Aller au contenu principal

ÉLEVAGE
Quatre méthodes de nettoyage des fûts à l’essai

Inter Rhône a testé quatre techniques de nettoyage des fûts. La vapeur d’eau, l’eau chaude et le méchage éliminent bien les Bretts viables et les bactéries lactiques après une semaine. Mais leur impact sur les bactéries résistantes reste à mesurer.

LE MÉCHAGE, tout comme le nettoyage à la vapeur ou à l’eau chaude, ont donné de très bons résultats, éliminant toutes les bretts viables et les bactéries lactiques. Mais Inter-Rhône craint la persistance de bretts sous forme résistante, notamment avec l’emploi de souffre.
LE MÉCHAGE, tout comme le nettoyage à la vapeur ou à l’eau chaude, ont donné de très bons résultats, éliminant toutes les bretts viables et les bactéries lactiques. Mais Inter-Rhône craint la persistance de bretts sous forme résistante, notamment avec l’emploi de souffre.
© L B. Compagnon - Archive

Quels systèmes de nettoyage des barriques permettent une bonne élimination des microorganismes? Quel est le risque de recontamination du vin introduit dans le fût nettoyé ? Pour tenter de répondre à ces questions, Inter-Rhône a lancé en 2009 un programme d’expérimentation.

La première étape consistait à développer une méthode d’analyse microbiologique spécifique du bois. Une fois aboutie, elle a permis de confirmer que les Brettanomyces et bactéries peuvent survivre jusqu’à 1 cm de profondeur dans le bois. Inter Rhône s’est ensuite servi de cette méthode pour vérifier l’efficacité de quatre méthodes de nettoyage des fûts : la canne à eau chaude sous pression, le générateur de vapeur, le méchage à 5 g/hl et le trempage chimique soude puis permanganate.

Une semaine après le nettoyage, Inter- Rhône a quantifié les Brettanomyces et les bactéries lactiques présentes dans les deux premiers centimètres du bois. “ Le méchage, la vapeur et l’eau chaude ont donné de très bons résultats, récapitule Nicolas Richard, en charge des essais chez Inter Rhône. Il ne reste plus rien de détectable. En revanche, les produits chimiques ont moins bien marché, ne réduisant la quantité de micro-organismes que d’un facteur 10. Mais attention, nous n’avons pas pu regarder s’il restait des Brettanomyces sous forme viable non cultivable (VNC), faute de PCR adaptée. De même, le nombre de barriques testées était trop faible pour en tirer une conclusion. ” L’équipe devrait remédier à tout cela durant les deux années à venir, et également tester d’autres méthodes, telles que le nettoyage aux ultrasons, à l’oxygène négatif, ou encore le raclage de la surface intérieure. L’objectif est aussi de trouver les doses ou durées de fonctionnement adéquates pour chaque technique.


Clara de Nadaillac

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Pascal Preys, entrepreneur de travaux viticoles basé à Abzac, en Gironde, a conçu et breveté un tuteur métallique en M, le Tut'M.
[Astuce] « J’ai créé un tuteur s’autoclipsant sur le fil de palissage : le Tut'M »
Pascal Preys, ancien vigneron et entrepreneur de travaux viticoles basé à Abzac, en Gironde, a conçu et breveté un tuteur en M,…
Les rotors à axe horizontal et fils sont les plus plébiscités par les viticulteurs pour la tonte sous le rang.
Bien choisir ses tondeuses interceps
Afin de répondre à la demande croissante de tonte du cavaillon de la vigne, les solutions techniques se multiplient. Voici les…
John Deere renouvelles ses tracteurs vignerons et fruitiers.
John Deere - Les tracteurs spécialisés plus puissants et plus confortables
John Deere dévoile la nouvelle génération de tracteurs vignerons et fruitiers. 
Florian Brusseau : « Cette solution combinant désherbages mécanique et chimique nous est apparue comme le meilleur compromis débit de chantier, efficacité et impact environnemental. »
« Je désherberai chimiquement juste autour des vignes avec mon porte-outils interceps »
Florian Brusseau compte utiliser son porte-outils comme support de désherbage chimique. Il n’appliquera ses herbicides qu’au…
Astuces viti-vinicoles : le top 10 de la rédaction
Une bêche roulante, une laveuse de caisses à vendange ou encore une station météo. Voici les dix bricolages viti-vinicoles qui…
L'oïdium se développe de façon sournoise sur les grappes. Une fois installé, il est difficile de s'en défaire, d'où l'importance de prendre en compte la lutte indépendamment de celle du mildiou.
Les bons conseils face à l’oïdium en viticulture
L’oïdium surprend toujours les viticulteurs, au Nord comme au Sud. Voici quelques retours d’expérience pour le gérer au mieux.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole