Aller au contenu principal

Oenologie
Quelle place pour les techniques soustractives d´enrichissement ?

Plus de 400 vinificateurs concentrent leur moût de raisin, au moyen des techniques soustractives d´enrichissement (TSE). Cette pratique novatrice ne fait pourtant pas encore l´unanimité.


Faut-il autoriser les techniques soustractives d´enrichissement sur tous les vins ? La question fait débat depuis plusieurs années. Ces techniques novatrices, communément appelées TSE, permettent de concentrer les moûts en éliminant une partie de l´eau qu´ils contiennent, par divers procédés physiques. D´un point de vue réglementaire, elles sont admises par l´OIV et la Communauté européenne, sous réserve de répondre aux dispositions en vigueur en matière d´enrichissement. En France, elles sont donc autorisées sur vins de table et de pays, mais pas dans toutes les appellations, certains décrêts d´appellation interdisant la concentration. A ce jour, le Bordelais, la Bourgogne, le Beaujolais ont le droit de concentrer. Des expérimentations sont menées dans d´autres appellations (Val de Loire, Savoie, Franche-Comté, Gaillac...).

L´Inao et certains professionnels craignent des dérives
Pour une grande majorité d´utilisateurs, l´intérêt qualitatif de ces techniques n´est pourtant plus à démontrer. Elles s´inscrivent dans une logique de qualité, concentrant non seulement les sucres mais aussi d´autres composés intéressants comme les arômes, les tanins, les anthocyanes. Le comité national de l´Inao et certains professionnels craignent cependant les dérives possibles liées à leur utilisation ou estiment que ces procédés, qui modifient la composition du moût, n´ont pas leur place dans l´élaboration de vins A.O.C.
Une chose est sûre, les TSE sont bien plus qu´une simple chaptalisation. Elles coûtent aussi beaucoup plus cher.
©C. Bioteau

Légende - L´osmose inverse (photo) est une des trois techniques soustractives d´enrichissement qui permettent de concentrer les moûts. Les deux autres sont l´évaporation sous vide (ou basse température) et l´évaporation à pression atmosphérique.





Réussir Vigne de juin consacre 8 pages à ce sujet des TSE.
Le dossier présente les différentes techniques et donne la parole aux professionnels. Avis de l´Inao, de l´ITV, témoignage d´un viticulteur pionnier dans le Beaujolais... intérêt pour certains, craintes pour d´autres. Avec en toile de fond une question : quelle serait la réaction du consommateur face à ces innovations techniques ?
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole