Aller au contenu principal

Technique viticole
Optimiser la pulvérisation foliaire à la véraison

Une pulvérisation foliaire d’azote et/ou de soufre à la véraison améliore le potentiel aromatique des vins blancs secs et rosés. Conseils pour une technique viticole qui a fait ses preuves.

La pulvérisation foliaire a un coût qui varie entre 50 et 100 euros/ha.
La pulvérisation foliaire a un coût qui varie entre 50 et 100 euros/ha.
© DR

Définir la qualité du profil produit


“ La première question à se poser par rapport à l’apport foliaire d’azote et soufre à la véraison est l’objectif recherché pour la qualité du vin dans la mesure où il a été prouvé qu’une telle intervention était bénéfique pour développer les arômes sur vins blancs et rosés ”, explique Thierry Dufourcq de l’IFV. “ Il est également recommandé de procéder à une analyse des moûts afin de vérifier s’il y a ou non une carence en azote, analyse qui permettra par ailleurs de fixer les quantités à apporter ”, ajoute-t-il. Afin d’éviter la réduction des vins au cours de la vinification, les apports de soufre doivent être limités à une demi-dose d’azote.


Associer urée et soufre élémentaire pour une efficacité optimisée


L’IFV Sud-Ouest a comparé l’efficacité de différentes associations : une pulvérisation d’urée, une pulvérisation d’urée associée à un sulfate et une pulvérisation d’urée associée à un soufre élémentaire. “ Les résultats obtenus avec l’association urée + sulfate ne se distinguent pas de ceux obtenus avec la pulvérisation d’urée seule. En revanche, l’association urée + soufre élémentaire montre des gains en thiols variétaux dans les vins bien supérieurs. Pour surexprimer les thiols variétaux dans les vins, il est donc préférable d’associer urée et soufre élémentaire pour une efficacité optimisée ”, observe Thierry Dufourcq.

Fractionner les apports, assurer un bon mouillage


L’efficacité d’une pulvérisation foliaire d’azote/soufre à la véraison est conditionnée par sa mise en œuvre. Ainsi, il est recommandé de fractionner les apports en 2 (5 à 10 kg/ha/passage) et d’assurer un bon mouillage du feuillage (200 à 400 litres par hectare). “ Le fractionnement et le mouillage permettent une meilleure assimilation de l’azote et limitent le risque de brûlure ”, précise Thierry Dufourcq. Les deux passages doivent intervenir lorsque la véraison est engagée (à environ 20 %) puis 7 à 10 jours après. Un passage trop précoce aurait une action fertilisante pour la plante et serait moins efficace pour augmenter l’azote dans le moût. En fonction des doses apportées, le coût de ces interventions oscille entre 50 et 100 euros/ha, un investissement à mettre en relation avec une meilleure valorisation d’un vin plus fruité et plus aromatique : de l’ordre de 10 à 20 euros par hectolitre en fonction des vins, selon les estimations de l’IFV.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Après le gel, la filière viticole face aux intolérances de l’opinion publique
Après une semaine sur le pied de guerre pour protéger leurs vignes contre le gel, vignerons et vigneronnes doivent maintenant…
Ce que l’on sait des dégâts de gel dans les vignobles septentrionaux
Dans les vignobles situés au nord de l’Hexagone, seule l'Alsace semble tirer son épingle du jeu après une semaine de gel d'une…
Gel : les élus de la vigne et du vin demandent « un plan de sauvetage » de la viticulture
Après une semaine de gel intense qui a touché la quasi-totalité des vignobles français, l’heure est à la mobilisation pour les…
Que faire sur les vignes touchées par le gel dans les jours qui suivent ?
Pour aider les viticulteurs à réagir face au gel, l’ICV et la Chambre d’agriculture du Var ont établi quelques préconisations à…
Gel : Les vignobles méridionaux trinquent
Les premières estimations de pertes de récolte dans les vignobles de la moitié sud de l’Hexagone se font connaître après un…
Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole