Aller au contenu principal

Oenologie
Une nouvelle génération d´équipements de flash-détente


Le procédé de flash-détente, adapté au raisin par l´Inra, consiste à porter la vendange entre 85 et 90 ºC en quelques minutes, à l´égoutter, puis à lui faire subir un vide poussé (50 mBars). La température chute alors à 35 ºC en une seconde, entraînant la vaporisation de 7 à 10 % de l´eau contenue dans la baie. Ce qui génère à la fois des déchirures profondes de la pellicule et des micro-fissures sur l´ensemble de sa surface. La technique combine deux effets. Le chauffage de la vendange inhibe les activités enzymatiques (laccase...) et les fissures et déchirures favorisent l´extraction et la diffusion des composés phénoliques, tanins et anthocyanes.

Un système de chauffage basé sur le principe de l´échange vapeur
Les équipements proposés diffèrent par leur méthode de chauffage de la vendange. Imeca DT proposait jusqu´à l´an dernier un chauffage de la vendange en l´immergeant dans un moût chaud (Thermocompact). « Mais ce système ne portait les raisins qu´à 70-75 ºC, regrette Jean-Louis Escudier de l´Inra, une température trop limite pour la flash-détente. » L´Inra a pour cette raison retiré son partenariat avec Imeca DT. Actuellement trois autres sociétés commercialisent des équipements de flash-détente, Péra, Fabbri et Boccard. Leur système de chauffage est basé sur le principe de l´échange vapeur, jugé « plus efficace et plus rapide » par l´Inra. Il consiste à immerger le raisin dans un flux de vapeur (en l´absence complète d´oxygène), ce qui porte le raisin à la température voulue en 2 ou 3 minutes, sans macération. La vapeur se condense directement sur les pellicules de raisin, elle est issue du chauffage et de l´évaporation à faible pression d´une partie du jus d´égouttage du raisin.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole