Aller au contenu principal

Rester vigilant face à Drosophila suzukii

Signalée dans le vignoble en 2011, cette mouche a fait craindre le pire en 2014 car elle est à l’origine du phénomène redouté de pourriture acide. Depuis, les conditions climatiques ont été moins favorables mais les vignerons doivent rester vigilants.

Drosophila suzukii est un ravageur originaire d’Asie recensé en France depuis dix ans, avec des dégâts observés sur fruits rouges notamment. En vigne, cette espèce invasive avait fait le buzz en 2014 avec des conditions climatiques qui lui étaient très favorables (fraîcheur et humidité lors de la véraison puis temps sec et chaud en septembre) et de nombreux foyers de pourriture acide observés lui avaient alors été attribués. « Drosophila suzukii agit en tant que précurseur de la pourriture acide dans la mesure où ses attaques précoces sur grappes sont suivies du développement d’autres drosophiles et par la suite de la propagation de micro-organismes à l’origine de la pourriture acide », explique Lionel Delbac, chercheur à l’Inrae de Bordeaux. Les étés chauds des dernières campagnes ont contraint Drosophila suzukii à se réfugier dans les zones fraîches et humides autour des parcelles mais cette drosophile est bien présente dans les vignobles et nécessite surveillance et vigilance.

Caractéristiques

Description et biologie

C’est au stade adulte que l’on peut distinguer Drosophila suzukii des autres drosophiles communément présentes en France (principalement Drosophila melanogaster). Les adultes sont des petites mouches jaune brunâtre à jaune orangé présentant des bandes noires sur l’abdomen. Les mâles se distinguent des femelles par leur taille plus petite (2,6 à 2,8 mm) et par la présence d’une tache sombre sur l’extrémité antérieure de chacune des deux ailes. L’identification de la femelle nécessite une loupe binoculaire pour observer l’ovipositeur (appendice abdominal qui sert à déposer les œufs) équipé de dents noires et épaisses sur un tiers à deux tiers de la longueur.

Les femelles peuvent pondre plusieurs œufs par jour sur différents fruits avec une fécondité totale pouvant être supérieure à 400 œufs par femelle. Drosophila suzukii réalise toujours au moins une génération par an sur le raisin durant la phase de maturité. Mais, avec son cycle court et les nombreuses plantes hôtes, elle est capable de faire en tout jusqu’à 13 générations par an.

Nuisibilité

Drosophila suzukii présente la particularité de pouvoir infester des fruits sains en sous maturité grâce à son ovipositeur qui lui permet de percer la peau des baies et d’insérer l’œuf à l’intérieur. Dès leur éclosion, les larves se nourrissent de la pulpe des fruits ce qui provoque son affaissement et une dépression de l’épiderme. À un stade avancé des dégâts, la chair du fruit est dégradée et oxydée en raison de la propagation de levures et bactéries à l’origine de la pourriture acide. La blessure est également une porte d’entrée pour un champignon comme Botrytis cinerea.

Prophylaxie et lutte

Quelques insecticides sont autorisés contre les drosophiles, mais à la veille de la récolte, ces solutions chimiques ne sont pas adaptées. Drosophila suzukii appréciant des conditions humides, des mesures prophylactiques comme un effeuillage modéré ou le fauchage de couverts végétaux qui maintiennent l’humidité peuvent être mises en œuvre. « Plusieurs pistes de recherche sont à l’étude comme la technique de l’insecte stérile avec des résultats encourageant en milieu fermé. Le recours à des répulsifs type kaolinite pour réduire les pontes de la drosophile est également prometteur », explique Simon Fellous chercheur à l’Inrae de Montpellier. Le contrôle des zones réservoirs, l’influence des facteurs paysagers et la sensibilité des cépages font également l’objet de travaux conduits par Lionel Delbac à l’Inrae de Bordeaux, « nous étudions avec intérêt la mise en place de plantes pièges type Pyracantha en bordure de parcelles », explique-t-il.

Drosophila suzukii peut provoquer des dégâts sur un grand nombre de fruits : raisins, myrtilles, mûres, framboises, cerises mais aussi pommes, poires, pêches, abricots, nectarines, prunes, figues, kiwis… Elle est également présente dans le paysage viticole sur des fruits sauvages comme les baies de sureau, les mûres sauvages ou les baies de gui par exemple.
Elle semble préférer les cépages rouges alors que les autres drosophiles détectées en France s’observent plus sur cépages blancs
Près de 3 300 espèces de drosophiles ont été décrites dans le monde entier, réparties en 66 genres dont le genre Drosophila (insectes diptères)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Fendt 211 V Vario - Un tracteur vigneron personnalisable à souhait
[ESSAI] - Fendt 211 V Vario - "Un tracteur vigneron personnalisable à souhait"
Vigneron à la Sauve en Gironde, Jérôme Zaros a pris en main la nouvelle génération de tracteurs vignerons Fendt 211 V Vario.…
Vendanges 2021, un volume plus faible qu'espéré
Si les estimations publiées par Agreste début août prévoyaient une vendange nationale autour de 36,7 millions d'hectolitres, sur…
Nicolas Moulin (à gauche) et Serge Marais (à droite) sont satisfaits de leur essai avec les biostimulants.
Un duo de biostimulants pour 40 % d’économie phyto
Depuis deux ans, un négoce agricole charentais teste sur vigne deux produits naturels homologués comme engrais. Ils ont permis…
[ VIDEO] Ceol, le robot viticole sur chenilles qui travaille dans les terrains en pente
La société AgreenCulture était présente au salon Vini Viti Vici le 6 juillet dernier dans le Tarn, pour présenter son prototype…
Le tri embarqué sera certainement utile pour ce millésime 2021, qui s'annonce d'ores et déjà délicat.
Anticiper des vendanges 2021 qui s'annoncent délicates
Que ce soit à cause du gel ou des conditions météo difficiles de la saison, le millésime 2021 ne s’annonce pas sous les meilleurs…
L'état de catastrophe naturelle sera decrété après les inondations dans le Gard
De violents orages accompagnés de 200 à 300 mm de pluie, et localement de grêle, se sont abattus mardi 14 septembre dans le Gard…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole