Aller au contenu principal

Ted s’occupe du cavaillon

Le robot Ted de Naïo technologies est opérationnel depuis plusieurs mois. Les ingénieurs étudient de nouveaux itinéraires techniques adaptés à ses caractéristiques.

Le robot Ted est d'ores et déjà capable de réaliser du travail de sol interceps en autonomie.
© X. Delbecque

Avec le robot Ted, Naïo technologies n’en est pas à son coup d’essai. Après avoir lancé le petit automate bineur Oz, la start-up toulousaine a décidé de voir plus grand, et de cibler plus précisément le marché de la vigne en développant un enjambeur.

L’engin de 800 kg est équipé de quatre roues motrices directionnelles avec moteurs électriques, développant 14 ch. Il se repère dans l’espace par GPS, avec une précision centimétrique, grâce à une cartographie des parcelles préalablement réalisée par drone. « La fiabilité du système est manifeste, estime Christophe Gaviglio, ingénieur mécanisation à l’IFV, et qui essaie Ted depuis plusieurs mois. Le robot garde sa ligne, fait son travail et se met en défaut s’il sort de son périmètre. On est même plus serein qu’avec un tractoriste ! »

Toutefois, la présence d’un opérateur à proximité est encore indispensable, que ce soit au niveau réglementaire, ou pour intervenir lorsque la machine s’arrête par sécurité, ce qui arrive encore de temps à autre. À l’heure actuelle, le robot est capable de travailler avec des outils passifs, notamment des lames interceps et bineuses à doigts.

Mais la puissance manque pour y atteler des décavaillonneuses et aborder un rang où les adventices ont eu le temps de s’implanter. « Si la machine est au point techniquement, il reste encore à travailler sur l’agronomie, avoue le technicien. La technologie nous permet d’imaginer de nouveaux itinéraires, pour lesquels il faut définir la fréquence d’intervention, la succession d’outils, la gestion de la terre sous le rang… » Car Ted ne peut pas tirer les mêmes outils qu’un tracteur, mais il peut passer plus souvent.

Quatre à cinq hectares de travail par jour.

L’idée est donc, puisqu’il travaille seul et que l’électricité représente un faible coût, de ne pas laisser le sol se fermer, en renouvelant les interventions tous les quinze jours. D’autant plus que son faible poids lui permet de rentrer dans les parcelles très rapidement après la pluie, sans même risquer de créer des ornières.

Avec une vitesse maximale en activité de 4 km/h, Ted peut traiter quatre à cinq ha/j. Ainsi, un seul robot peut potentiellement gérer 40 à 50 ha. « Ce chiffre dépend de la longueur des rangs, car il perd du temps lors des demi-tours », prévient Guillaume Delprat, responsable marché vigne chez Naio. Ses batteries se rechargent complètement en une nuit, et l’autonomie est d’une demi-journée de travail. Un système de charge rapide permet toutefois de l’alimenter à 80 % en deux heures seulement. Il n’est donc pas indispensable d’avoir deux jeux de batteries pour assurer les sept heures de travail journalier.

Les concepteurs ont également pensé à la protection des systèmes électriques, l’étanchéité est ainsi suffisante pour laisser au robot le temps de retourner au hangar. Pour l’instant, Ted supporte difficilement les pentes, « mais ajouter de la motricité ne sera pas très difficile », rassure le technico-commercial. De même, l’entreprise prévoit un modèle pour vignes étroites, car les dimensions actuelles de 1,80 m de large et 2 m de haut en font un outil réservé aux vignes larges.

Des attelages supplémentaires sont déjà à l’étude

La firme pense aussi à équiper Ted de nouveaux outils pour multiplier les travaux. Rogneuse, épampreuse ou encore tondeuse ont notamment été évoquées. Ted devrait être commercialisé dès 2019 pour un tarif avoisinant les 150 000 €. Une somme importante, mais qui est amenée à baisser rapidement, à la faveur d’une production à plus grande échelle. « Il faut absolument que cela soit rentable pour le vigneron, nous ferons donc en sorte d’être compétitifs avec les autres solutions », assure Guillaume Delprat. Pour ceux qui ne seraient pas prêts à mettre le prix, Naïo parle également d’un service de location.

Repères

Ted, Naïo technologie

Poids 800 kg,

Puissance 14 kW

Travaux binage interceps

Type de vignes larges

Maturité début de commercialisation

Prix environ 150 000 €

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
Christophe Lardière, responsable des propriétés de Jean-Luc Thunevin, à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite fourche pour planter ses 1 000 complants tous les printemps.
Astuce | « J’ai bricolé une fourche pour complanter les ceps de vigne », Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin
Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole