Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Un caisson ravitailleur pour les granulés

Vigneron à Crézancy-en-Sancerre dans le Cher, Nicolas Millet a conçu un caisson pour charger son épandeur d’amendements organiques en granulés.

 

1- Nicolas Millet chargeait des big-bags de 250 kg d’amendements organiques sous forme de granulés, à l’aide d’un lève-sac autoconstruit avant de construire son caisson. Il fallait compter une dizaine de minutes pour remplir l’épandeur, presque autant de temps que pour épandre son contenu.

2- Le vigneron a eu l’idée d’exploiter une "benne à vendange inox foulopompe qui ne servait plus et difficile à vendre de nos jours". Nicolas Millet a commencé par enlever l’essieu, la flèche et tous les éléments annexes pour ne garder que le châssis et la caisse.

3- La longueur de la caisse a été réduite par deux en découpant toute une partie centrale puis en ressoudant les deux extrémités.

4- Le vigneron a fait installer une trappe en inox, dont l’ouverture est pilotée en cabine, grâce à un vérin hydraulique. Au besoin, il est possible de déboulonner le vérin et d’ouvrir/fermer manuellement la trappe.

5- Évoluant sur une exploitation très regroupée, Nicolas Millet travaille toujours avec un autre opérateur pendant la fertilisation. Ce dernier navigue sans arrêt avec le chargeur télescopique entre le siège d’exploitation et les parcelles. Pendant que Nicolas épand, il a dix minutes pour aller remplir la caisse de quatre big-bags à l’aide d’un chariot élévateur et revenir. Moins d’une minute suffit ensuite pour vider la caisse dans l’épandeur d’engrais, ce qui lui a permis de réduire quasiment par deux le temps consacré à l’épandage des amendements organiques. "Un gain de temps précieux car je n’épands que quand les sols sont gelés", confie-t-il. Le vigneron apprécie également de ne plus avoir à sortir de cabine pour ouvrir les big-bags, avec le risque de se prendre la poussière dans la figure par temps venteux.

6- La caisse sert également aux voisins agriculteurs pour le remplissage des trémies sur les semoirs, par exemple, à d’autres moments de la saison.

Coût estimé 500 euros, sans compter la benne à vendange, déjà présente sur l’exploitation

Temps 3 à 4 jours

Difficulté moyenne

Plus de photos et une vidéo sur machinisme.reussir.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
La radulanine A, un potentiel substitut naturel au glyphosate

Qu’est-ce que la radulanine A ?

Il s’agit d’une…

Vignette
Protéger la vigne du mildiou et de l'oïdium grâce à des micro-injections de produits phytosanitaires dans le cep
Des essais de micro-injection dans le cep ont été réalisés dans le cadre du projet Preamisse sur mildiou et oïdium pendant trois…
Vignette
L’urine testée comme engrais pour les vignes
Basée à Montpellier, la start-up Ecosec cherche à valoriser l’urine recueillie dans les toilettes sèches qu’elle conçoit en tant…
Vignette
Le trèfle souterrain pour l’enherbement permanent des vignes
En région nantaise, à l’initiative de la coopérative d’approvisionnement CAMN, des producteurs testent l’enherbement permanent…
Vignette
Le déchaumeur à disques indépendants, un bon outil de mulchage
À la tête de deux EARL, Pierre-Emmanuel Lamy est équipé depuis deux ans de deux déchaumeurs à disques indépendants.
Vignette
La séparation entre vente et conseil de phyto aura bien lieu
Le gouvernement n’a rien lâché malgré les critiques acerbes de la coopération et du négoce. L’ordonnance sur la séparation de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole