Aller au contenu principal
Font Size

En couverture
Une nouvelle segmentation à définir

L'offre des vins va se modifier en profondeur avec l'entrée en vigueur en août 2009 de la nouvele segmenttion des vins prévue par l'OCM. Le point sur les débats dans huit bassins de production.

En majorité, les vinsd e pays choisissent de passer en indication géographique protégée.
En majorité, les vinsd e pays choisissent de passer en indication géographique protégée.
© P. Cronenberger

A six mois de l'arrivée des vins sans indication géographique, la France viticole reste majoritairement dans le doute. Quelle sera l'importance de ces vins ? Quelle sera leur conséquence sur les vins de pays ? Et sur les AOC ? La réponse se trouve chez les négociants qui refusent, dans leur majorité, de répondre aux questions. « Nous ne communiquons pas sur le sujet. Mais à l'heure actuelle, toutes nos équipes travaillent sur les différents marchés et les différents produits » indique-t-on chez Castel.
Toutefois, si la discrétion du négoce est de mise, il est des signes qui ne trompent pas : les vins de cépages sans indication géographique vont débarquer sur le marché en misant sur la marque pour attirer le consommateur. Ainsi, un grand négociant a rappelé récemment qu'il était « un fervent défenseur des vins de cépages en France ». Et comme l'indique Pierre-George Malpel, directeur général de Viniflhor, : « les grands industriels du vin sont prêts à évoluer. Ils analysent actuellement de près ce que la demande va rechercher ». La demande ? En majorité la grande distribution qui n'est pas en reste sur cette réflexion. Selon le cabinet Gressard qui a travaillé sur l'évolution de la segmentation du vignoble gardois, « elle cherche la plus grende liberté de marketing possible. Elle travaille sur des marques de distributeur ou de négoce pour lesquelles elle souhaite se libérer des contraintes des IGP. Ces nouveaux vins de cépages permettent d'abaisser le coût du vin et donc de dégager soit une marge supérieure, soit d'abaisser le prix au consommateur, soit de travailler sur le marketing ».

« IGP et AOP vont se rapprocher »

Quel sera l'effet de ces vins de cépages sur les autres segments du marché ? «La libéralisation de l'utilisation du cépage va forcément créer des étanchéités entre les IGP et les AOP. Je suis convaincu que ces deux types de produits vont se rapprocher » estime Pierre-George Malpel. Reste à savoir quel sera l'attitude des consommateurs face aux indications d'origines, certaines marques se passant très bien d'indiquer le nom du vin de pays sur l'étiquete et le reléguant sur la contre-. Pierre Mora, enseignant-chercheur à Bordeaux école de management indique : « On dit que le consommateur dans les linéaires, se montre très pressé, qu'il choisit en moins d'une minute la bouteille qu'il glisse dans son caddy. Si tel est le cas, peu seront ceux qui feront l'effort de comprendre les différences entre les différents segments. En revanche, face à une demande diffuse de sécurité alimentaire et de relocalisation alimentaire, l'IGP peut être un outil efficace ».
Par ailleurs, l'absence d'information sur les règles qui régiront les IGP limitent fortement la capacité des opérateurs à évaluer leur intérêt. "Mais pour les vins de pays, quelles seront les règles des IGP ?" s'interroge Noël Bougrier, président de l'Anivit. Les vins de pays intéressent les négociants parce qu'ils constituent une zone de liberté au sein de laquelle nous pouvons adapter les produits à la demande de nos clients. Mais quelles seront les conséquences du rattachement à l'Inao ? Quand on voit l'usine à gaz que constitue le nouvel agrément des AOC, on peut être inquiets...". Les interrogations sont d'autant plus grandes qu'on ne sait toujours pas si les IGP françaises bénéficieront d'une exception à la règle européenne qui impose le recours à un organisme certificateur indépendant de la profession.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole