-Loire ; une mesure « injuste et qui précarise plus encore les exploitants qui ont un résultat déficitaire », s’insurge la Coordination rurale. Qui pointe le fait que « les revenus qui sont taxés via la cotisation Puma sont souvent des revenus qui permettent aux exploitants de combler leur déficit et les aident à vivre sur le reliquat ». Vue l’étendue des aléas climatiques en 2017, de très nombreux domaines risquent de se retrouver dans cette situation l’an prochain…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole