Aller au contenu principal

Un robot de travail pour soulager le viticulteur

L’irstea a profité du Salon de l’agriculture pour présenter son prototype de robot interrang autonome, fruit du projet Adap2e. Focus.

Le robot de l'Irstea pourra communiquer avec ses confrères et se localiser même en absence de couverture GPS.
© X. Delbecque

Le premier prototype issu du projet Adap2e, piloté par l’Irstea, a été présenté au dernier Salon de l’agriculture à Paris, et fait la part belle à la viticulture. Ce gros chariot de 450 kg est monté sur quatre roues indépendantes et suspendues, permettant une mobilité accrue et une adaptation au dévers, et fonctionne à l’énergie électrique. Conçu pour s’adapter aux vignes étroites, le robot peut supporter une charge de 120 kg, gravir des dénivelés de 15 %, et avancer jusqu’à 30 km/h. « Nous l’avons monté ici avec une rampe de pulvérisation, mais nous pouvons imaginer des outils de désherbage mécanique par exemple », informe Roland Lenain, de l’Irstea. L’équipe planche également sur une rampe de pulvérisation confinée. Doté d’un ordinateur et bardé de capteurs (GPS, laser, caméras, radio…), ce robot devrait être entièrement autonome et pourra communiquer avec ses confrères.

Les premiers tests de terrains attendus avant l’été

« Notre raisonnement est d’avoir une petite flotte de robots plutôt qu’une grosse machine, et que les tâches à faible valeur ajoutée soient réalisées par ces automates, pour que le producteur se concentre sur l’essentiel », poursuit le chercheur. L’idée serait également de confier au robot la protection du vignoble à l’aide de produits de biocontrôle, qui nécessitent des passages plus réguliers. Dès cet été, il passera son tout premier test, à savoir quitter le hangar, rejoindre la parcelle de vigne, manœuvrer dans un rang et revenir au hangar tout seul. Le salon a également été l’occasion pour l’Irstea de communiquer sur l’outil numérique PulvÉco, qui aide les vignerons à baisser leur dose de phytos en fonction de leur matériel, et de présenter au grand public le PUMAgri, qui sera lancé en présérie cette année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole