Aller au contenu principal

Tendance
Quand l’animal fait vendre

Si vous aimez les poules, vous adorerez ce vin rosé arborant sur son étiquette un coq de fière allure. Mais si vous avez un faible pour les ours, sans aucun doute, il vous faut goûter un vin de Bear Pond Wines, dont le logo est une patte d'ours. Telle est bien l'idée développée par Critterwines, une société américaine basée en Californie, qui propose aux consommateurs amoureux des bêtes de trouver sur l'étiquette de la bouteille de vin le dessin de leur animal favori. Un site Internet est à disposition. Il suffit de sélectionner la bestiole de son choix (de l'antilope au caméléon, du coyote au crabe, en passant par le porc-épic , la libellule, la langouste ou l'ornythorinque) et aussitôt s'affiche le nom d'un domaine dont les étiquettes des bouteilles s'orneront de l'animal en question. Selon Critterwines, l'utilisation d'un animal en guise de logo assure une bonne visibilité du vin sur les rayons.

Une stratégie basée sur l'identité

Il est vrai qu'au cours des trois dernières années, AC Nielsen, société de marketing, a constaté qu'une marque de vins sur cinq nouvellement lancée utilisait un animal en guise de repère pour le consommateur. Et voilà qu'une étude publiée dans The Journal of consumer research, en avril, explique pourquoi ce choix est le bon, contrairement à ce que la sagesse commune recommanderait à savoir un logo directement en relation avec la nature du produit. Les recherches menées et relatées dans ce journal montrent en effet qu'il est commercialement intéressant d'opter pour un identifiant dans lequel le consommateur est prêt à se reconnaître ou se sent en accord avec lui.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Un enherbement trop haut ou un travail du sol trop récent peut aggraver les effets du gel de printemps. © J.- C. Gutner
Quels effets de l’herbe et du travail du sol sur le risque de gel en viticulture ?
Avec la limitation du glyphosate, les situations enherbées ou travaillées vont devenir de plus en plus fréquentes. Or elles n’ont…
[VIDEO] Lancement de l'Herbiduo, un outil qui combine travail du sol intercep et herbicide de pré-levée

Fruit de la collaboration entre le groupe CAPL et le constructeur provençal de matériels viticoles Hervé & Mauricio, l'…

Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole