Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Conduite de la vigne
Optimiser le coût de l´effeuillage mécanique

On peut désormais effectuer un effeuillage mécanique de qualité pour un coût de revient par hectare maîtrisé.


L´effeuillage de la vigne n´a plus à faire ses preuves. D´abord, le fait d´enlever des feuilles aère les grappes, donc limite les risques de développement de botrytis et augmente l´efficacité des traitements phytosanitaires qui atteignent plus aisément leur cible. Ensuite, il améliore l´exposition des grappes au soleil et donc la qualité des jus. Enfin, la diminution du feuillage facilite les travaux à la vigne et notamment la récolte. L´arrivée des effeuilleuses mécaniques a permis de diminuer les coûts de revient de cette opération gourmande en main-d´oeuvre.
De 3000 à plus de 22 000 euros
Mais leur prix d´achat demeure élevé : de 3000 à plus de 22 000 euros suivant les modèles et les marques. Et leur qualité de travail n´égale pas celle d´un effeuillage manuel : les différents systèmes d´élimination des feuilles peuvent blesser quelques grappes au passage.
Pourtant il est possible de concilier un travail correct pour un coût de revient optimisé. D´abord en évitant de sous-utiliser une effeuilleuse, quitte à l´acheter en commun. Ensuite en soignant le travail. Car la qualité et l´efficacité d´un effeuillage sont d´abord liés au conducteur de la machine et à ses réglages, selon Nicolas Sansonnet de la FDCuma de l´Aude, qui a mené trois années d´essais sur le sujet. La conduite de la parcelle joue également. Quant à l´efficacité comparée des différentes machines, il est difficile d´affirmer, de l´avis de spécialistes, qu´une effeuilleuse est meilleure qu´une autre dans toutes les situations.

Les quatre principes d´effeuillage
Plus d´une dizaine d´effeuilleuses, réalisées selon quatre grands principes, sont commercialisées sur le marché français.

1 - Le système d´effeuillage qui combine dépression et dispositif de coupe est utilisé par au moins sept constructeurs. L´aspiration attire les feuilles vers le dispositif de coupe. Chaque marque développe son principe d´aspiration (hélice de grand diamètre, venturi...) et son système de coupe (couteaux rotatifs, lamier à sections...). L´intensité de l´effeuillage et la fréquence de coupe se règlent, selon les marques et les modèles.
Elles peuvent s´utiliser du stade nouaison jusqu´à la vendange.
©N. Sansonnet - FDCuma Aude

2 - L´élimination des feuilles par happement se réalise par deux rouleaux qui tournent en sens inverse. Avant ces deux rouleaux, une barre de coupe élimine la végétation dense.
Des guides assurent le suivi de la végétation sur laquelle est réglée la pression. L´espace réglable entre les rouleaux, le déport latéral, l´inclinaison et l´angle d´attaque permettent aussi d´ajuster l´intensité de l´effeuillage. Ce type de machine peut s´utiliser aux différents stades de la vigne.
©N. Sansonnet - FDCuma Aude

3 - L´effeuillage pneumatique (ou par soufflerie) s´effectue par l´intermédiaire d´un surpresseur qui alimente des diffuseurs rotatifs. Une vanne permet de régler la pression de service (entre 0,2 et 0,9 bar). L´intensité de l´effeuillage se règle en ajustant l´écartement des diffuseurs en fonction de la largeur des rangs, en orientant le flux d´air et en modulant le débit par l´intermédiaire de la prise de force.Ce type d´effeuilleuses s´utilise de la fin floraison à la récolte en réglant l´intensité en fonction du stade.
©N. Sansonnet - FDCuma Aude

4 - La destruction des feuilles de façon thermique est basée sur le principe de rayonnement infrarouge. Un radian, alimenté en propane, provoque un choc thermique en passage à proximité des feuilles. L´intensité de l´effeuillage est fonction de la puissance (réglable) du brûleur mais aussi de la distance entre le radian et la végétation. L´effeuilleuse thermique s´utilise de la nouaison jusqu´à la vendange.
©N. Sansonnet - FDCuma Aude

Pour en savoir plus
Voir dossier complet dans Réussir Vigne de mai 2005 (RV nº108, 5 pages).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
A Bergerac, le Quai Cyrano défend l’oenotourisme
La maison des vins de Bergerac et Duras et l’Office de tourisme partagent désormais une même adresse à Bergerac, face à la…
Vignette
Le tri de la vendange version haut de gamme
Depuis une dizaine d’années, plusieurs fournisseurs proposent des équipements de tri automatiques perfectionnés : optiques ou…
Vignette
Un projet pour coconstruire l’adaptation au changement climatique
Le projet Climenvi, lauréat 2017 de l’appel à projets Partenariat européen pour l’innovation a débuté début juillet 2019.…
Vignette
Les biofilms microbiens à l’épreuve de la science
 Les biofilms, des agglomérats de microorganismes adhérant à un support, serait une forme de résistance aux produits…
Vignette
Trois conseils pour réussir la bioprotection de sa vendange
La bioprotection de la vendange implique de travailler avec des organismes vivants, moins infaillibles que le SO2.…
Vignette
Un label pour noter les pulvérisateurs

Afin de faire évoluer le parc de pulvérisateurs viticoles vers des machines plus efficaces et répondant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole