Aller au contenu principal

AOP et IGP
Origine et segmentation, un pari difficile

Après la réécriture des cahiers des charges des vins à indication géographique, la Commission européenne demande à ces derniers de prouver leur lien à cette origine. Une occasion, estiment certains, de redéfinir ce qu’est une AOP et de faire le ménage dans une offre qui manque cruellement de lisibilité pour le consommateur.

« Un vin juste doit avoir la gueule de l’endroit où il est né et les tripes du bonhomme qui l’a fait naître » dit Jacques Puisais. Reste à le prouver sur le papier comme le demande Bruxelles
« Un vin juste doit avoir la gueule de l’endroit où il est né et les tripes du bonhomme qui l’a fait naître » dit Jacques Puisais. Reste à le prouver sur le papier comme le demande Bruxelles
© P. Cronenberger

« Un vin juste doit avoir la gueule de l'endroit où il est né et les tripes du bonhomme qui l'a fait naître » : telle est la définition d'un vin de terroir que propose Jacques Puisais, œnologue réputé. Une définition drôle et enlevée  mais qui ne suffira sans doute pas à convaincre totalement la Commission européenne sur le lien qu'un vin peut entretenir avec son origine. Car après avoir bâti, lors de la dernière réforme de l'OCM (Organisation commune de marché) une nouvelle segmentation de l'offre qui distingue les vins à indication géographique dont les AOP (ex-AOC) et les IGP (ex-vins de pays), des vins sans indication géographique, cette même Commission demande aux premiers, dans le cadre de la réforme des signes de qualité,  de prouver pour les AOC demandant leur reconnaissance en AOP leur lien au terroir et pour les ex-vins de pays désireux d'obtenir l' IGP, leur lien au territoire. La contrepartie en étant une protection de ces indications géographiques au plan international. SÈVE, une association de vignerons qui milite depuis ses origines pour « obtenir une refondation des AOC sur cette éthique : qualité, originalité, respect de l'environnement, agriculture durable et solidaire, respect du consommateur » s'inspirant des thèses élaborées par feu  l'ancien président du comité vins de l'Inao, René Renou, a sauté sur l'occasion pour demander une révision de la segmentation de l'offre française, la fin du tout AOC (AOC qui représentent aujourd'hui plus de 50 % de cette offre) ce qui pourrait donner les moyens d'une sortie de crise qualitative. «  Les consommateurs ont besoin d'indications fiables sur ce lien réel au terroir. L'enjeu de l'écriture du lien au terroir est une réflexion sur la nature de ce lien et la redéfinition des conditions de son expression dans les vins. Une partie des vins actuellement en AOC doit passer en IGP, et les vins d'AOC passant en AOP doivent l'obtenir par cette exigence accrue dans leur rapport au terroir », indique Patrick Baudoin, secrétaire général de Sève. Ainsi, pourquoi ne pas imaginer que l'AOC bordeaux, Languedoc, Bourgogne pourrait rejoindre la catégorie des IGP...

SEVE n'est pas seule à penser qu'il faudrait profiter de cette opportunité d'une relecture du lien à l'origine pour revisiter la segmentation de l'offre.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
En Bretagne, Edouard Cazals crée le premier domaine viticole professionnel
En 2018, Édouard Cazals, vigneron au domaine La cabane aux longues vignes, a planté deux hectares de vigne près de l'estuaire de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole