Aller au contenu principal

Astuce: réaliser son combiné de semis à disques

Francis Blanchard, vigneron en conversion bio à Villeneuve-de-Duras, dans le Lot-et-Garonne, a conçu un semoir à disques sur la base d’un cadre de travail du sol vigneron. Voici les étapes de l’adaptation.

 

1 Récupérer un cadre vigneron d’une largeur de 1,40 m et y adapter des roues de terrage pour maintenir une profondeur constante.

2 Adapter des disques ondulés ouvreurs de 460 mm (40 €/pièce). Ici le vigneron s’est fourni chez Aurensan. Il les a montés sur des paliers SKF 205 (15 €/pièce), ce qui a nécessité le reperçage des disques au plasma.

3 Dédoubler le cadre existant avec des profilés métalliques, et y installer des dents semi-rigides à double spire (queues-de-cochon), en faisant attention à ce qu’elles soient dans l’alignement du disque. Équiper ces dents d’un tube de descente et son soc, ici achetés chez Bourgnault (130 €/élément).

4 Adapter un semoir de récupération (ici un IH à cannelures) sur le cadre, en le faisant reposer sur des profilés métalliques. L’entraînement de la distribution est assuré par une roue flottante et une transmission à chaîne. Une plate-forme, faite de tube rectangle et d’une plate de tôle, est positionnée en porte-à-faux du cadre derrière le semoir, pour accéder à la trémie. Enfin, relier les tubes de descente au semoir.

5 Modifier la largeur de travail en fonction de la largeur de plantation. Les éléments sont espacés de 20 cm. Pour une vigne plantée à 2 m, cinq éléments sont utilisés. Il en faudra neuf pour une vigne à 3 m. Francis Blanchard utilise ce semoir sur sols travaillés ou enherbés pour la féverole ou l’avoine, à une densité de 180 kg/ha en plein environ. Il travaille entre 5 et 6 km/h, et passe ensuite le cultipacker pour tasser.

Coût environ 2500 €

Difficulté moyenne

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Jean-Michel Boursiquot : « Les variétés résistantes issues d’hybridations interspécifiques ne peuvent pas être considérées comme des cépages de Vitis vinifera"
Suite au statut de Vitis vinifera confirmé pour les variétés résistantes Inrae-ResDur par l’Office communautaire des variétés…
Lee touffes de soies blanches sur le pourtour de l’abdomen différencie le scarabée japonais adulte des autres coléoptères présents en France. © D. Cappaert/MSU
Le scarabée japonais, ravageur aux portes de l'Hexagone
Le scarabée japonais n’a pas encore été détecté en France. Cet insecte classé organisme de quarantaine prioritaire est sous haute…
Les vignobles de Vouvray et de Champagne touchés par la grêle
Ce jeudi 3 juin dans la soirée, un fort orage de grêle a touché quatre communes de l’appellation Vouvray. Un épisode similaire a…
Les variétés résistantes artaban, voltis, floreal et vidoc aux portes des vins AOC
Les quatre variétés résistantes Inrae-ResDur ont été confirmées comme étant des espèces de type Vitis vinifera par l’Office…
Prix des vignes 2020 : 4 points à retenir
Le bilan annuel établi par le groupe Safer sur les transactions de terres agricoles en 2020 montre un fort impact de la crise…
Guillaume Casanove, Gilles et Romain Lacroix, François Tissot et Alain Dourthe (de gauche à droite) travaillent de concert pour mettre en application la méthode Géophile au Mas des Boutes. © X. Delbecque
« La vigne a rapidement réagi à la méthode Géophile »
À Tresques, dans le Gard, les domaines Bernard Perret se sont lancés dans la méthode Géophile. Une approche globale de la vigne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole