Aller au contenu principal

Un réseau social dédié à la vente directe

Les initiatives pour développer la vente directe se multiplient. Celle lancée par Direct producteur se présente comme un réseau social au service des producteurs. Explications du concept avec l’un des cofondateurs.

Emmanuel Lepage, cofondateur de Direct producteur veut se distinguer des sites de vente en ligne et des marketplaces.
© Studio Bogote

À l’origine de Direct producteur, il y a Benoît Chazallon, vigneron en Ardèche, et son associé Emmanuel Lepage, avec qui il collabore depuis une vingtaine d’années dans le domaine de l’informatique, du marketing et de la communication. En construisant un réseau social dédié à la vente, ils veulent se distinguer des marketplaces type Amazon, mais aussi des sites classiques de ventes en ligne, souvent lourds à gérer. « Les marketplaces sont centrées sur les produits et ne donnent pas de visibilité au producteur. Il y est considéré comme un fournisseur », analyse Emmanuel Lepage. Direct producteur veut en faire un vendeur. « Sur Direct producteur, lorsque l’on est sur la page d’un producteur, on ne voit que ses produits. Nous lui donnons tous les outils pour développer ses ventes. Il a une URL personnalisée. Il peut accéder à l’interface pour passer par exemple une commande sur un salon », détaille Emmanuel Lepage.

Organiser le bouche-à-oreille

L’accès est gratuit. Direct producteur se rémunère par une commission de 4,2 % sur les ventes. Le graphisme du site est volontairement simple « pour que tout le monde puisse venir », selon l’entrepreneur. Côté vin, plus de 160 vignerons y proposent à ce jour leurs produits, sur un total de 400 producteurs allant de l’éleveur de canards au fabricant de savons artisanaux. Le vendeur met en ligne sur la plateforme les fiches et photos de ses produits, des informations sur son domaine, sur lui, sur ses actualités. Il gère l’expédition des commandes. L’internaute peut décider de suivre ce producteur, recevoir des alertes sur ses actualités, échanger avec les autres membres qui le suivent aussi. « Ça devient un petit cercle d’influence, un bouche-à-oreille organisé », définit Emmanuel Lepage.

Lorsqu’il dispose d’un flux d’informations suffisant, Direct producteur met en place un algorithme de recommandations. « Nous avons l’expertise technologique. Sur 10 personnes, nous comptons cinq développeurs. Tout est internalisé. » Pour grandir, le réseau lance une première levée de fonds. Il s’est fixé l’ambition de conquérir 40 000 producteurs d’ici 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
Christophe Lardière, responsable des propriétés de Jean-Luc Thunevin, à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite fourche pour planter ses 1 000 complants tous les printemps.
Astuce | « J’ai bricolé une fourche pour complanter les ceps de vigne », Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin
Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole