Aller au contenu principal

Greenback propose un indicateur universel de bonne santé des sols

L’entreprise Greenback a pour ambition de devenir une agence indépendante mondiale de notation des sols. Un potentiel outil pour aider le viticulteur à adapter ses pratiques vers l’agroécologie.

Les viticulteurs pourront bientôt faire évaluer le bon état de leurs sol par une agence indépendante. © X. Delbecque
Les viticulteurs pourront bientôt faire évaluer le bon état de leurs sol par une agence indépendante.
© X. Delbecque

« Aujourd’hui l’agriculteur a des contraintes sur ses pratiques, mais il n’y a personne pour en évaluer l’impact », lance Quentin Sannié, cofondateur de Greenback. Partant de ce constat, l’entrepreneur a souhaité mettre au point une méthode permettant d’apprécier le bon état écologique, fonctionnel et sanitaire d’un sol. L’indicateur de « santé » des sols, noté A (bon), B (à améliorer) ou C (médiocre), repose sur trois indices qui sont la biodiversité, le carbone organique et l’intégrité. Le premier est calculé en fonction de la quantité et la diversité des micro-organismes, estimées par analyses ADN. La caractérisation du carbone organique est faite par la méthode Rock Eval et l’intégrité (pollution, érosion…) est évaluée par le préleveur couplé à des éventuelles analyses chimiques. « Notre méthode est fondée sur deux types de mesures : des prélèvements au sol et une contextualisation, explique le cofondateur. On regarde la texture, l’environnement, les pratiques sur la parcelle. Tout cela sert à nourrir une intelligence artificielle et développer un modèle prédictif. » Le but de la démarche est d’apporter un instrument de mesure objectif, comparable dans le temps et dans l’espace, pour permettre aux agriculteurs de prendre des décisions sur leurs pratiques agronomiques. L’entreprise s’est appuyée pour cela sur les conseils et travaux de nombreux organismes et consultants reconnus tels que l’Unité mixte de recherche agroécologie de Dijon, l’université de Washington à Seattle (États-Unis), Marc-André Selosse, microbiologiste du Muséum national d’Histoire naturelle ou encore Claire Chenu, spécialiste de la matière organique à AgroParisTech.

Un coût espéré de quelques euros par hectare et par an

Greenback est en phase pilote depuis 2019 avec des tests en Europe, aux États-Unis et en Afrique pour valider l’approche scientifique et le process opérationnel. L’objectif est de débuter la commercialisation du service au printemps 2021. Le coût actuel d’une analyse est de quelques centaines d’euros, mais il devrait baisser avec l’industrialisation du processus. « L’idée est d’en faire quelque chose d’accessible, réalisable en masse. Avec une formule d’abonnement sur sept ans, cela devrait revenir à quelques euros par hectare et par an », assure Quentin Sannié.

Interrogée sur le sujet par nos confrères d’Agra, la directrice scientifique adjointe à l’environnement de l’Inrae, Chantal Gascuel, a rappelé que le sol est un milieu complexe que l’on est encore en train de découvrir. Selon elle, une telle initiative doit être considérée comme une première étape vers l’acquisition d’outils qui devraient être à l’avenir plus précis et performants.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Glyphosate : seuls les usages sur le cavaillon et dans les parcelles non-mécanisables seront maintenus en vigne
Après trois ans de suspense, les conditions de restriction du glyphosate sont enfin précisées. Il restera autorisé dans les…
Phytos : les modalités de séparation entre la vente et le conseil enfin précisées
Issu de la loi Egalim du 30 octobre 2018, le principe de séparation de la vente et du conseil à l’utilisation des produits…
Les teintures-mères utilisées pour l'isothérapie ont été réalisées à partir d'organes de vignes atteints par le mildiou. © CAB
Homéopathie en vigne, des effets ponctuels
L’homéopathie et l’isothérapie ont été testées dans le Val de Loire. Il en ressort des premières conclusions assez intéressantes…
Dans la mesure du possible, les stations météos doivent être placées à des distances d'au moins deux fois la hauteur de l'obstacle le plus proche. © Sencrop
Comment s’équiper  en stations météorologiques? 
Gel, irrigation, maladies… Les stations météorologiques connectées et les outils d’aide à la décision qui les accompagnent…
La pipistrelle commune a une envergure de 180 à 240 mm pour un poids de 3 à 8 g. © L. Jouve
Tout savoir sur la pipistrelle commune dans les vignes
La pipistrelle commune fait partie des chauves-souris que l’on retrouve dans les milieux viticoles. Insectivore, elle est très…
Lorsqu'il alimente des camions transportant du vin ou des alcools viniques, l'ED95 contribue à limiter l'empreinte carbone de la filière. © Raisinor France
Un biocarburant à 95 % issu du marc de raisin
La filière vitivinicole contribue depuis longtemps à produire des biocarburants via la distillation des marcs de raisin et des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole