Aller au contenu principal

Une convention collective nationale pour l’agriculture

À partir du 1er janvier 2021, s’appliquera une convention collective nationale couvrant toutes les entreprises et les salariés de la production agricole et des Cuma. Le texte est issu de 3 années de négociation entre les partenaires sociaux agricoles salariés et patronaux.

L'élaboration d'une classification des métiers de l'agriculture avec une grille de salaires minimums est l'un des volet de la convention collective nationale agricole.  © J.-C. Gutner
Une classification des métiers de l'agriculture avec une grille de salaires minimums est l'un des apports de la convention collective nationale agricole.
© J.-C. Gutner

La Convention collective nationale agricole n’efface pas les 140 conventions collectives territoriales existantes, ni les deux conventions sectorielles et les accords nationaux interbranches, mais il définit un cadre minimum. « Chaque territoire pourra continuer à avoir une dynamique territoriale », indique Jérôme Volle, responsable de la commission emploi à la FNSEA. Pour lui, le grand pas de ce texte c’est la classification des professions agricoles. Elle intègre les fonctions non seulement de production mais aussi de transformation, commercialisation ou administratives pour tenir compte de l’évolution des exploitations. Autre innovation, l’introduction de paliers de compétence. « Nous sommes partis de cinq critères classants : autonomie, responsabilité, technicité, management et relationnel », indique Jérôme Volle.

Mieux mettre en valeur les compétences

À cette classification correspond une grille de salaire « avec 12 paliers » permettant de mieux refléter les niveaux de compétences. « Il y a par exemple différents types de tractoristes. Certains vont uniquement conduire le tracteur, d’autres savent atteler, réparer ou réaliser d’autres tâches. Cette grille permet une meilleure reconnaissance de la qualification de la personne ». Si elle fait référence à minima, « on peut donner une dynamique salariale au niveau de l’entreprise », se réjouit Jérôme Volle. Un autre texte, négocié et signé en parallèle, prévoit la mise en place d’une retraite supplémentaire pour tous les salariés. Jusque-là, seuls les cadres en bénéficiaient.

La FNSEA a jugé l’accord « satisfaisant et équilibré ». L’organisation syndicale y voit un signe de la « vitalité du dialogue social en agriculture », et de la capacité de la filière « à se structurer ». La FGA-CFDT a salué les avancées sociales « obtenues concernant la prise en charge des déplacements des salariés, du travail de nuit, ou encore des indemnités de départ en retraite ». La CFTC-Agri s’est réjouie de la « signature unanime » et des avancées obtenues mais souhaite des évolutions futures « en particulier sur la question des salaires et des primes, afin de mieux valoriser les métiers de l’agriculture ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Au-delà de 10 % d'amadou dans le cep, la vigne exprime des symptômes d'esca. Les ceps atteints changent de microbiote, et le champignon Fomitiporia mediterranea devient majoritaire. © X. Delbecque
Un nouvel espoir contre l’esca
Des chercheurs bordelais ont récemment découvert que l’apparition des symptômes d’esca était associée à un changement du…
Les députés ont validé le crédit d’impôt Haute valeur environnementale
Les amendements prévoyant un crédit de 2 500 euros d’impôts pour les exploitations certifiées Haute valeur environnementale (HVE…
[Vidéo] Grégoire présente la GL 6.4, une machine à vendanger compacte

Grégoire continue de renouveler ses machines à vendanger et vient de présenter le GL 6.4, qui remplace la G7.200. Cette…

Les méthodes agroécologiques seront au cœur de la mise en place des itinéraires de culture de la vigne sans produits de synthèse, ni cuivre, ni soufre. © C. Dupraz/Inra Montpellier
Vitae, un pas vers une viticulture nouvelle
Mettre au point un itinéraire technique de rupture pour se passer de produits phytosanitaires dans la culture de la vigne. C’est…
Des essais de désherbage électrique prometteurs
Un prototype de l’outil de désherbage électrique intercep XPower a été testé cette année à Gaillac par l’IFV, sur toute la saison…
Les semoirs à dents disposent souvent de socs en T inversé. © Simtech Aitchison
Les bons outils pour implanter ses couverts
Le marché regorge de solutions de semis de couverts végétaux à sélectionner en fonction de l’état de l’enherbement en place, des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole