Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Groupement d'employeurs
Un dispositif à (re)découvrir

Les viticulteurs ne savent pas toujours qu’ils peuvent recourir à un groupement d’employeurs pour gérer leurs ressources humaines. C’est pourtant ” un système gagnant-gagnant pour le salarié et l’employeur ”.

Mathilde Poitevineau, directrice de Gironde Emploi Agricole : "Notre objectif n'est pas d'avoir comme adhérents que de grandes propriétés mais aussi de travailler avec des domaines de dimension plus modeste qui ont tout intérêt à avoir du personnel en temps partagé"
Mathilde Poitevineau, directrice de Gironde Emploi Agricole : "Notre objectif n'est pas d'avoir comme adhérents que de grandes propriétés mais aussi de travailler avec des domaines de dimension plus modeste qui ont tout intérêt à avoir du personnel en temps partagé"
© GEA

Gironde Emploi Agricole (GEA) est l’un des plus importants et des plus anciens groupements d’employeurs de France, avec quelque 82 000 heures de travail mises à disposition par an. “ En 2011, 435 salariés ont travaillé pour nous ”, précise Mathilde Poitevineau, directrice du GEA. Celuici, basé à Léognan, compte parmi ses adhérents des grands noms de l’appellation pessac-léognan comme Château Smith Haut-Laffitte ou encore Château Carbonnieux. “ Lors des dernières vendanges, 80 personnes ont travaillé chez Smith Haut- Laffite. Mais notre objectif n’est pas d’avoir comme adhérents que de grandes propriétés mais aussi de travailler avec des domaines de dimension plus modeste qui ont tout intérêt à avoir du personnel en temps partagé".  Le principe du groupement d’employeurs est simple : celui-ci embauche en CDD ou en CDI du personnel qui est mis à disposition auprès de différents châteaux. Sécurité de l’emploi et flexibilité “ Ce système est gagnant à la fois pour les salariés et les entreprises. Les premiers ont une vraie sécurité de l’emploi; aux seconds, il offre une flexibilité qui leur permet d’ajuster le volume horaire de travail dont ils ont besoin. Le personnel mis à disposition est qualifié et reçoit une formation par nos soins. Nous veillons également à ce que ce soit toujours le même salarié qui se rende dans un château. Le groupement d’employeurs peut aussi servir de tremplin pour les salariés dont certains se sont vus proposer un CDI par un château". Pour adhérer au GEA, une cotisation annuelle de 15 euros est demandée ainsi que le versement d’une avance en compte courant, sorte de caution permettant au groupement de se prémunir en cas d’impayés et de s’assurer d’un fonds de roulement de trésorerie. Dernier avantage : “ GEA dégage souvent des excédents. Étant une association loi 1901 à but non lucratif, une partie de ces excédents dont le montant est très loin d’être négligeable, est reversée aux châteaux adhérents. ”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La nouaison approche : sortez les machines à vendanger !
En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole