Aller au contenu principal

Un BIB actif pour moins d’oxydation

Une firme allemande a développé un absorbeur d’oxygène à base de fer. Elle propose aux fabricants de BIB français de l’insérer entre leurs films pour allonger la durée de vie des outres sans nuire au produit.

La présence du Shelfplus O2 dans l'emballage permet de conserver un niveau de SO2 supérieur après neuf mois de stockage
© Institut œnologique de Geisenheim

Après le soufre ou les levures inactivées (voir Réussir Vigne de mars 2017, page 28), place au fer ! Une entreprise allemande, Albis Plastic, propose en effet un produit s’insérant entre les deux couches de polyéthylène (PE) des BIB, permettant de limiter l’oxydation du vin, rendant de ce fait l’emballage « actif ». Le Shelfplus O2 est constitué d’un matériau porteur (polypropylène, ou polyéthylène, ou éthylène-acétate de vinyle, ou encore polyamide), de sels et de fer. Les particules de fer, en s’oxydant, consomment l’oxygène présent dans le BIB. Cela permet d’augmenter la durée de vie du vin et/ou de diminuer les concentrations en sulfites. D’un point de vue pratique, ce produit s’utilise lors de l’extrusion du film du BIB et s’incorpore dans l’une des couches de ce film, à raison de 25 % (en poids) dans une couche d’épaisseur 20 µm pour un BIB de trois litres. Il peut alors absorber plus de 150 ml d’O2/m2.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole