Aller au contenu principal

Un nouveau record à l’exportation

LE VIN PERD DES VOLUMES à l'export
© Source : FEVS

Malgré le Brexit et l’élection de Trump, les exportateurs sont confiants. 2016 a permis aux vins et spiritueux de franchir un nouveau palier, tant en valeur exportée (+ 1,2 % par rapport à 2105) qu’en excédent commercial (+ 1 %) ; le tout, avec une stabilité volumique. Ces bons résultats ont été favorisés par une parité euro/dollar avantageuse, par la reprise du marché chinois, ainsi que par la bonne tenue des ventes aux États-Unis. Néanmoins, dans le détail, la situation est plus contrastée qu’il n’y paraît, avec une chute des exportations de vins en volume (- 1,8 % par rapport à 2015) et en valeur (- 0,8 %). Les vins tranquilles contribuent à 80 % à ce retrait volumique. Ils ont perdu 13,5 % sur quatre ans, et ce, sur l’ensemble des catégories. Une chute qui « pèse sur la compétitivité des entreprises et les performances du secteur à l’international », pointe la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS). En valeur, le recul provient des principaux marchés européens, et notamment du Royaume-Uni, qui enregistre - 9,9 %. Une érosion provoquée par la faiblesse de la livre, qui a perdu 12 % en 2016. « À partir du moment où on a un décrochage à deux chiffres, cela a forcément un effet sur les prix, et cela entraîne des tensions avec les grandes chaînes qui ne veulent pas d’une augmentation, analyse Christophe Navarre, président de la FEVS. Tous les pays exportateurs sont touchés. »

Du côté des spiritueux, le temps est au beau fixe pour le cognac qui a progressé tant en volume (+5,5 %) qu’en valeur (+ 6,5 %). L’armagnac est quant à lui à la peine et perd des parts de marché en volume et en valeur.

Les millésimes 2015 et 2016, « un bel outil de conquête »

Pour 2017, les négociants estiment que les perspectives sont bonnes. « Nous allons commercialiser les millésimes 2015 et 2016 qui sont de très bonne qualité, a indiqué Christophe Navarre, lors de la conférence de presse annuelle de la FEVS. C’est un bel outil de conquête pour développer nos exportations. » Néanmoins, comme tous les ans, il a regretté la petite récolte 2016, « la plus faible depuis trente ans ». « Cela pénalise notre capacité à exporter durablement, et ce d’autant plus que nos concurrents, eux, sont capables de fournir les volumes nécessaires, a-t-il soulevé. Il faut qu’un changement s’opère. » De même, il appelle de ses vœux l’arrivée et le maintien d’accords bilatéraux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
La société S.Delafont Barrels commercialise des fûts inox de 320 l à 1650€ HT. Il est possible de financer pour partie l'achat de ces contenants via la subvention "innovation" de FranceAgriMer © J. Gravé
Les fûts se mettent à l'inox
La société gardoise S. Delafont Barrels conçoit et commercialise des fûts de 320 litres en acier inoxydable. Favorisant la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole