Aller au contenu principal

[Astuce] Une presse à sarments automotrice

Charles Jumert, vigneron à Villiers-sur-Loir dans le Loir-et-Cher, a transformé un enjambeur en presse à sarments automotrice.

 © Cave Jumert
Un vieil enjambeur Bobard a été modifié pour se transformer en presse à sarments automotrice.
© Cave Jumert
 

1 - Afin d’exploiter les sarments disponibles sur son exploitation dans le but de chauffer sa maison d’habitation, Charles Jumert s’est intéressé à la presse à sarments Caeb, dont il a trouvé une occasion récente à prix imbattable. Pour l’animer, le vigneron a transformé un vieil enjambeur Bobard "béquillard". Ne souhaitant pas rouler sur les sarments – ils restent propres et faciles à ramasser – le vigneron a modifié le châssis pour qu’il devienne coulissant et dispose d’une voie variable hydraulique. D’un enjambeur un rang, Charles Jumert en a fait un de deux rangs, tout en restant compact sur la route.

2 - Rapidement, Charles Jumert constate lors des premiers essais qu’il faut changer de transmission. En effet, au rythme de 1 000 bottes par jour, ce ne sont pas moins de 3 000 coups de pédale d’embrayage, ce qui sollicite fortement la transmission et use prématurément le disque d’embrayage. Le vigneron dépose la transmission mécanique pour la remplacer par une boîte hydrostatique d’une vieille automotrice de récolte de maïs.

 

3 - Montée sur un attelage trois points, la presse à sarments a été modifiée. Le rouleau arrière, qui sert à contrôler la hauteur de travail, a été enlevé, car il avait tendance à accumuler de la terre. Il a été remplacé par des roulettes de jauge. Au besoin, la presse peut être dételée pour y installer d’autres outils comme une bineuse ou une palisseuse.

 

4 - À l’arrière, un petit chariot monoroue a été fabriqué pour pouvoir y stocker les bottes avant de les déposer en bout de parcelle.

Coût 10 000 euros, dont 1 000 euros de béquillard et 8 000 euros de presse

Temps environ une semaine

Les plus lus

Le poudrage est souvent réservé à la période sensible.
Soufre poudre ou mouillable : les critères de choix en vigne
Bien que le soufre mouillable ait de nombreux avantages en termes d’emploi, la forme en poudre n’est pas à négliger. Elle permet…
Certains constructeurs combinent une tondeuse à une rogneuse.
Les rogneuses traînées, synonymes de productivité

Les rogneuses traînées sont des machines offrant de bons débits de chantier, adaptées à des surfaces minimales de 30 à 40…

Fabien Marie, viticulteur en Charente-Maritime : « La rogneuse traînée est incomparable en termes de maniabilité dans les tournières. »
« Je gagne en débit de chantier avec ma rogneuse traînée »

Viticulteurs et entrepreneurs en Charente-Maritime, Laurent et Fabien Marie sont équipés de deux rogneuses traînées. Un…

René Becker, consultant et formateur indépendant, spécialiste de la biodynamie.
« En 100 ans, la viticulture en biodynamie n’a jamais été aussi actuelle »

René Becker, consultant et formateur en biodynamie, dresse un bilan et des perspectives pour la biodynamie à l’occasion du…

Le biochar épandu au pied des vignes permet d'améliorer la rétention en eau, selon des observations récentes.
Quels produits utiliser contre la sécheresse en viticulture ?

Qu’ils agissent sur la plante pour les biostimulants, ou sur le sol pour les biochars, il existe des leviers pour aider la…

Planter des vignes en gobelet et introduire des engrais verts en interrang sont deux leviers permettant de lutter contre la sécheresse.
Une diversité de pratiques culturales pour lutter contre la sécheresse de la vigne

Cépages tolérants, conduite en gobelet, palissage assoupli, présence de couverts végétaux ou encore d’arbres sont autant de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole